Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
La voix du terrain > Vénézuéla
Argentine
 Afghanistan
 Afrique du Sud
 Bangladesh
Bangladesh 2
 Belgrade
 Berlin
 Botswana
 Brésil
 Canada
 Caraïbes
 Caraïbes 2
 Caraïbes 3
Colombie
Colombie 2
 Congo
 Costa Rica
 Cuba
 Chili
 Chine
 Colombie
 Etats Unis
Etats Unis 2
 Grande Bretagne
 Grèce
 Inde
 Indonésie
 Japon
 Kenya
 Kenya 2
 Kenya 3
 Malaisie
 Malawi
 Maroc
 Mexico
 Mexico 2
 Mexico 3
 Népal
 Niger
 Pakistan
 Pakistan 2
Pérou
Philippines
 Port d'Espagne
 Sénégal
Russie
 Rwanda
 Sri Lanka
 Swaziland
 Tanzanie
 Tanzanie 2
Togo
 Trinidad
 Turquie
 Venezuela
 Ouganda

 

 
Un projet d'école 'modèle' est en proie à des difficultés
 
Par Luis Cordova
 
  CARACAS, avril 00 (IPS) - Le Vénézuela exposera son projet d'école 'Bolivarienne', un modèle d'éducation intégrée, qui porte le nom du père de l'indépendance du Vénézuéla. Ce projet sera présenté au prochain Forum Mondial sur l'Education. Mais même les autorités chargées de l'éducation admettent qu'il y a des problèmes.
 
  Les représentants du Ministère de l'Education qui ont visité quelques-unes des 558 écoles inspirées de 'Bolivar', avouent avoir rencontré de sérieuses difficultés. L'une de ces difficultés est le mauvais état des infrastructures, mauvais état qui entrave les efforts déployés pour améliorer la qualité médiocre de l'enseignement primaire.
 
  Les représentants ont indiqué que ''les infrastructures se trouvaient dans un état plus déplorable qu'on ne pensait''.
 
  ''L'un des problèmes que nous avons rencontrés, c'est que nous avons fait le choix des écoles à patir des ordinateurs'', admet le Ministre de l'Education Hector Navarro, qui regrette le fait que l'état des lieux n'ait pas été fait au préalable.
 
  Résultat, le projet 'Bolivar' qui avait pour but de transformer l'enseignement à l'école primaire et d'attirer les enfants dans les classes, a été entravé par le détournement des fonds à d'autres fins. Ces fonds, plutôt que de servir à leur objectif initial, ont été utilisés pour améliorer les infrastructures et former les enseignants.
 
  Pourtant, le Gouvernement dans son rapport national préparé pour le prochain Forum Mondial sur l'Education qui se tiendra à Dakar, dit que toutes les écoles primaires seront incoporées au projet 'Bolivar' d'ici à 2005. Le Forum Mondial sur l'Education aura lieu du 26 au 28 avril.
 
  Les écoles, qui portent le nom du héros national du Vénézuela, Simon Bolivar, suivent un régime à temps plein - du matin au soir - Des repas sont servis aux élèves. La plupart des écoles ici suivent un programme à temps partiel.
 
  Un rapport estimatif preparé pour le sommet de Dakar indique que la stratégie 'Bolivarienne' accorde une ''plus grande attention aux élèves'' dans un pays où tous les rapports, évaluations et indicateurs reconnaissent que l'éducation est véritablement un désastre''.
 
  Le document, qui reconnaît les problèmes rencontrés par le projet, explique que le système d'école 'Bolivarien' cherche à inclure les questions d'ordre ''pédagogique, scolaire, éducationel, nutritionnel, sanitaire, et sportif''.
 
  Prenons par exemple la situation de déconfiture qui caractérise les infrastructures. Virgilio Armas, chercheur à l'Institut d'Etudes Avancées en Education (IEAE), croit qu'il faudra au moins 11 ans pour améliorer les écoles vénézueliennes avant de mettre en application la stratégie 'Bolivarienne'.
 
  ''Les défis de formation des enseignants et d'adaptation de l'infrastructure aux besoins de tous les élèves du primaire sont énormes. Il faudra au moins 11 annnées de travail, ce qui représente plus du double du temps prévu au départ'', affirme Armah.
 
  Selon le chercheur, les écoles situées en zone rurale ont besoin de climatisation. Certaines de ces écoles ont des toitures en tôle qui chauffent rapidement. La chaleur qu'elles dégagent se répand dans les classes où les élèves doivent passer des journées entières.
 
   En outre, Armah trouve qu'il est essentiel de former un nouveau type d'enseignant, de sorte que les heures supplémentaires de travail ne deviennent pas ''un temps de jeu''. C'est un problème que d'autres pays de l'Amérique Latine qui ont voulu appliquer le modèle intégral ont rencontré.
 
   Armas était parmi les intervenants ici à la réunion organisée à la mi-mars par l'Institut de Recherches pour discuter des expériences en matière de réforme 'éducationnelle' entre les pays de l'Amérique Latine.
 
  Armas a dit que la région devrait retourner au système de journée entière si l'objectif recherché est 'd'amener tous les enfants à l'école'. Tous les pays Latino-Américains ont abandonné le système de journée entière dans les années 1960 et 1970, dans leur effort pour augmenter les taux d'inscription.
 
  Vers la fin des années 90, il était devenu clair que le système n'avait pas marché, et certaines écoles fonctionnaient à temps partiel.
 
  Actuellement, l'intervention du Gouvernement a aidé à ramener le taux d'inscription à 6,1 pour cent au Vénézuela, en 1999. Le réseau d'écoles primaires couvre 90 pour cent des enfants, et le Gouvernement promet d'atteindre 100 pour cent de d'enfants inscrits en 2001.
 
  ''Nous sommes dédiés à la promotion de l'éducation'', a dit le Président Vénézuelien Hugo Chavez, qui a été le principal champion de l'initiative des écoles intégrales.
 
  En réalité, en septembre dernier, quand l'année scolaire du Vénézuela a commencé, et que les écoles 'Bolivariennes' n'étaient toujours pas prêtes pour accueillir les élèves, le Président est monté au créneau. Il a dit que les travaux seraient accélérés pour permettre aux enfants de rejoindre rapidement les classes.
 
  Cependant, les 558 écoles gérées par le projet sont d'une qualité inégale, selon un témoignage apporté au cours du Forum de l'Institut de Recherches.
 
   Les articles de la Presse locale ont révélé de grandes disparités dans leur fonctionnement. Par exemple, le programme des repas chauds servis aux élèves fonctionne normalement dans quelques écoles 'Bolivariennes' seulement.
 
   Les médias indiquent également que quelques bâtiments d'école sont dans un tel état de décrépitude qu'on ne peut même plus les réparer.
 
  'Pourtant, malgré le doute qui plane sur les performances du projet, le Gouvernement poursuit ses efforts pour atteindre son objectif de 1.500 nouvelles écoles 'Bolivariennes' d'ici la fin de l'année.
 
  Le Gouvernement estime que les écoles bolivariennes mettront le pays sur la voie qui le conduira vers l'objectif à mi-parcours qu'il s'est fixé. Cet objectif est celui de l'éducation primaire intégrale pour tous les enfants vénézuéliens.
 
  Navarro, le ministre de l'Education Nationale, pense que le Vénézuela devra investir quelques 4, 5 millions de dollars dans le projet afin d'atteindre cet objectif.

 

[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début | © UNESCO 2000