Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
Communiqués de presse > Paris 02/10/2000
Paris 02/03/2001
Bamako 28/11/2000
Paris 02/10/2000
Paris 02/10/2000
 Paris 26/05/2000
 Dakar 28/04/2000
 Dakar 27/04/2000
 Dakar 27/04/2000
 Dakar 26/04/2000
 Dakar 26/04/2000
 Paris 21/04/2000
 IPS 04/2000
 Paris 11/04/2000
 Article 31/03/2000
 Article 20/03/2000
 Paris 15/03/2000
 Washington 01/03/2000
 Paris 22/02/2000
 Paris 15/02/2000
 Varsovie 08/02/2000
 Recife 02/02/2000
 Bangkok 20/01/2000
 Varsovie 17/01/2000
 
LE DIRECTEUR GENERAL DEMANDE UN FINANCEMENT ACCRU POUR L'EDUCATION ET LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE
 
  Paris, 2 octobre - Le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, a appelé aujourd'hui à une augmentation de l'aide au développement dans un discours devant le Comité d'aide au développement (CAD) de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur le rôle de l'éducation dans la réduction de la pauvreté.
 
   Koïchiro Matsuura a demandé devant les 23 membres du CAD que l'aide à l'éducation soit doublée d'ici 2005, pour atteindre 7 milliards de dollars, et qu'elle soit encore multipliée par deux - soit un total de 14 milliards - d'ici 2015, avec une priorité pour l'éducation de base. Il a également insisté sur la nécessité de réduire la dette pour permettre aux pays pauvres d'augmenter leurs dépenses sociales et de combattre la pauvreté structurelle.
 
  Le Directeur général a déclaré : " L'UNESCO a un rôle central à jouer " dans la lutte contre la pauvreté et pour " que devienne réalité l'objectif d'une diminution de moitié d'ici 2015 de l'extrême pauvreté ". Il a expliqué : " Les domaines de compétence de l'UNESCO [éducation, science, culture et communication] sont cruciaux pour créer un environnement permettant aux gens de participer activement au développement individuel et social à travers l'éducation, le respect des droits de l'homme, la sensibilité culturelle et historique dans l'élaboration des politiques, le développement durable et l'accès à l'information pour tous ".
 
  Koïchiro Matsuura a ajouté : " L'UNESCO considère qu'il est vital de renforcer le développement d'un concept intégré de l'éducation qui permette aux individus de s'adapter à des rapides changements de leur environnement économique, social et culturel, mais aussi de continuer à apprendre tout au long de leur vie. Il ne suffit plus d'apprendre à lire, écrire et compter ". Il a ajouté que l'éducation " doit aussi se traduire par une amélioration des conditions de vie des plus pauvres ".
 
  Le Directeur général est revenu sur les objectifs pour l'éducation posés par les dernières réunions du G8 : " Atteindre l'objectif d'un enseignement primaire universel d'ici 2015 ; parvenir à l'égalité scolaire des garçons et des filles d'ici 2005 " et s'assurer " qu'aucun gouvernement sérieusement engagé en faveur de l'éducation pour tous ne voit ses efforts entravés par le manque de ressources ".
 
 A propos de l'EPT [Education pour tous], le Directeur général a déclaré : " Un nouveau Cadre d'action a été adopté par le Forum mondial sur l'éducation [qui s'est tenu à Dakar, Sénégal, en avril 2000]. La lourde responsabilité du suivi de cette conférence a été confiée à l'UNESCO. Elle s'engage à l'assumer [...]. Et elle le fera évidemment en coopération avec d'autres. D'autres agences, tant multilatérales que bilatérales, et avec les organisations non gouvernementales. Mais aussi, et avant tout, avec les Etats membres. Comme ils l'ont dit et comme je le souligne volontiers, ce sont eux qui occupent la place du conducteur. Mais ils ont besoin d'une aide internationale massive ". .
 
 Koïchiro Matsuura a qualifié la contribution financière de la communauté internationale à la réduction de la pauvreté et à l'éducation pour tous de indispensable mais il a indiqué que " la .../... fourniture de moyens reste principalement du ressort des gouvernements nationaux du Sud ". Il a insisté sur le fait qu'une " relation mutuelle renforcée doit être développée entre la stabilité macroéconomique et la réforme structurelle d'une part, la croissance et la réduction de la pauvreté et des inégalités d'autre part ".
 
 Le Directeur général a dénoncé le fait que " mesurée en pourcentage des PNB des pays du CAD, l'aide publique au développement a décliné de 1992 à 1997 de plus d'un cinquième en dollar constant. [...] Les flux d'investissements privés constituent l'essentiel des mouvements globaux de capitaux. [...] Nous devons nous rappeler que, rien que pour atteindre les objectifs de l'éducation pour tous, on enregistre un déficit de financement de 8 milliards de dollars par an ".
 
  " La communauté internationale doit maintenant se mobiliser, repenser la mise à disposition et les modalités de l'aide, identifier de nouvelles sources et mécanismes de financement, et montrer qu'elle est capable de traduire ses paroles en actes ", a déclaré Koïchiro Matsuura. Il a ajouté " Un processus de développement orienté vers l'allègement de la pauvreté doit faire appel à la fois à une mobilisation accrue de ressources domestiques dans le Sud et à des flux croissants de capitaux privés internationaux. [...] La communauté internationale doit aider à l'élaboration de stratégies qui contribuent à augmenter l'épargne, à attirer les investissements privés, à améliorer l'efficacité des systèmes financiers locaux, à mieux gérer et à réduire la dette, à améliorer la gestion des finances publiques et à optimiser l'usage qui est fait de l'aide publique au développement ". Il a insisté sur le fait que " la communauté internationale doit faire des efforts concertés pour réaliser une politique cohérente, pour améliorer les termes de l'échange, pour assurer la réduction de la dette, pour augmenter l'aide et pour la cibler de façon efficace et précise ".
 
  Koïchiro Matsuura a appelé les pays membres de l'OCDE et du CAD, en particulier les plus riches, à " attribuer une part proportionnellement plus importante de l'aide publique au développement social et au soutien de l'éducation pour tous ". Il a proposé " une augmentation globale de l'aide à l'éducation, en mettant particulièrement l'accent sur l'éducation de base [...] qui la fasse passer du montant actuel de 3,5 milliards de dollars à 7 milliards en 2005, 10,5 milliards en 2010 et 14 milliards d'ici 2015 ".
 
 Le Directeur général a ajouté que " l'UNESCO, pour sa part, jouera pleinement le rôle de leadership qui lui a été assigné à Dakar. Elle coordonnera la mise en oeuvre des engagements de la communauté internationale ; elle facilitera, en particulier, une coordination plus efficace des donateurs ainsi qu'une coordination au niveau national à travers l'adoption d'approches intersectorielles ; elle aidera à assurer le suivi des objectifs et buts de l'ETP, au niveau national et international ".
 
" Mais, a-t-il souligné, nous devons par dessus tout faire en sorte que l'allégement de la dette agisse comme un catalyseur immédiat du développement social, économique - y compris éducatif - durable et de la lutte contre la pauvreté. Nous devons réexaminer les termes de L'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés et accélérer sa mise en oeuvre, tout en étudiant avec soin le contexte propre à chaque pays ".
En conclusion, Koïchiro Matsuura a déclaré : " Même si nous avons encore beaucoup à apprendre sur les causes sous-jacentes et les corrélations qui déterminent l'état de pauvreté parmi les nations, nous en savons assez pour mettre en place des mesures préventives et correctives. [...] Nous disposons de la volonté politique des Etats en faveur des objectifs de Dakar. Il nous faut aussi une volonté financière. C'est dans notre intérêt à tous ".
===========
 
 
Pour plus de renseignements :

veuillez contacter le Service de presse du Forum mondial sur l'éducation
au numéro de téléphone (221) 826 80 52 ou (221) 641 82 81
ou email a.muller@unesco.org
Site d'Internet : www.education.unesco.org/efa
 
 
 
 
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début ]