Statement by Jorge Sampaio

Statement by Jorge Sampaio Launch of the International Year for the Rapprochement of Cultures - UNESCO, 18 February 2010

©UNESCO/M. Ravassard
Launch of the International Year for the Rapprochement of Cultures - UNESCO, 18 February 2010

Année Internationale du Rapprochement des Cultures

Le dialogue des cultures : des avancées nouvelles pour la paix

Jorge Sampaio,

Haut Représentant des Nations unies pour l’Alliance des Civilisations

 

 

Je voudrais commencer par saluer l’UNESCO pour avoir organisé ce débat public, à l’occasion de l’Année Internationale du Rapprochement des cultures.

 

Je suis ici en tant que Haut Représentant des Nations unies pour l’Alliance des civilisations, une initiative récente qui vise justement à jeter des ponts entre les cultures.

 

L’Alliance des civilisations tient sa raison d’être d’un double constat : constat, d’une part, qu’ au cours des dernières années, les fractures économiques, sociales, culturelles et religieuses ont exacerbé les tensions entre les communautés et ont encouragé l’idée erronée selon laquelle les cultures sont engagées sur une trajectoire de collision inévitable conduisant à un «choc des civilisations»; constat, d’autre part, que la mondialisation rend nécessaire la mise en œuvre urgente de la bonne gouvernance de la diversité culturelle.

 

Bien sûr on peut discuter du bien fondé de l’appellation même de cette initiative et je connais les arguments des uns et des autres pour et contre la notion d’ « alliance » ou le concept controversé de « civilisation». Mais il ne faut pas que les querelles linguistiques l’emportent sur les problèmes et qu’elles servent de prétexte à l’inaction.

 

« Comment vivre ensemble  alors que la diversité grandissante de nos sociétés – qu’elle soit ethnique, linguistique, religieuse ou culturelle – suscite une anxiété croissante, divise les communautés et soumet les démocraties à une pression accrue ? » - telle est la question dont l’Alliance des civilisations s’occupe et à laquelle elle tache d’apporter des réponses.

 

Mes amis

 

Je vous ferai grâce d’un long discours.

 

S’agissant d’un débat public, il importe de faire de la place ou dialogue et aux échanges. Après tout, la culture au sens large dans sa triple dimension du sens de l’identité, de la vision du monde et de l’ensemble de valeurs et des normes, opère grâce à des processus de communication.

 

Donc, misons sur le partage non seulement de nos difficultés du « vivre-ensemble », mais aussi des cas d’échanges et de croisements entre cultures et religions et de métissages réussis.

 

Pour ma part, je suis vraiment persuadé que ce qui rapproche les individus est plus important que ce qui les sépare et, s’ils en ont la possibilité, ils chercheront à mettre à profit leurs intérêts communs et à coopérer pour relever les défis d’aujourd’hui.

 

Il est donc essentiel d’engager le dialogue pour rétablir les ponts, lutter contre les stéréotypes et les préjugés qui provoquent l’hostilité et la méfiance, dépasser les conflits et promouvoir une meilleure compréhension entre les peuples.

 

L’initiative des Nations unies de l’Alliance des civilisations vise précisément à traiter des divisions grandissantes dans et entre sociétés, notamment entre les communautés dites « musulmanes et occidentales », en incitant à mobiliser des actions concertées orientées vers des politiques de gouvernance démocratique de la diversité culturelle, basées sur un paradigme de respect mutuel entre des peuples de milieux culturels et religieux différents.

 

Pour mettre en œuvre ces objectifs, l’Alliance travaille certes avec les gouvernements, et c’est pour cela qu’elle les encourage à développer une approche à long terme couvrant quatre domaines d’action – l’éducation, les jeunes, les média et les migrations – par le biais de Plans Nationaux et de Stratégies Régionales de dialogue interculturel et de coopération.

 

Mais ce n’est pas tout car nous visons un vrai changement d’attitudes et misons sur l’action collective organisée et durable.

 

Donc, vous, la soi-disant société civile, vous êtes les vrais moteurs de l’Alliance, vous êtes sa boussole et ses repères. Car à quoi bon vouloir rapprocher des cultures, faire des alliances et nouer des dialogues si ce n’est pas pour donner une voix à l’Autre, pour faire entendre les histoires d’hommes et de femmes qui portent ces cultures ?

 

Donnons donc ici, à l’occasion de ce débat public, une chance au dialogue qui, au-delà des mots, vise des résultats.

 

Merci