Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
La voix du terrain > Port d'Espagne
Argentine
 Afghanistan
 Afrique du Sud
 Bangladesh
Bangladesh 2
 Belgrade
 Berlin
 Botswana
 Brésil
 Canada
 Caraïbes
 Caraïbes 2
 Caraïbes 3
Colombie
Colombie 2
 Congo
 Costa Rica
 Cuba
 Chili
 Chine
 Colombie
 Etats Unis
Etats Unis 2
 Grande Bretagne
 Grèce
 Inde
 Indonésie
 Japon
 Kenya
 Kenya 2
 Kenya 3
 Malaisie
 Malawi
 Maroc
 Mexico
 Mexico 2
 Mexico 3
 Népal
 Niger
 Pakistan
 Pakistan 2
Pérou
Philippines
 Port d'Espagne
 Sénégal
Russie
 Rwanda
 Sri Lanka
 Swaziland
 Tanzanie
 Tanzanie 2
Togo
 Trinidad
 Turquie
 Venezuela
 Ouganda

 

 
La Dominique et Ste Lucie font revivre la langue nationale
 
Par Peter Richards
  
  PORT d'ESPAGNE, avril 00 (IPS) - Chaque année, les populations de la Dominique et de Ste Lucie célèbrent le 'kweyol' ou la langue traditionnelle créole ou sa culture. Pendant une semaine en septembre, ils s'habillent en mode 'kweyol', et pendant une journée, ils s'expriment uniquement en 'kweyol'.
 
  "Les sons de kweyol filtrent la société entière et font partie de la conscience, même de ceux qui, à l'origine ne parlaient pas le 'kweyol'. La langue et la culture sont entrelacées", fait remarquer le Centre de Recherche sur le folklore de Ste Lucie (FRC).
 
  Le FRC dans un rapport, intitulé : 'Statut de la langue kweyol dans Ste Lucie' observe que "la langue kweyol devient non seulement plus puissante, mais que la culture kweyol devient actuellement plus forte et plus acceptée.
 
  Le Kweyol ou Créole est une forme contractée du Français, et constitue le plus important moyen de communication parmi les populations locales surtout sur ces îles où il y a eu très tôt des colons français.
 
  Mais les locuteurs du Créole sont en majorité des gens des villages. Depuis 1950, les parents dans les centres urbains, soucieux de voir leurs enfants s'exprimer uniquement en Anglais-qui est perçu comme un moyen de mobilité sociale- ont découragé son utilisation.
 
  Maintenant, la langue et la culture kweyol connaissent une certaine renaissance. Lors d'un récent symposium, le FRC a décrit le kweyol comme un "train avec plusieurs voitures transportant plusieurs voix avec plusieurs expériences".
 
  "Notre véhicule est sorti d'un terrain vaste et rugueux, et nous sommes déterminés à faire sa révision avec les composantes nécessaires pour que nous puissions atteindre nos amis et frères travailleurs sur n'importe quelle route dans n'importe quelle partie du monde", dit le FRC.
 
  En Dominique, comme dans Ste Lucie, la langue a gagné beaucoup de popularité en raison de l'implication des médias, particulièrement la radio et la télévision. Des essais sont faits actuellement pour que le Kweyol soit enseigné dans les établissements secondaires.
 
  L'été dernier, pour la première fois, le gouvernement de la Dominique, a introduit l'idée de classes de Kweyol comme un sujet enseigné dans les écoles, et pas plus tard que le mois dernier, le Département de Culture a tenu un atelier d'une semaine entière sur le thème: "apprendre aux gens comment enseigner et écrire la langue".
 
  "Nous allons rencontrer le gouvernement pour discuter de l'idée d'introduction de la langue dans les écoles, nous commencerons par un projet pilote à partir de maintenant, et nous évolueront par la suite", affirme Félix Henderson, ancien président et actuel membre du Comité de direction pour les Etudes Kweyol en Dominique.
 
  Henderson joue actuellement un rôle significatif dans le développement de la langue sur l'île. En dehors de la publication d'un certain nombre de livres sur la langue, il présente un programme radio en kweyol qui passe tous les jours et cela depuis 20 ans. Par ailleurs, il conduit un atelier sur le kweyol chaque année pour les Volontaires du Corps de la Paix qui doivent travailler dans la région. "La langue a été beaucoup acceptée pendant ces dernières années", dit-il.
 
  "Les gens le parlent plus ouvertement. De plus en plus, beaucoup de gens qualifiés parlent la langue sans être affectés par les préjudices d'autrefois. L'utilisation de la langue par les médias a permis des discussions sur des sujets importants par tous les travailleurs dans plusieurs domaines", a-t-il mentionné.
 
  L'année dernière, le gouvernement de Ste Lucie a amendé les règlements du Parlement de l'île pour permettre aux parlementaires de débattre des questions en kweyol. Il y a maintenant des changements pour fournir des services bilingues dans les tribunaux d'instance, en particulier dans le domaine de prise de notes et de dépositions.
 
  La Dominique et Ste Lucie cherchent maintenant l'approbation de leurs gouvernements respectifs pour écrire les signalisations des routes en kweyol, aussi bien que l'utilisation de l'orthographe kweyol pour écrire les noms sur les cartes. L'établissement de la présence du Kweyol sur l'Internet est également en train d'être considérée.
 
  La langue a reçu un intérêt international, maintenant que la Dominique et Ste Lucie ont publié des dictionnaires en Kweyol. Alors que la Dominique à son 'Kweyol Dominik', le FRC a publié 'Kweyol : Un guide fondamental comme un moyen de contribuer à la grammaire de base de la langue. La publication du Livre de Proverbes Kweyol est en cours en Dominique.
 
  Un autre développement a été la traduction en Kweyol du Nouveau Testament par l'Institut d'Eté de Linguistique, un projet qui a pris 12 ans pour être achevé. On espère que cette traduction aidera dans l'alphabétisation Kweyol dans la communauté chrétienne.
 
  Par ailleurs, la langue a gagné plus de terrain à travers les arts, y compris la musique, ce qui a eu pour conséquence, la formation de certaines 'Cadences' d'orchestres de musique, qui ont été développées par le Groupe dominicain Exile One, qui est également connu en français comme 'Zouk'.
 
  La Dominique a dénommé les célébrations de son carnaval annuel "Mas Dominik" et organise actuellement son Festival Annuel de Musique qui présente des orchestres jouant la cadence Zouk de Ste Lucie et des îles françaises avoisinantes.
 
  Le dramaturge et metteur en scène Kendell Hippolyte, en parlant au symposium a dit que le théâtre et la danse ont contribué à la survie de la langue. Le Kweyol a fleuri dans le théâtre traditionnel et les danses, alors que l'expérimentation par le FCR et les Ateliers de Théâtre Traditionnel ont encouragé l'utilisation de la langue dans le théâtre professionnel.
 
  D'autres groupes comme l'Atelier de Théâtre Créole ont traduit un certain nombre de pièces de théâtres en Kweyol, et ont emmené les productions dans les îles françaises avoisinantes de la Guadeloupe et de la Martinique.
 
  D'autres initiatives comprennent la compilation du vérificateur d'orthographe pour utilisation avec le programme Microsoft Word conçu par l'éducateur Dr Didacus Jules du ministère de l'Education à Ste Lucie. Ce vérificateur est actuellement le fer de lance du Comité de Développement des Produits Multimédia Kweyol, adapté au plan de programme d'enseignement et à la production de matériels didactiques pour l'alphabétisation des adultes en Kweyol.
 
  Une résolution du symposium de Ste Lucie sur le développement de la langue a mis l'accent sur l'établissement d'une politique nationale de langue. Il a été également pressenti que la Commission serait autorisée à identifier tous les domaines à intégrer.
 
  Dr Hubert Devonish, un professeur certifié en Linguistique à l'Université des Antilles, qui a beaucoup écrit sur les langues nationales dans les Caraïbes, a suggéré au symposium que la politique soit tirée du consensus, tout en recommandant 'beaucoup d'éducation publique'.
 
[C], Inter Press Service, Agence de Presse du Tiers Monde (IPS) Tous Droits Réservés
Reproduction autorisée, à condition de bien indiquer l'origine du document et de nous faire parvenir un exemplaire de la publication contenant le document repris.
 
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début | © UNESCO 2000