Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
La voix du terrain > Trinidad
Argentine
 Afghanistan
 Afrique du Sud
 Bangladesh
Bangladesh 2
 Belgrade
 Berlin
 Botswana
 Brésil
 Canada
 Caraïbes
 Caraïbes 2
 Caraïbes 3
Colombie
Colombie 2
 Congo
 Costa Rica
 Cuba
 Chili
 Chine
 Colombie
 Etats Unis
Etats Unis 2
 Grande Bretagne
 Grèce
 Inde
 Indonésie
 Japon
 Kenya
 Kenya 2
 Kenya 3
 Malaisie
 Malawi
 Maroc
 Mexico
 Mexico 2
 Mexico 3
 Népal
 Niger
 Pakistan
 Pakistan 2
Pérou
Philippines
 Port d'Espagne
 Sénégal
Russie
 Rwanda
 Sri Lanka
 Swaziland
 Tanzanie
 Tanzanie 2
Togo
 Trinidad
 Turquie
 Venezuela
 Ouganda

 

 
Les Programmes d'éducation continue poussent comme des Champignons à Trinidad et Tobago
Par Peter Richards,
Inter Press Service
 
  PORT d'ESPAGNE, 10 mars(IPS) - L'éducation continue, les cours du soir pour les travailleurs, ont subi une grande transformation pendant ces dix dernières années à Trinité et Tobago puisque des milliers de personnes de tout âge cherchent à améliorer leur possibilité d'accès emplois mieux rémunérés.
 
  "Pour l'étudiant, il y a une atmosphère manifeste de joie et d'extase. Des milliers d'opportunités sont soudain disponibles au point où de nouveaux problèmes surgissent. Les choix sont trop nombreux", affirme Selwyn Jagdeo, président de l'Institut des enseignants du troisième cycle.
 
  Des millions de dollars sont dépensés chaque année par les étudiants dans l'éducation continue. Ce phénomène a donné naissance à des institutions qui offrent des cours qu'elles ne sont pas qualifiées pour donner, si bien que le gouvernement a été obligé de faire des mises en garde au public.
 

  Le gouvernement a déclaré que plusieurs de ces institutions privées tirent profit de la célérité de l'étudiant potentiel " pour se rendre commercialisable et pour avoir une place compétitive sur le marché de l'emploi."

 
  L'école de Droit de Sir Hugh Wooding, affiliée à l'Université des Caraïbes par exemple, trouve inquiétante la prolifération des institutions éducatives privées, en particulier celles qui donnent des cours de Droit.
 
   Mais le Procureur Général Ramesh Lawrence Maharaj a lancé une attaque véhémente contre l'Ecole de Droit, se plaignant que beaucoup d'élèves venant d'institutions privées se sont vus refuser l'accès à l'école de Droit, une situation qui les prive du droit de pratiquer le Droit dans la région.
 
  "Aucun gouvernement ne peut ignorer la discrimination et l'injustice endurées par ces fils du pays à qui l'on renie le droit légitime de poursuivre la carrière professionnelle de leur choix", a dit Majaraj.
 
  Selon des chiffres produits par le Procureur Général, seulement 14 des 138 externes diplômés ont été autorisés à intégrer Sir Hugh School en 1999. Le procureur a accusé le Conseil de l'Education Légale d'être à la base de ce problème. Environ 60 nouveaux externes diplômés en droit cherchent à intégrer l'école de Droit par an.
 
  Mais le Conseil de l'Education Légale, l'organe dirigeant pour les deux écoles de Droit du pays- l'autre école se trouve en Jamaïque -a écarté les préoccupations de Majaraj en faisant remarquer que le Conseil n'est pas un organe indépendant du gouvernement Caribéen et qu'il était capable de suivre son propre programme. L'école de Droit est financée par les gouvernements Caraibéens.
 
 "Toute décision visant à changer la politique d'admission revient entièrement au gouvernement", a dit le Jamaicain Dennis Morrison, le présidant du Conseil.
 
  Le gouvernement local n'a rien à dire. Cependant, à voir la manière dont les proportions dans lesquelles les organisations entrepreunariales se sont multipliées dans les grandes agglomérations, il est clair que les associations professionnelles et les institutions étrangères ont beaucoup apporté au mouvement de l'éducation continue.
 
  Un certain nombre d'institutions étrangères, y compris l'Université Mount Allison du Canada, travaillent pour vanter ses mérites aux étudiants potentiels, en créant un partenariat avec le secteur privé, balisant alors une autre voie pour l'éducation continue.
 
  " Il y a maintenant des établissements scolaires réputés qui tissent des liens sérieux avec les institutions accréditées sur le plan international. Joyeusement, les barrières éducatives sont maintenant brisées comme beaucoup de voies sont disponibles pour l'acquisition d'un diplôme ou d'une qualification professionnelle", dit Jagdeo de l'Institut des Enseignants du troisième cycle.
 
   La révolution technologique a aidé dans ce sens, avec l'Internet, les téléconférences et les programmes externes qui donnent aux étudiants de nouvelles options.
 
  La banque royale de l'Institut d'Affaires et de Technologie de Trinité et Tobago a formé une alliance avec l'Université du Nouveau Brunswick au Canada et offre un nombre de programmes de diplômes qui vont du journalisme à l'éducation, en passant par l'infirmerie et aux cours par correspondance.
 
  "Ils sont tous présents ici, de nouveaux fonds ont donné naissance à un hôte de nouveaux fournisseurs et la nature changeante de la société a contribué au remplacement des anciens fournisseurs par de nouveaux", remarque Lennox Bernard, professeur résident de l'école d'éducation continue sur le campus de St Augustine.
 
  Le nombre d'élèves s'est accru et a atteint aujourd'hui le nombre de 10.000 personnes qui suivent plus de 50 cours y compris les programmes de certificat avec accès aux campus principaux de l'Université, l'éducation générale, les connaissances spéciales, et les programmes d'orientation pour emplois.
 
  " Nous améliorons nos espaces éducatifs et en construisons de nouveaux, avec l'intention de fournir une culture d'apprentissage qui est sûre, réceptive et compatible avec le principe d'apprentissage continu. Tout ceci, parce que nous essayons de maintenir nos frais de scolarité à un taux qui est à la portée des travailleurs", affirme Bernard.
 
  Le gouvernement s'est également impliqué dans l'éducation continue l'année dernière, en lançant un Collège de Sciences, de Technologie et d'Arts Appliqués (COSTAATT) qui propose des diplômes associés et "des mains appropriées pour la formation de troisième cycle" Le COSTAATT a été créé pour répondre au besoin urgent d'étendre le choix des programmes éducatifs du troisième cycle disponibles à Trinité et Tobago. Pendant les 10 dernières années, il est apparu que les options de l'éducation du troisième cycle avaient besoin d'être étendues.
 
  Une autre initiative du gouvernement concerne les centres d'apprentissage, basés dans les communautés lointaines, qui ont été lancés pour "rendre l'éducation et la formation accessibles à autant de citoyens que possible".
 
  Dr Ruppert Griffith, le ministre de la Formation et de l'Enseignement à distance, pense que les centres fourniront "une occasion supplémentaire pour combler le fossé entre les demandes existantes de connaissance et la compétence d'une part, et l'approvisionnement inadéquat de la connaissance et de personnel bien informé d'autre part." (FIN/IPS/CE/pr/da/00)
 
Cet article est libre de toute reproduction, à condition de bien indiquer l'origine du document et de faire parvenir un exemplaire de la publication contenant le document repris au Inter Press Service.
 
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début | © UNESCO 2000