Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
La vision des partenaires > Denise Lievesley
 Victor Ordoñez
 Angela W. Little
 Judith L. Evans
 Denise Lievesley
 Clinton Robinson
 O. J. Sikes

 

 
Des données de qualité pour des politiques efficaces
De Denise Lievesley
 

  Le 1er juillet 1999, l'UNESCO a supprimé sa Division des statistiques et a créé un Institut de statistique semi-autonome. L'objectif du nouvel institut est d'assurer que les informations statistiques de la plus haute qualité soient recueillies auprès du plus grand nombre de pays possible et qu'elles soient pertinentes pour le politique.

 
  Bien qu'à un stade précoce de sa création, l'Institut se trouve fortement impliqué dans le Bilan de l'éducation pour tous à l'an 2000. Cet exercice est capital pour faire le point sur les progrès réalisés par les pays depuis la Conférence mondiale de l'éducation pour tous de 1990. Il est aussi vital comme point de repère indispensable pour évaluer les progrès dans le futur et fixer des objectifs qui soient réalistes et s'accompagnent d'une mobilisation de ressources appropriée.
 
  Aujourd'hui, de nombreux pays ont des systèmes d'archivage des données inadéquats. Notre première tâche a été de leur éviter autant que possible du travail inutile et de réduire les contradictions statistiques. Nous avons donc retourné à tous les pays les données qu'ils avaient fournies à l'UNESCO depuis 1990 en leur demandant de les compléter, de les corriger ou de les modifier là où ils le souhaitaient.
 
  Jusqu'à la tenue du Forum mondial sur l'éducation au mois d'avril prochain, notre travail comporte, en autres tâches :
 
  La réception des données, la vérification de leur cohérence, la réduction de certaines contradictions inexpliquées, la collaboration avec les pays pour améliorer la qualité des données,
   
 
  La participation aux réunions régionales se tenant dans le cadre de l'éducation pour tous afin d'aider à la production, à l'analyse et à l'interprétation des données,
 
 
  L'assistance directe apportée éventuellement aux pays ayant des difficultés à produire des données,
 
  La production du rapport statistique mondial sur l'éducation pour tous pour le Forum mondial sur l'éducation,
 
  La préparation d'une base de données de l'éducation pour tous pour la diffusion des résultats.
 
 
  Le Bilan de l'éducation pour tous à l'an 2000 est une excellente occasion d'apprentissage pour l'Institut de statistique. Grâce à lui, nous espérons pouvoir identifier les pays qui ont rencontré des difficultés à fournir leurs données afin que nous puissions les aider à construire (ou reconstruire) leurs systèmes statistiques. Pour ce qui est des pays qui ont pu produire des données pour le bilan, nous pensons que la relation nouée avec l'Institut nous permettra de travailler ensemble pour le développement de systèmes statistiques encore plus efficaces dans le futur.
 
  Il est important de souligner que le bilan de l'éducation pour tous n'est pas une fin en soi, mais le début d'un long processus. L'éternel problème des abandons et de l'échec scolaire, par exemple, est symptomatique de la mauvaise qualité de l'éducation dans de nombreux pays. Mais la collecte de données sur la qualité de l'éducation et l'utilisation efficace des ressources éducatives, comparables au plan international, ne sont que deux des domaines qui demandent de notre part davantage d'attention pour le futur.
 
  Bien que la demande de données statistiques doive émaner des besoins politiques des pays, la pertinence de la production et de l'utilisation de telles données pour l'action politique est sous-estimée dans de nombreux pays. C'est pourquoi nous espérons pouvoir créer des partenariats entre utilisateurs et producteurs de données au sein même des pays et démontrer que plus les données sont utilisées et appréciées, plus on portera d'attention à leur qualité et à leur opportunité. Il est purement et simplement impossible de mener une bonne politique éducative sans s'appuyer sur des données fiables et récentes.
 
Denise Lievesley est Directrice du nouvel Institut de statistiques de l'UNESCO. Auparavant, elle était Directrice du Data Archives au Royaume-Uni et Professeur à l'Université d'Essex en Angleterre.
 
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début | © UNESCO 2000