Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
Dernières info > Bulletin d'information N° 14
 
 
BULLETIN D'INFORMATION SUR LE SUIVI DE DAKAR N°14
 
Bienvenue sur le Bulletin électronique du Secteur de l'éducation de l'UNESCO, dont l'objectif est de vous informer sur les activités de l'UNESCO dans le domaine de l'éducation, et, en particulier, sur le suivi du Forum mondial sur l'éducation de Dakar (avril 2000). Merci de le transmettre aux collègues intéressés.
 

Sommaire (20 décembre 2000)

---> Jacques Hallak quitte son poste de Sous-Directeur général de l'UNESCO pour l'éducation p.i.

---> Remarques de Jacques Hallak avant son départ: faire face aux défis futurs

---> Lettre ouverte de l'UNESCO à Oxfam International

---> La Banque mondiale propose une liste de pays bénéficiaires

---> Le point sur les activités régionales d'EPT

---> Actions nationales pour l'EPT : Bangladesh, Madagascar, Pakistan, Sierra Leone

---> Vœux de fin d'année

Ci-joint à ce numéro:

---> Lettre ouverte de l'UNESCO à Oxfam International

==============
 
Jacques Hallak quitte son poste de Sous-Directeur général de l'UNESCO pour l'éducation p.i.
 
  Jacques Hallak, Sous-Directeur général de l'UNESCO pour l'éducation par intérim depuis mai 2000, quittera son poste à la fin du mois, mais continuera d'être étroitement associé au mouvement de l'Education pour tous.
 
 « Nombre d'entre vous savez combien Jacques excelle à faire bouger et avancer les choses », a déclaré lors de la récente réunion du Groupe de travail sur l'Education pour tous Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO, dans son discours de bienvenue. « Ces capacités, associées à une compréhension profonde des questions en jeu, au charisme personnel de Jacques et à son enthousiasme, ont été particulièrement précieuses pour l'UNESCO et pour moi-même en ce moment crucial pour l'Organisation. »
 
Un nouveau Sous-Directeur général pour l'éducation a été nommé. Les détails vous seront fournis dans le prochain numéro du Bulletin.
 
 
Remarques de Jacques Hallak avant son départ: faire face aux défis futurs
 
Le Forum mondial sur l'éducation de Dakar a désigné l'UNESCO comme l'institution chef de file dans le grand élan mondial en faveur de l'éducation pour tous.
 
Au cours des huit derniers mois, l'UNESCO a pris au sérieux ce rôle directeur. Nous avons entrepris une réorganisation interne afin d'être mieux à même d'assumer les responsabilités qui nous ont été confiées. Nous nous sommes également efforcés d'obtenir que le processus engagé pour le suivi de Dakar soit aussi coopératif que possible, grâce à de larges consultations tant avec les Etats membres, qu'avec les bailleurs de fonds et les organisations non gouvernementales. Notre approche a été et continue d'être « l'exercice du leadership par le partenariat ». Ceci toutefois ne signifie pas que nous ne pourrons progresser que s'il y a consensus. Les discussions, voire même les prises de position conflictuelles, sont un signe de bonne santé et peuvent nous aider à réaliser les objectifs de l'Education pour tous qui reçoivent l'approbation et le soutien de tous.
 
En dépit de notre diligence et des progrès réalisés sur plusieurs fronts, il nous reste d'importants défis à affronter au cours des prochains mois.
 
Les plans d'action nationaux pour l'EPT commencent à voir le jour dans de nombreux pays. C'est là sans conteste une bonne nouvelle, encore faut-il que ces plans soient soutenus par une volonté politique et les ressources financières nécessaires. On ne le dira jamais assez : la détermination des pays est essentielle au succès du mouvement de l'Education pour tous. Les pays doivent prendre eux-mêmes la tête de la mobilisation des efforts et des ressources au niveau national et assurer la participation de la société civile.
 
Le soutien de la communauté internationale n'en reste pas moins crucial. Les engagements pris à Dakar, à Okinawa (au Sommet du G-8), et plus récemment à Halifax (lors de la conférence des ministres de l'éducation du Commonwealth) doivent maintenant prendre une forme concrète. Le célèbre engagement pris dans le Cadre d'action de Dakar, prévoyant qu'« aucun pays qui a pris un engagement sérieux en faveur de l’éducation de base ne verra ses efforts contrariés par le manque de ressources », doit se traduire par des accords financiers concrets.
 
La paysage changeant des organisations de la société civile dans le monde invite également à de nouvelles formes de partenariats et d'alliances. Il faut que ces organisations jouent un plus grand rôle et qu'elles apparaissent avec plus de visibilité dans la préparation et la mise en œuvre des plans d'action nationaux. Dans le même temps, nous devons nous efforcer d'acquérir une connaissance plus précise de l'impact de leurs actions.
 
L'UNESCO continuera de jouer son rôle d'intermédiaire. Sur les recommandations du Groupe de travail sur l'EPT, nous avons décidé de créer une série de sous-comités spécialisés, devant entrer en fonction au début de l'année prochaine. Ils comprendront entre autres un sous-comité chargé d'encourager « l'initiative mondiale », qui élaborera des stratégies concrètes et réalistes en vue d'accroître le financement de l'EPT. A nous d'unir nos forces pour que ces sous-comités soient efficaces et constructifs.
 
Fort de plus de trente ans d'expérience dans le domaine de l'éducation, j'ai, depuis huit mois, le sentiment qu'un nouveau climat de collaboration s'est instauré au sein de l'Education pour tous. Prenons donc l'engagement de préserver cette dynamique. Cela est dans notre intérêt à tous.
 
 
Lettre ouverte de l'UNESCO à Oxfam International
 
L'UNESCO publie dans ce numéro du Bulletin un lettre ouverte adressée à Oxfam International, dans laquelle l'Organisation expose les mesures qu'elles a prises pour faire progresser l'agenda de l'EPT. Cette démarche qui a été prise pour promouvoir la transparence est la raison d’être même de ce bulletin. Cette lettre est une réponse à un discours prononcé par Phil Twyford, Directeur des activités de promotion (Director of Advocacy) à Oxfam International, lors d'une récente réunion au siège de la Commission nationale canadienne pour l'UNESCO, dans lequel il évoquait le suivi du Forum mondial sur l'éducation. M. Twyfor critiquait la faiblesse des résultats recueillis par l'UNESCO au cours des sept derniers mois, notamment en matière de mobilisation de fonds pour l'éducation de base.
 
« Je ne dis pas que chaque enfant devrait déjà être scolarisé. Je dis que nous devrions déjà avoir quelque preuve que la communauté internationale mène un travail collectif qui lui permette de réaliser ses objectifs. Et qu'une initiative mondiale (…) existe au moins sur le papier », a déclaré M. Twyford.
 
Dans sa réponse, Jacques Hallak, Sous-Directeur général de l'UNESCO pour l'éducation p.i., rappelle que l'argent n'est pas la panacée, ne pouvant à lui seul résoudre la question complexe et polymorphe de l'accès de tous – y compris des millions d'enfants non scolarisés – à une éducation de qualité.
 
« Injecter des sommes colossales dans des systèmes éducatifs inopérants ne suffit pas, hélas, à les rendre meilleurs. Car l'éducation est une entreprise à long terme qui requiert un renforcement des capacités dans un contexte ouvert et démocratique », souligne notamment M. Hallak.
 
Vous trouverez ci-joint la lettre ouverte de l'UNESCO à Oxfam International (en anglais uniquement).
 
 
La Banque mondiale propose une liste de pays bénéficiaires
 
En étroite concertation avec les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, la Banque mondiale a élaboré ces derniers mois une liste des pays qui bénéficieront de l'aide internationale en matière d'EPT. Les premiers résultats de cet exercice sont déjà disponibles. On en trouvera la version la plus récente jointe à ce bulletin (en format Excel).
 
Cette liste, dont une version préalable a été favorablement accueillie lors de la récente réunion du Groupe de travail sur l'EPT, est en cours de finalisation. Elle constituera un outil précieux pour les partenaires de l'EPT qui, grâce à elle, pourront, mieux travailler et identifier les pays non desservis nécessitant une intervention particulière.
 
La Banque mondiale attend vos contributions et suggestions afin de rectifier et d'améliorer cette liste. Merci de les adresser à Marlaine Lockheed, Directeur par intérim de l'éducation, Banque mondiale Courrier él:Mlockheed@worldbank.org
 
 
Le point sur les activités régionales del'EPT
 
Afrique
 
Dix-neuf des vingt-quatre bureaux de l'UNESCO en Afrique ont participé à une consultation régionale à Dakar (Sénégal), les 4 et 5 décembre 2000, pour discuter du type de soutien le plus approprié que l'UNESCO pourrait apporter dans la région dans le cadre du suivi du Forum de Dakar. Cette consultation était organisée par UNESCO/Dakar bureau spécialiste de l’éducation.
 
Après audition des rapports présentés par chaque bureau sur les activités menées par les pays depuis le Forum mondial sur l'éducation d'avril dernier, les participants ont ébauché et discuté un Plan régional pour l'Afrique.
 
Ce projet propose de placer le suivi de Dakar dans le cadre de la Décennie de l'éducation en Afrique (1997-2006) de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) et de s'appuyer sur d'autres mécanismes régionaux, sous-régionaux et nationaux. La prochaine conférence des ministres africains de l'éducation, en décembre 2002, est perçue comme une occasion de consolider les plans d'action nationaux pour l'EPT, d'évaluer les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Programme d'action de la Décennie de l'éducation de l'OUA et de pratiquer les ajustements nécessaires.
 
Le plan prévoit également un renforcement de la fonction de centre d'information du bureau de l'UNESCO à Dakar. Les plans d'action nationaux pour l'EPT, ainsi que les politiques et les expériences nationales, seront mis à disposition grâce aux canaux médiatiques du MINEDAF (nommément, le site Internet des ministres de l'éducation http://www.minedaf.org/ et leur service de documentation). Les ministères prépareront des dossiers sur les questions spécifiques concernant l'EPT, des consultations techniques seront prévues afin de parfaire les plans nationaux pour l'EPT et des mémorandums d'entente élaborés entre les Etats membres, l'UNESCO et les différents partenaires de l'EPT.
 
Les différents bureaux de l'UNESCO en Afrique finalisent actuellement leurs plans de travail, qui comprennent également l'identification des domaines prioritaires pour la coopération nationale, internationale et sous-régionale.
 
Contact : A. Parsuramen, Directeur, UNESCO/Dakar
courrier él. : a.parsuramen@UNESCO.org
 
 
Actions nationales pour l'EPT : Bangladesh, Madagascar, Pakistan, Sierra Leone
 
Bangladesh
 
UNESCO-Dhaka, en collaboration avec “l'Academy for Planning and Development”, a lancé deux études portant sur l'impact du programme d'alphabétisation en matière de promotion de la parité sexuelle et sur l'avenir de l'éducation des filles. Elles s'inscrivent dans une série de douze études destinées à soutenir le gouvernement du Bangladesh dans ses efforts de préparation et de renforcement du plan d'action national pour l'EPT.
 
Madagascar
 
La Banque africaine de développement (BAD) a décidé d'apporter un soutien plus massif aux efforts d'Education pour tous à Madagascar. Lors d'une mission récente, menée dans le cadre de l'initiative conjointe des Nations Unies pour la promotion de l'éducation de base pour tous les enfants malgaches, un mémorandum a été signé entre le gouvernement malgache, l'ONU et la BAD.
 
La Banque africaine de développement a offert au gouvernement malgache la possibilité de faire appel à son Fonds d'assistance technique (non remboursable) jusqu'à 2,5 millions de dollars des Etats Unis en 2001, afin de couvrir ses besoins en amont en matière de préinvestissement dans le cadre de l'intiative conjointe de l'ONU à Madagascar, et prévoit un investissement plus important d'environ 9 à 10 millions de dollars des Etats Unis pour la période 2002-2004. Le gouvernement malgache contribuera à hauteur de 7,5 millions de dollars EU, les organisations des Nations Unies fournissant un total de 7,9 millions de dollars EU. La NORAD, l'Agence norvégienne de coopération pour le développement, devrait de son côté apporter 1,5 million de dollars des Etats Unis dans cette initiative. Un exemple de collaboration à suivre….
 
Pakistan
 
Le gouvernement pakistanais compte donner le coup d'envoi de ses plans d'action national et provincial pour le suivi de Dakar lors d'une conférence nationale sur l'EPT qui se tiendra le 15 janvier 2001. UNESCO-Islamabad apportera le soutien technique et logistique nécessaire à cette importante conférence.
 
Sierra Leone
 
Le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)à Sierra Leone fera une donation de 150 000 dollars des Etats Unis à l'UNESCO pour financer un projet d'appui à l'élaboration des politiques et des programmes (AEPP) consacré à l'Education pour tous. Le bureau de l'UNESCO à Dakar (Sénégal) est chargé de mener à bien ce projet.
 
Vœux de fin d'année
 
L'ensemble des personnels du Secteur de l'éducation de l'UNESCO vous présente ses vœux les plus chaleureux pour la nouvelle année. Le Bulletin continuera de vous informer, dès le début de 2001, des dernières nouvelles concernant le suivi du Forum de Dakar
 
Contact: Anne Muller (a.muller@unesco.org)
 
 
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début | © UNESCO 2000