Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
La voix du terrain > Costa Rica
Argentine
 Afghanistan
 Afrique du Sud
 Bangladesh
Bangladesh 2
 Belgrade
 Berlin
 Botswana
 Brésil
 Canada
 Caraïbes
 Caraïbes 2
 Caraïbes 3
Colombie
Colombie 2
 Congo
 Costa Rica
 Cuba
 Chili
 Chine
 Colombie
 Etats Unis
Etats Unis 2
 Grande Bretagne
 Grèce
 Inde
 Indonésie
 Japon
 Kenya
 Kenya 2
 Kenya 3
 Malaisie
 Malawi
 Maroc
 Mexico
 Mexico 2
 Mexico 3
 Népal
 Niger
 Pakistan
 Pakistan 2
Pérou
Philippines
 Port d'Espagne
 Sénégal
Russie
 Rwanda
 Sri Lanka
 Swaziland
 Tanzanie
 Tanzanie 2
Togo
 Trinidad
 Turquie
 Venezuela
 Ouganda

 

 
Des progrès réguliers mais lents enregistrés sur l'objectif de l'Education Pour Tous en Costa Rica
 
Par Nefer Munoz
  
   SAN JOSE, avril 00 (IPS) - Le système éducatif de Costa Rica a fait des progrès réguliers mais lents au cours des dix dernières années, et on doit en faire plus, selon le rapport officiel préparé pour le Forum sur l'Education Mondiale, prévu ce mois à Dakar.
 
  Le rapport est basé sur une étude faite l'année dernière pour évaluer les progrès réalisés par rapport à l'Education Pour Tous ou l'EFA, la cible adoptée à la conférence mondiale de Jomtien, Thaïlande. L'EFA vise à réduire le taux d'abandons et de redoublement et à accroître les taux d'inscriptions et le nombre d'années obligatoires de scolarisation.
 
  Le Costa Rica investit l'équivalent de 6 pour cent de son Produit Intérieur Brut (PIB) dans l'éducation, et son faible taux d'analphabétisme se distingue parmi ses voisins de l'Amérique Centrale.
 
  Mais les responsables de l'éducation disent que beaucoup reste à faire.
 
  Le fort taux de redoublement à l'école primaire, un fort taux d'abandons au cours secondaire et un manque de cours de perfectionnement et des opportunités de formation continue pour les enseignants sont les insuffisances du système.
 
  "En 10 ans, nous avons fait des pas de géants, mais nous avons également accumulé d'énormes défis", affirme Zaida Sanchez, Sous-Ministre de l'Education.
 
  Sanchez, qui est professeur d'université, a coordonné le premier plan local d'Education Pour Tous' en 1990 et a dirigé le groupe qui a évalué les résultats l'année dernière.
 
  Le Sous-Ministre a déclaré à IPS que l'une des raisons qui font que les progrès soient lents dans les années 90 était que la plupart des efforts devaient simplement mettre l'accent sur l'impact de la crise économique sur le système scolaire. Cette crise a soufflé dans les années 80 sur le Costa Rica ainsi que sur toute la région entière.
 
  "L'un des plus grands exploits des années 90 était la modification de l'Article 78 de la Constitution, qui contraint le gouvernement à investir l'équivalent de 6 pour cent de son PIB dans l'éducation", affirme Sanchez.
 
  Toutefois, elle maintient qu'il faut au moins 6,7 pour cent du PIB pour couvrir tous les besoins actuels.
 
  Selon le rapport, 92,7 pour cent de la population de Costa Rica, estimée à 3,5 millions est alphabétisée, et le but est d'amener cette proportion à 96 pour cent en 2002. L'éducation en Costa Rica est obligatoire de 6 ans à 15 ans.
 
  Un progrès important a été l'introduction de l'éducation préscolaire pour tous depuis 1997. De plus, le taux d'inscription à l'école primaire reste à 100 pour cent.
 
  Mais l'inscription au cours secondaire est seulement de 62 pour cent. L'un des aspects les plus troublants du rapport est le nombre élevé des petits qui pour une raison ou une autre quittent l'école.
 
  Une autre statistique inquiétante est que 20 pour cent des enfants reprennent le niveau 1, ce que les spécialistes attribuent aux insuffisances dans les méthodes utilisées pour l'enseignement des rudiments de la lecture et de l'écriture.
 
  Le rapport révèle également l'échec à "consolider un système de formation nationale d'enseignant" dans les années 90, un problème pressant, étant donné que 41 pour cent des écoles primaires du pays ont juste un maître pour toutes les classes de l'école.
 
  La question se présente également dans les lycées où 19 pour cent des enseignants n'ont aucun diplôme.
 
  "L'un de mes rêves est que tous les enseignants du lycée aient des diplômes, et qu'assez de ressources soient disponibles pour fournir à tous les éducateurs une formation continue", affirme Sanchez.
 
  Certains disent que le grand problème de Costa Rica, dans le domaine de l'éducation, est qu'il n'a pas investi ses ressources de la meilleure manière.
 
  "On investit beaucoup d'argent, mais toujours de la même manière", affirme Clotilde Fonseca, directeur de l'Organisation Non Gouvernementale Omar Dengo Foundation, une institution qui se consacre au développement des techniques éducatives novatrices.
 
  Selon Fonseca, les pays comme le Costa Rica devraient investir plus dans de nouvelles méthodes d'enseignement et de programmes technologiques.

 

[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début | © UNESCO 2000