Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
Première réunion du Groupe de travail sur l'EPT>Edition spéciale
 
 
Edition spéciale du Bulletin d'information électronique du Secteur de l'éducation de l'UNESCO
 
no 12
 
  Sommaire (24 novembre 2000)

- Nouveau climat de collaboration pour l'Education pour tous

 
==============
 
Nouveau climat de collaboration pour l'Education pour tous
 
Un nouvel élan a été donné au suivi du Forum mondial sur l'éducation (Dakar, Sénégal, avril 2000) lors de la première réunion du Groupe de travail sur l'Education pour tous, qui s'est achevée aujourd'hui au siège parisien de l'UNESCO. Cette rencontre informelle a réuni une quarantaine d'acteurs clés du mouvement, qui ont débattu, ces trois derniers jours, d'un certain nombre d'avancées concrètes sur la voie ardue de l'Education pour tous
 
«Le mouvement de l'EPT vient de faire un pas en avant», s'est félicité Jacques Hallak, Sous-Directeur général de l'UNESCO pour l'éducation p.i., dans son discours de clôture, saluant la diversité des interventions. Il a souligné par ailleurs qu'en dépit des défis redoutables à affronter – conflits généralisés, VIH/SIDA, pauvreté grandissante –, le climat politique était aujourd'hui nettement plus favorable à une progression concrète de l'EPT.
 
«Les débats se sont révélés une source inestimable d'inspiration pour les travaux que l'UNESCO entreprendra dans les semaines et les mois à venir», a déclaré M. Hallak aux participants, qui représentaient, pour l'essentiel, des gouvernements, des organismes régionaux, des organismes d'aide bilatéraux et multilatéraux et des organisations non gouvernementales
 
Lors de la séance de clôture, aujourd'hui, trois groupes ont fait le point sur les questions clés du suivi de Dakar, qui ont animé une bonne part des discussions d'hier : le suivi des objectifs de l'EPT, la planification de leur réalisation et le soutien financier.
 
Tant les suggestions présentées que les discussions qui ont suivi ont brillé par leur variété. M. Hallak s'est engagé à soumettre les opinions et recommandations exprimés au Directeur général de l'UNESCO, en vue de la prochaine réunion du Groupe de haut niveau, qu'il convoquera en avril 2001.
 
Une question, qui est revenue avec insistance, concernait l'«appropriation» du mouvement à tous les niveaux. Au Sénégal, par exemple, le processus en cours comprend la mise en œuvre de plans locaux par école, ainsi que la participation de partenaires locaux.
 
Les organisations non gouvernementales (ONG) présentes ont exprimé le désir d'être associées à l'élaboration des plans d'action nationaux. Le People's Action Forum de Zambie a suggéré que les ONG pouvaient aussi profiter de la formation offerte par les ateliers organisés par l'Institut de statistique de l'UNESCO. M. Hallak a assuré aux participants que l'Institut ferait tout pour répondre aux suggestions concernant l'utilisation des statistiques dans le suivi des progrès éducatifs.
 

Il a également précisé qu'au nombre des activités de suivi de l'UNESCO des prochains mois figureraient les interventions suivantes :

Examiner plus en détail les stratégies de financement de l'EPT, y compris la mise en place de mécanismes garantissant que les plans d'action nationaux reçoivent une assistance technique et financière extérieure.

Participer à l'organisation de débats entre les organismes d'aide dans le but de renforcer la coordination des efforts en faveur de l'EPT. Une plus étroite collaboration sera recherchée avec le Comité d'aide au développement de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Commission Européenne.

Renforcer la collaboration entre les organisations des Nations Unies aux niveaux international, régional et, tout particulièrement, national. Des mémorandums d'entente ont déjà été signés entre l'UNESCO et l'UNICEF en Afrique occidentale et centrale et en Amérique latine et aux Caraïbes. En outre, l'UNESCO projette d'apporter une assistance technique à quelque vingt-cinq pays parmi les moins développés ne disposant pas d'un mécanisme de coordination pour l'EPT, ainsi qu'à un autre groupe de pays qui en ont fait la demande.

Perfectionner les principes directeurs pour la préparation des plans d'action nationaux, afin de les rendre plus opérationnels. Les participants à la réunion du Groupe de travail ont été conviés à soumettre leurs propositions dans ce domaine. L'accent devra être mis sur la liaison entre les plans d'action nationaux pour l'EPT et les programmes phares dans un certain nombre de domaines clés de l'éducation de base.

Associer plus étroitement à l'EPT le secteur privé. Ce serait un des objectifs du Groupe de haut niveau convoqué l'année prochaine.

La communication entre tous les acteurs du mouvement est également essentielle à l'accélération des progrès. «Les mauvaises nouvelles ont tendance à se répandre plus vite que les bonnes», a constaté un participant, et cela, ajouta-t-il, tend à masquer les activités positives et les meilleures pratiques observables partout dans le monde. «Nous ferions mieux de nous intéresser à ces réussites et les diffuser parmi nous», remarqua M. Hallak.
 
Un rapport sur cette réunion du Groupe de travail sur l'EPT paraîtra au cours du premier trimestre 2001. Le présent Bulletin continuera de rendre compte régulièrement des activités, innovations et nouvelles diverses concernant l'EPT dans les semaines et mois à venir.
 
Contact: Anne Muller (a.muller@unesco.org)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début | © UNESCO 2000