Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
Conf. > Europe et Amé. du nord > Communiqués de Presse
 Afrique Sub-Saharienne
  Conference EFA
Réunions NGO
Cadre d'action régional
  

Cameroun

Cap Vert
Ethiopie
Gabon
Côte d'Ivoire 1
Côte d'Ivoire 2
Kenya
Niger
Rwanda
Ouganda

Tanzanie

 Asie & Le Pacifique
Cadre d'action régional
 Etats Arabes
Cadre d'action régional
 Pays E-9
Cadre d'action régional
 Europe & Amer. du Nord
  Programme
Communiqués de Presse
Dossier de Presse
Cadre d'action régional
 Les Amériques
Cadre d'action régional
   
  Européens et Américains feront leur autocritique...
  (.pdf)
   
    C'est un état des lieux exceptionnel qui sera présenté lors de la Conférence sur l'Education pour tous qui se tiendra à Varsovie, Pologne, du 6 au 8 février prochain. Exceptionnel, car jamais les spécialistes de l'éducation et les représentants de la communauté internationale ne s'étaient attaqués à une entreprise aussi ambitieuse par ses objectifs, sa durée et son ampleur. Ce bilan de Varsovie concerne l'Europe et l'Amérique du Nord. Il risque fort d'être mitigé, voire dérangeant. Car, surprenant ou pas, les laissés-pour-compte de l'éducation ne sont pas une exclusivité du Tiers-Monde, loin de là.
   
    Des enseignants sans salaire depuis trois ans dans un pays en guerre. Des enfants réfugiés scolarisés dans des conditions plus que précaires Des écoles démunies de tout dans certaines campagnes. De nouveaux enseignants à peine formés à leur métier. Des familles immigrées en complet décalage économique et culturel dans leur nouveau pays. Des Européens illettrés, perdus d'avance face à l'arrivée de l'euro ou de toute réglementation introduite par l'Union européenne. Les ratages de l'éducation de base semblent se multiplier à l'infini. Et les promesses faites, il y a dix ans, lors de la conférence mondiale sur l'Education pour tous à Jomtien, en Thaïlande, sont loin d'avoir été tenues.
   
    A Jomtien, les représentants de 155 pays et de quelque 150 organisations s'étaient solennellement engagés à réaliser l'universalisation de l'enseignement primaire et à réduire massivement l'analphabétisme d'ici la fin de la décennie. C'était en 1990 et voici maintenant venue l'heure du bilan. Depuis plus d'un an tous les pays se sont lancés dans une entreprise d'évaluation. Leurs résultats nationaux seront regroupés à l'échelle des régions lors d'une série de six conférences, dont celle de Varsovie. A partir de là, un rapport mondial sera présenté lors du Forum mondial sur l'Education qui se tiendra du 26 au 28 avril 2000 à Dakar, Sénégal.
   
  En 2015
   
    Maître d'oeuvre de cette ambitieuse évaluation, le Forum consultatif international sur l'éducation pour tous effectue depuis dix ans un travail de veille. Ce mécanisme international de surveillance s'efforce aussi de susciter dialogues et partenariats afin de promouvoir une coopération efficace des gouvernements et leurs partenaires en faveur de l'éducation pour tous. Créé dans la foulée de Jomtien, il est coparrainé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Fond des Nations Unies pour la population (FNUAP) et la Banque mondiale ainsi que par diverses agences d'aide bilatérale. Il est basé au siège de l'UNESCO, à Paris.
   
    Pour Sven Osttveit, le secrétaire exécutif du Forum, "le bilan est autant qualitatif que quantitatif" et pour Denise Lievesley, la directrice de l'Institut Statistique de l'UNESCO, "il servira également de point de repère indispensable pour guider les progrès futurs et fixer des objectifs vraiment réalistes et accompagnés de moyens adéquats". Présenté à l'ouverture de la conférence de Varsovie, il sera en effet suivi de l'élaboration d'un Cadre régional d'action discuté lors de séances plénières et de tables rondes. L'objectif sera désormais de définir les stratégies et les moyens pour réaliser vraiment, en 2015, ce qui, depuis 1948, est exigé par l'article 26 de la Déclaration universelle des droits de l'homme : " Toute personne a droit à l'éducation"...
   
 
   
  communiqué
   
    17 janvier. L'Education pour tous, une réalité en Europe et en Amérique du Nord? La région dresse le bilan lors d'une réunion à Varsovie, du 6 au 8 février, Paris, 17 janvier - L'éducation pour tous est-elle une réalité dans les pays d' Europe et d'Amérique du Nord ? Cette question sera au centre d'une réunion régionale organisée à Varsovie (Pologne), du 6 au 8 février, par le Forum consultatif international sur l'éducation pour tous, en vue de dresser le bilan des évolutions dans ce domaine depuis la Conférence mondiale sur l'éducation pour tous (Jomtien, Thaïlande1990).
   
    Quelque 300 participants - ministres de l'Education, des Affaires étrangères ou sociales, représentants d'organisations non gouvernementales - sont attendus à Varsovie. Six tables rondes sont prévues : Gestion et planification de l'éducation fondamentale ; Etablir les bases de l'éducation tout au long de la vie ; Education et développement de la petite enfance ; La relation éducation-emploi ; Education, pauvreté et exclusion ; La citoyenneté démocratique dans un contexte multiculturel. Un Cadre régional d'action sera discuté et adopté lors de la réunion.
   
    A Jomtien, il y a dix ans, la Conférence mondiale sur l'éducation pour tous - qui a réuni les représentants de 155 pays et de quelque 150 organisations - a pris des engagements visant à universaliser l'éducation de base et à réduire massivement l'analphabétisme. Aujourd'hui, l'heure est au bilan. Six conférences régionales vont permettre de regrouper les résultats par pays afin de préparer un rapport de synthèse qui sera présenté lors du Forum mondial sur l'Education (Dakar, Sénégal, 26 au 28 avril). Outre la réunion de Varsovie, d'autres réunions se sont tenues ou vont se tenir à Johannesburg (Afrique du Sud, 6 au 10 décembre dernier, Bangkok (Thaïlande, 17 au 20 janvier), Le Caire (Egypte, 24 au 27 janvier), Recife (Brésil, 2 au 4 février) et Saint Domingue (République dominicaine, 10 au 12 février).
   
    En Europe et en Amérique du Nord, l'opinion publique pourrait penser que l'éducation pour tous est acquise. Il n'en est rien et les laissés-pour-compte de l'éducation ne sont pas une exclusivité des pays en développement. On trouve encore dans la région Europe et Amérique du Nord des enseignants sans salaire depuis trois ans, des enfants réfugiés scolarisés dans des conditions plus que précaires, des écoles rurales démunies de tout, des enseignants à peine formés, des enfants d'immigrés mal intégrés au système scolaire. Les ratages de l'éducation de base sont légion même dans des pays riches. On sait qu'environ 20 % de la population adulte dans cette partie du monde a des difficultés liées à la lecture et à l'écriture. D'où l'intérêt du bilan qui sera dressé à Varsovie.
   
    Le maître d'oeuvre de cette ambitieuse évaluation, et de celles menées parallèlement dans les autres régions de la planète, est le Forum consultatif international sur l'éducation pour tous qui est basé au siège de l'UNESCO, à Paris, et qui est co-parrainé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l'UNESCO, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et la Banque mondiale, ainsi que diverses agences bilatérales.
   
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début ]