Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
Les conférences ... > Afrique sub Saharienne > Rwanda
 Afrique Sub-Saharienne
  Conference EFA
Réunions NGO
Cadre d'action régional
  

Cameroun

Cap Vert
Ethiopie
Gabon
Côte d'Ivoire 1
Côte d'Ivoire 2
Kenya
Niger
Rwanda
Ouganda

Tanzanie

 Asie & Le Pacifique
Cadre d'action régional
 Etats Arabes
Cadre d'action régional
 Pays E-9
Cadre d'action régional
 Europe & Amer. du Nord
  Programme
Communiqués de Presse
Dossier de Presse
Cadre d'action régional
 Les Amériques
Cadre d'action régional
   
  Une reconstruction d'après-guerre efficace grâce à la décentralisation
Par Leila Loupis,
UNESCO Harare
   
 
L'école, symbole de paix
   
    Après le génocide de 1994, le ministère de l'Education s'est trouvé confronté à une mission quasi impossible - reconstruire un système éducatif presque totalement anéanti, privé d'écoles, de matériels, d'enseignants, de programmes et d'administration.
   
    Devant l'énormité de la tâche, le ministère a été forcé de commencer par l'essentiel. La première étape fut de rouvrir les écoles. Comme beaucoup d'étudiants n'avaient pu achever l'année scolaire précédente, un "semestre spécial" fut introduit au niveau primaire afin que les enfants puissent terminer leurs études et passer les examens de fin d'année.
   
    "Une fois que la population a vu que les écoles étaient à nouveau ouvertes, les réfugiés et les personnes déplacées ont commencé à retourner dans leurs villages au Rwanda, insufflant ainsi une vie nouvelle au pays", déclare M. Musabeyewu, directeur de l'enseignement préprimaire, primaire et spécial et coordinateur national du programme EPT. Pour les populations déplacées, la reprise des cours a également été un symbole et une garantie de stabilité et de paix.
   
  Participation active de la communauté
   
    Au début de l'année 1995, le ministère et l'ensemble de ses partenaires ont mis l'éducation à l'ordre du jour d'une conférence spéciale sur les politiques et la planification de l'éducation afin de déterminer le "quoi", le "quand" et le "comment" de la reconstruction. Réalisant l'importance des contraintes, les responsables ont reporté l'objectif de l'éducation pour tous à l'an 2005, fixant à 80% le taux d'éducation universelle visé pour l'an 2000.
   
    Priorité fut accordée à la mise en place d'infrastructures et d'équipements et à la mise en oeuvre de plans d'urgence pour la formation des enseignants à tous les niveaux. Un fonds spécial fut créé en faveur des orphelins du génocide afin qu'ils ne soient pas exclus du système scolaire.
   
    Les pouvoirs publics adoptèrent également une approche novatrice en déléguant aux villages les tâches de reconstruction et de gestion. D'une part, chaque village eut à élire un comité de gestion comprenant une personne désignée comme responsable de l'éducation dans cette communauté. D'autre part, les parents furent mobilisés et invités à participer à la construction des écoles, plus par un apport de main-d'oeuvre que par une contribution financière.
   
  Tendance à l'optimisme
   
    Cinq ans plus tard, les progrès accomplis sont remarquables et l'atmosphère est à l'optimisme, confirme M. Musabeyewu - le nombre d'étudiants et d'enseignants a augmenté. Fin 1994, on comptait 16.825 enseignants et 820.238 étudiants répartis dans 1.283 établissements. Fin 1997/98, on recensait 22.638 enseignants, 1.167.274 étudiants et 1.991 centres d'enseignement. Le programme d'enseignement a en outre été harmonisé et des structures administratives (inspecteurs, conseil des examens) ont été mises en place.
   
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début ]