Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
La voix du terrain > Kenya
Argentine
 Afghanistan
 Afrique du Sud
 Bangladesh
Bangladesh 2
 Belgrade
 Berlin
 Botswana
 Brésil
 Canada
 Caraïbes
 Caraïbes 2
 Caraïbes 3
Colombie
Colombie 2
 Congo
 Costa Rica
 Cuba
 Chili
 Chine
 Colombie
 Etats Unis
Etats Unis 2
 Grande Bretagne
 Grèce
 Inde
 Indonésie
 Japon
 Kenya
 Kenya 2
 Kenya 3
 Malaisie
 Malawi
 Maroc
 Mexico
 Mexico 2
 Mexico 3
 Népal
 Niger
 Pakistan
 Pakistan 2
Pérou
Philippines
 Port d'Espagne
 Sénégal
Russie
 Rwanda
 Sri Lanka
 Swaziland
 Tanzanie
 Tanzanie 2
Togo
 Trinidad
 Turquie
 Venezuela
 Ouganda

 

 
Le Kenya est confronté aux problèmes de fuite des cerveaux
 
Par Katy Salmon
  
   NAIROBI, avril 00 (IPS) - Les efforts pour enrayer la fuite des cerveaux des jeunes élèves brillants-une situation qui affaiblit le Kenya-s'empêtrent dans la controverse avec les critiques qui accusent le gouvernement de dévaluer les diplômes et d'en faire une perte de temps très coûteuse.
 
  Chaque année, 30.000 Kenyans partent pour l'étranger afin d'aller étudier en Europe, aux Etats Unis et en Asie, en raison de l'accès limité à l'éducation supérieur chez eux.
 
  Il faut du temps, de la ténacité et de l'argent pour faire établir un passeport et les papiers de voyage dans les bureaux, y compris auprès du gouvernement, qui est souvent incapable d'aider et qui, quelquefois fait complètement obstruction. Mais cela n'enraye pas l'exode.
 
  Après avoir fini leurs études à l'extérieur, confrontés au choix entre d'innombrables opportunités de succès professionnel et financier et un retour à la récession et à un Kenya rongé par le crime, des milliers d'étudiants optent pour le séjour, parfois de manière illégale.
 
  Inévitablement, la perte des "plus brillants et meilleurs" talents a rendu plus difficile les tentatives du Kenya pour se soustraire à la pauvreté et se mettre sur la route du progrès.
 
  Comment étendre l'enseignement universitaire pour répondre aux aspirations des Kenyans est une question qui a préoccupé des gouvernements successifs au Kenya. Pendant les deux dernières années, le Kenya a essayé de résoudre ce problème à travers l'introduction de programmes de diplômes parallèles.
 
  Les étudiants parallèles doivent payer tous les frais de scolarité eux-mêmes, alors que les coûts de la masse d'étudiants réguliers sont pris en charge par le gouvernement. Les deux groupes reçoivent un enseignement séparé, bien qu'ils aient le même programme. Mais l'expérience semble devenir une grave erreur.
 
  Les diplômes parallèles sont dévalués par les éducateurs qui déplorent le fait que les normes académiques soient actuellement sacrifiées. Même, le rapport Koech du gouvernement, d'août 1999, admet un "manque de contrôle de qualité équitable et d'assurance de qualité" dans les programmes parallèles.
 
  Les étudiants qui ont des notes aussi bas que C+ sont actuellement admis dans les cours professionnels où on met l'accent sur la compétitivité, tels que la médecine et le droit dans des programmes de diplôme parallèles. Auparavant, ces sujets astreignants étaient réservés aux étudiants avec au moins A ou plus.
 
  Ce n'est pas étonnant que beaucoup de ces étudiants se battent actuellement pour arriver à suivre les normes rigoureuses qu'on leur demande.
 
  " Il est fort probable qu'il y aura soit un nombre élevé d'abandons des cours, soit des échecs en masse puisque les universités ne peuvent pas vraiment remédier aux insuffisances de l'enseignement secondaire", affirme George Ogola, un journaliste spécialisé en éducation. "Trop de gens sont actuellement encouragés à entreprendre des études, même ceux qui ne sont pas capables d'étudier à ce niveau".
 
  Ogola souligne une autre imperfection dangereuse et potentielle dans le programme du gouvernement.
 
  "Un certain nombre d'universités introduisent actuellement des diplômes inappropriés. Il y a déjà un surplus de diplômés en Arts. Nous n'en avons plus besoin. La formation technique doit être accentuée parce que c'est là que le Kenya a un déficit".
 
  Le résultat final-des milliers de désoeuvrés, de diplômés qui ne peuvent pas trouver du travail-est sans nul doute une recette pour les problèmes.
 
  A Nairobi, les grèves d'étudiants, qui paralysent la zone commerciale centrale, ont régulièrement lieu. L'étincelle peut être n'importe quoi : des questions politiques comme la réforme constitutionnelle ou la corruption du gouvernement aux pauvres conditions d'hébergements.
 
  De quoi s'agit-il ? demande Charles Otieno, un homme qui a été déçu par le système éducatif. "A la fin du système, vous avez une montagne de dettes de frais de scolarité et une éducation peu estimée", dit-il. Un programme de diplôme coûte 120.000 Ksh ou 1.760 dollars par an.
 
  L'introduction des frais d'étudiant en 1995 a suivi des changements dans la pensée des donateurs, comme l'explique William Saint, un consultant en éducation de la Banque Mondiale.
 
  "Les frais sont un moyen d'accroître les fonds de l'université. Ils rendent les universités plus réceptives aux besoins des étudiants en inspirant les concepts d'étudiants comme clients".
 
  Mais les choses ne sont pas résolues comme l'a envisagé Saint. Le problème concerne le mode de financement. Plus une institution reçoit d'étudiants, plus le gouvernement donne d'argent sans se demander si elle peut offrir les services pour lesquels ses 'clients' paient. Par conséquent, progressivement, les étudiants se sentent escroqués.
 
  Dans d'autres cas, la théorie de l'étudiant -client semble avoir été prise très littéralement avec des enseignants qui sont accusés de passer plus de temps avec les étudiants parallèles parce qu'ils gagnent plus avec eux.
 
  "Il y a de l'antipathie et du ressentiment...ils se haïssent mutuellement", affirme un étudiant anonyme.
 
 D'autres s'interrogent sur la décision du gouvernement d'investir dans l'éducation supérieure de maigres ressources où des millions d'étudiants ne peuvent même pas payer les frais de scolarité. Au Kenya, un nombre dérisoire de 150.000 d'élèves réussissent à terminer l'enseignement secondaire chaque année. Seulement 5 à 10 pour cent d'élèves qui finissent le cours secondaire en Afrique Sud-Saharienne continuent à l'université.
 
  Où est ce que cela emmène les étudiants ambitieux du Kenya, qui désirent poursuivre leurs études universitaires ? L'Université Virtuelle Africaine(AVU) - la première du genre en Afrique au Sud du Sahara- installée à l'Université Kenyatta, il y a deux ans, pourrait être une alternative.
 
  Les cours de l'institution-en sciences et informatique-sont retransmis des universités de l'étranger. Le AVU a une bibliothèque numérique qui permet à ses utilisateurs d'avoir accès à des milliers de matériels didactiques au programme à partir de nombreux pays.
 
  "L'AVU a le potentiel de révolutionner l'éducation au Kenya. Elle a un potentiel qui n'a pas encore été exploité", affirme un ancien étudiant du Collège.

 

[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début | © UNESCO 2000