Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
Communiqués de presse > Dakar 26/04/2000
Paris 02/03/2001
Bamako 28/11/2000
Paris 02/10/2000
Paris 02/10/2000
 Paris 26/05/2000
 Dakar 28/04/2000
 Dakar 27/04/2000
 Dakar 27/04/2000
 Dakar 26/04/2000
 Dakar 26/04/2000
 Paris 21/04/2000
 IPS 04/2000
 Paris 11/04/2000
 Article 31/03/2000
 Article 20/03/2000
 Paris 15/03/2000
 Washington 01/03/2000
 Paris 22/02/2000
 Paris 15/02/2000
 Varsovie 08/02/2000
 Recife 02/02/2000
 Bangkok 20/01/2000
 Varsovie 17/01/2000
 
LE ROLE DES ONG ET DE LA SOCIETE CIVILE DANS L'EDUCATION AU CENTRE DES DEBATS
 
  Dakar, Sénégal, 25 avril - Sans un rôle accru des organisations non gouvernementales (ONG) et de la société civile, on ne pourra jamais parvenir à une éducation de base universel et juste. C'est le constat dressé par les organisateurs du Forum mondial sur l'éducation lors d'un briefing de presse tenu dans la capitale sénégalaise à la veille de la plus importante réunion intergouvernementale et non gouvernementale depuis dix ans, sur le thème de la lutte contre l'analphabétisme.
 
  " Les Nations unies auront une importante mission à remplir dans la prise de conscience générale du rôle indispensable des ONG et de la société civile dans la mise en œuvre des objectifs d'éducation pour tous ", a déclaré Svein Osttveit, secrétaire exécutif du Forum. La conférence - de 3 jours - qui débutera demain à Dakar, au Sénégal, réunira des chefs d'Etat, des ministres de l'éducation, des décideurs clés de plus de 180 pays, des représentants d'une centaine d'organisations internationales et d'ONG, le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, ainsi que les patrons du PNUD, de l'UNESCO, du FNUAP, de l'UNICEF et de la Banque mondiale.
 
  Le Forum fera la synthèse des résultats de la plus importante collecte de données sur l'éducation jamais réalisée dans l'histoire et fixera des objectifs clairs visant à répondre aux besoins éducatifs de base pour tous d'ici 2015. Plus de 180 pays ont pris part aux évaluations à la base de l'éducation pour tous en 2000 et participé à six conférences régionales entre la fin de l'année dernière et le début de cette année.
 
  " Ces évaluations sont caractérisées par une notation de chaque pays et, comme dans la plupart des notations, il y a ceux qui ont de bons points et ceux qui ont de mauvais points ", a indiqué Victor Ordoñez, chef du bureau régional de l'UNESCO à Bangkok, soulignant au passage que c'est en Afrique subsaharienne que l'ampleur du défi est la plus grande.
 
  " Même dans les pays bien notés, les progrès en matière d'éducation de base sont superficiels…et cachent mal certaines informations inquiétantes ", a ajouté M. Ordoñez. D'un coté le nombre d'enfants scolarisés est passé de 599 millions en 1990 à 681 millions en 1998 et le nombre d'enfants exclus du système scolaire a baissé de 127 millions à 113 millions dans la même période. Mais de l'autre coté, comme l'a souligné Victor Ordoñez, ce sont les citadins de sexe masculin qui continuent à bénéficier de l'accès à l'éducation au détriment des villageois de sexe féminin.
 
  Tout en soulignant les besoins en matière de financement et d'aide ainsi que d'échange de technologies et de méthodes performantes, M. Ordoñez a mis l'accent sur la nécessité pour les gouvernements de prendre leurs responsabilités et de montrer davantage de volonté politique. Il a demandé aux médias d'attirer l'attention sur les besoins en éducation et en formation. " S'attaquer au problème de l'éducation, c'est comme attaquer les problèmes fondamentaux du monde tels que la violence, les désastres écologiques, le VIH/SIDA. Il ne peut y avoir de solutions à court terme aux problèmes de l'humanité, mais l'éducation est la seule solution sur le long terme ", a-t-il conclu.
 
  " En passant en revue les réussites et les échecs du passé, on se rend compte que des millions d'enfants sont toujours exclus de l'école…ce qui constitue une violation du droit à l'éducation ", a déclaré Jennifer Chiwela, du People Act Foundation, une ONG basée au Ghana. Elle a rappelé la nécessité de ne pas exclure les ONG de la prise de décision et de la participation à la promotion de l'éducation pour tous, ajoutant que " pendant des années on a fait appel à notre partenariat, on a souligné nos bonnes intentions mais, quand il s'agit de passer à l'action, les ONG ne sont pas reconnues ".
 
Pour plus de renseignements :

veuillez contacter le Service de presse du Forum mondial sur l'éducation
au numéro de téléphone (221) 826 80 52 ou (221) 641 82 81
ou email a.muller@unesco.org
Site d'Internet : www.education.unesco.org/efa
 
 
 
 
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début ]