Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
La voix du terrain > Argentine
Argentine
 Afghanistan
 Afrique du Sud
 Bangladesh
Bangladesh 2
 Belgrade
 Berlin
 Botswana
 Brésil
 Canada
 Caraïbes
 Caraïbes 2
 Caraïbes 3
Colombie
Colombie 2
 Congo
 Costa Rica
 Cuba
 Chili
 Chine
 Colombie
 Etats Unis
Etats Unis 2
 Grande Bretagne
 Grèce
 Inde
 Indonésie
 Japon
 Kenya
 Kenya 2
 Kenya 3
 Malaisie
 Malawi
 Maroc
 Mexico
 Mexico 2
 Mexico 3
 Népal
 Niger
 Pakistan
 Pakistan 2
Pérou
Philippines
 Port d'Espagne
 Sénégal
Russie
 Rwanda
 Sri Lanka
 Swaziland
 Tanzanie
 Tanzanie 2
Togo
 Trinidad
 Turquie
 Venezuela
 Ouganda

 

 
Toutes les Ecoles seront sur Internet d'ici l'an 2003 en Argentine
par Par Marcela Valente Inter Press Service
 

  BUENOS AIRES, avril 00 (IPS) - L'Argentine envisage de connecter toutes les écoles du pays à l'Internet d'ici l'an 2003. Actuellement, seulement 30 pour cent des 52.000 écoles formelles et informelles sont connectées à Internet.

 
  A travers un programme qui sera lancé en août prochain, le gouvernement vise à équiper 12 millions d'élèves et d'enseignants d'ordinateurs et de l'accès à l'Internet, par le biais du premier portail éducatif officiel du monde -'educ.ar'.
 
   Le programme 'educ.ar' sera financé par un don d'environ 12 millions de dollars --calculé à un dollar par élève-- provenant de l'homme d'affaire Argentin-Espagnol Martin Varsavsky.
 
  Varsavsky qui s'est exilé en Espagne avec ses parents en 1976 (fuyant la dictature de 1976 à 1983) est retourné dans le pays où il est né, pour aider à exécuter le nouveau projet. Les intérêts de son entreprise concernent les télécommunications, les ordinateurs et l'Internet. Il croit que le potentiel d'extension de l'accès à la Toile Mondiale (WWW) en Argentine est énorme.
 
   ''A travers ce projet, l'accès à l'Internet passera de moins de deux pour cent à 30 pour cent'', prédit-il, en mettant l'accent sur le fait que le projet offrira des opportunités égales pour tous.
 
  Une étude faite en mars de cette année, par le Centre d'Etudes pour la Nouvelle Majorité a révélé que deux pour cent seulement des élèves du primaire, du secondaire et du tertiaire en Argentine savent naviguer sur Internet, et ils sont pour la plupart, dans les écoles privées.
 
Alors que le rapport estime le nombre de personnes connectées à 900.000 (sur une population de 37. millions), d'autres études estiment à plus d'un million et demi ce nombre. La moyenne à travers l'Amérique Latine est de 2,7 pour cent de la population, selon l'Union Internationale des Télécommunications (UIT).
 
  L'idée est de fournir au tiers de la population, la possibilité de naviguer sur le Web, et de mettre en place un ''intranet'' éducatif, qui offrira une éducation à longue distance et la formation pour les utilisateurs éloignés. Cet 'intranet' permettra également de générer un marché pour l'électronique ou le commerce électronique'.
 
  Bien que l'Argentine ait un nombre relativement élevé de sites web, il y a moins de 'cybernautes(personnes qui naviguent sur internet) qu'au Brésil ou au Mexique, les deux autres grandes économies dans la région. Le commerce électronique ne s'est pas non plus développé en Argentine à une grande échelle.
 
  Avec des ordinateurs installés dans les salles de classes, le nombre d'élèves réclamant l'usage d'un ordinateur passera de 50 à cinq cent. Les enseignants auront chacun une adresse e-mail personnelle ; ils pourront aussi bien accéder aux bibliothèques du cyberespace, aux programmes éducatifs, aux échanges d'information qu'aux contacts avec d'autres écoles.
 
  ''Equipement des salles de classes en ordinateurs'' est le projet favori du Président de l'Argentine, Fernando De la Rua, qui est entré en fonction en décembre dernier.
 
   ''Aujourd'hui plus que jamais, le monde sera divisé entre ceux qui ont accès à une bonne éducation et aux dernières technologies, et ceux qui n'y ont pas accès'', a dit De la Rua, le mois dernier. ''Pour cette raison, nous devons profiter de l'Internet, ce qui nous permettra de faire une grande révolution dans l'éducation...''
 
   Un premier programme, lancé par le gouvernement de Carlos Menem (1989-1999) pour installer des ordinateurs dans toutes les écoles du pays, s'est achevé en queue de poisson. L'équipement sophistiqué installé dans plusieurs provinces est resté enfermé parce que personne ne savait l'utiliser.
 
  En 1999, 30 pour cent des institutions éducatives argentines - dans beaucoup de cas, un ordinateur par école-- ont été équipées d'ordinateurs. Dans certaines écoles, le nouvel équipement est devenu immédiatement obsolète, et les fonds pour l'amélioration n'étaient plus disponibles.
 
 Graciela Fucks, un enseignant à l'école de Tierra del Fuego, une province à l'extrême Sud de l'Argentine, dit que l'accès aux dernières technologies était importante pour les écoles, mais quand les initiatives sont imposées de l'extérieur, elles ne sont pas nécessairement couronnées de succès.
 
 ''Plusieurs écoles ont reçu des équipements, mais elles n'avaient aucune idée sur ce qu'il fallait faire avec les machines ou sur comment les donner aux élèves'', indique-elle. ''Equiper une école d'Internet n'est pas une garantie pour le développement de la communication dans l'école ou entre les écoles. Des efforts doivent être faits dans d'autres domaines''.
 
  Juan Jose Cataldo, un expert en informatique impliqué dans l'enseignement à longue distance, affirme que pour que l'initiative réussisse, on aura besoin de coordonnateurs formés en méthodologie éducative et dans des domaines techniques. Ils devront être recyclés pour la circonstance.
 
Cataldo, qui a participé à la formation du projet de Menem, a indiqué à IPS que l'idée était bonne et que l'investissement était substantiel, mais que le projet a échoué en raison du manque de suivi. ''Plusieurs ordinateurs que nous avons installé sont restés enfermés, et dans d'autres cas, les écoles font payer pour les cours'', regrette-t-il.
 
  Le Ministre de l'Education Juan Jos Llach a déclaré ce mois que le portail sera facile à utiliser, et que le programme, grâce à la participation du secteur privé, sera introduit progressivement dans les écoles à travers tout le pays.
 
  ''Nous sommes conscients qu'en Argentine, il y a des écoles sans électricité, téléphone ou même sans eau, des écoles qui sont périodiquement inondées, ou qui ont des toitures qui fuient,'' dit-il. ''Mais nous devons traiter les deux domaines de besoins en même temps, afin de donner à tous les élèves l'opportunité d'accéder à ces nouveaux instruments''.
 
  Le gouvernement projette d'utiliser les fonds collectés des publicités qui passent sur l'Internet pour fournir l'électricité dans les écoles qui ne sont pas connectées au réseau. Il projette également de réinvestir cet argent, et de garder 80 pour cent de ce projet sous le contrôle de l'Etat..
 
  Llach parle d'une grande division dans l'éducation : entre ceux qui ont accès à une bonne éducation et ceux qui n'ont pas accès à une bonne éducation ; et la division numérique, avec ceux qui ne savent pas comment utiliser ou naviguer sur le Web avec un désavantage sensible.
 
Le ministre a affirmé que le gouvernement ne voit pas l'Internet comme la panacée pour tous les problèmes du système éducatif, mais comme un important ''instrument'' et un ''moyen indispensable'' pour atteindre les objectifs éducationnels du pays.
A travers le nouveau programme, l'Argentine--qui est un pionnier dans la région en termes d'alphabétisation quasi-universelle -- cherche actuellement à rester à l'avant-garde, sans trop surcharger le budget de l'Etat.
' 'Nous voulons que l'Argentine soit un pionnier en Amérique Latine dans ce domaine aussi'', affirme le Président De la Rua, qui s'engage à relever le défi d'avoir toutes les écoles connectées d'ici à la fin de son mandat, en 2003.
 
 
 
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début | © UNESCO 2000