Qatar

Membre de l'UNESCO: 27/01/1972

Chef d'Etat et/ou Gouvernement

Emir of the State of Qatar: His Highness Sheikh Tamim Bin Hamad Bin Khalifa Al Thani

Délégation permanente accréditée auprès de l'UNESCO

S. Exc. Monsieur Ali ZAINAL
Ambassadeur, Délégué permanent (18/04/2001)


Délégation permanente de l'Etat du Qatar auprès de l'UNESCO
Maison de l'UNESCO Bureau M4.17 1, rue Miollis 75732 PARIS Cedex 15
Téléphone
01.45.68.27.13
Télécopie
01.40.65.98.36
Mél
dl.qatar(a)unesco-delegations.org

Commission nationale pour l'UNESCO

President: Mr Mohammed Abdul Wahed Al Hammadi*

Secretary General: Dr. Hamda Hassan Al-Sulaiti

Qatar National Commission for Education, Culture and Science
P.O. Box 9865 Doha Qatar
Téléphone
(974) 44 04 44 44
Télécopie
(974) 467 483 90 03;
Mél
qnc(a)sec.gov.qa; doha553(a)hotmail.com

Plus d'informations Commission nationale pour l'UNESCO

Représentation au Conseil exécutif

La réforme de 1991 a amendé l'article V de l'Acte constitutif concernant la qualité des membres du Conseil exécutif. Depuis la 27e session de la Conférence générale (1993), le Conseil est composé d'États membres et non plus de personnes (26 C/Rés., 19.3).
Titre Nom Années Sessions
MemberSheikh Fahd Bin Jassen Bin Hamad Al Thani1987-1991128-137

Participation dans les organes subsidiaires

Organes élus par la Conférence générale


Comité intergouvernemental pour l'éducation physique et le sport
Membre (Expiration du mandat : 39th General Conference)
Comité du Siège
Vice-Président
Membre (Expiration du mandat : 39th General Conference)
Comité juridique
Membre élu par la Conférence générale à sa 36e session – membre qui siègera au Comité juridique dès l’ouverture de la 38e session (2015) et jusqu’à l’ouverture de la 39e session (2017)
Conseil d'administration de l'Institut de statistique de l'UNESCO
Expert en statistique : Sheikh Hamad bin Jabor bin Jassim Al-Thani (Expiration du mandat : 31 December 2015)

Autres organes intergouvernementaux de l’UNESCO


Comité intergouvernemental du Patrimoine mondial
Président : S. Exc. Sheika Al Mayassa Bint Hamad Al-Thani
Membre (Expiration du mandat : 38th General Conference)
Commission océanographique intergouvernementale
Membre

Conseils des instituts et centres de l'UNESCO


Conseil d'administration de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (ex Institut de l'UNESCO pour l'éducation, IUE)
Membre : Mr Abdulla bin Ali AL-THANI (Expiration du mandat : 31 December 2013)

Interventions des Chefs des Délégations à la Conférence générale lors du débat de politique générale

36 session de la Conférence générale

S.E. M. Saad Bin Ibrahim Al Mahmood, Ministre de l’Education

Speech delivered during the General Policy Debate of the 36th session of the General Conference and posted as received

35 session de la Conférence générale

Son Altesse Sheikha Mozah Bint Nasser Al Missned, Présidente de la Fondation du Qatar pour l’Education, les Sciences et le Développement de la communauté et Envoyée spéciale de l’UNESCO pour l’éducation de base et l’enseignement supérieur

“Je considère de mon devoir (…) de commencer mon allocution en adressant mes remerciements et l’expression de mon estime à notre ami Monsieur Koïchiro Matsuura.”
“J’ai personnellement eu l’avantage, ainsi que mon pays, de contribuer à des partenariats avec l’UNESCO, concrétisant le rôle de cette organisation. Nous avons ainsi, ensemble, donné corps à notre conviction que l’éducation est fondamentale dans la formation de l’identité de l’homme et de sa civilisation.”
“Ensemble, nous avons soutenu l’enseignement en Irak et ensemble nous avons visité Bagdad pour nous rendre compte, sur place, des besoins. Nous avons organisé des cours scolaires et des rencontres, ici et à Doha, pour promouvoir l’éducation, renforcer le droit y afférent et circonscrire l’analphabétisme.”
“Dans l’allocution que j’ai prononcée lors de l’ouverture de la Conférence sur les défis de l’alphabétisation dans la Région arabe, tenue à Doha le 12 mars 2007, j’avais affirmé qu’il fallait adopter, face à la question du développement humain, une approche globale et complémentaire intégrant l’alphabétisation, la technologie, l’environnement, la culture, l’information et la santé. Ce qui m’a incitée à adopter ce postulat à l’époque, et m’incite à le réitérer encore aujourd’hui, c’est que le droit à l’éducation est confronté à une crise structurelle dont les conséquences ne sont peut-être pas aussi évidentes que celles de la crise financière ou environnementale, mais dont les effets à moyen et long termes seront plus dévastateurs. (…) Et l’enseignement dont nous parlons est l’enseignement de qualité (…). Telle est l’éducation qui nous prépare aux défis du Millénaire dont nous sommes convenus. Alors sommes-nous, dans nos politiques éducatives, en train de tenir cet engagement? Certes, on trouvera au niveau de chaque pays des expériences et des réussites, mais au niveau mondial la route reste longue et les échéances tout aussi redoutables.”
“Le choix de l’année 2015 comme horizon pour l’éradication de l’analphabétisme et la réalisation de l’éducation pour tous n’a pas été un choix arbitraire. On a pesé, par une méthode scientifique et rigoureuse, les besoins et les tâches. Il ne s’agit donc pas d’un problème de capacités ou de moyens, mais de notre volonté de persévérer et d’exécuter. C’est pourquoi nous sommes tenus d’agir vite et de prendre la bonne décision. (…) Ce changement (…) doit (…) se transformer en engagement propre à consolider l’acquis en matière d’éducation, comme le prescrivent les conventions internationales que nous avons (…) adoptées. (…) Ensuite, nous devons provisionner le coût du changement, car il s’agit d’un investissement pour le présent et l’avenir (…). Aussi, si nous sommes véritablement convaincus que l’éducation est la voie vers un monde que nous appelons de nos vœux, un monde de démocratie, d’égalité et de justice, nous devons absolument tenir compte du coût du changement. (…) Nous devons créer une culture nouvelle, fondée sur une volonté politique forte et sur la conciliation entre authenticité et modernité, valeurs religieuses, sociales et politiques. Puis, en un troisième temps, il faudra œuvrer à changer les mentalités pour qu’elles concilient mieux les exigences de la société et celles de la construction de l’avenir, notamment en prenant des décisions judicieuses, constructives, voire hardies. Garantir une éducation de qualité à tous, c’est se donner les moyens de résister à toutes les pressions, avec conscience et responsabilité.”
“(…) A une autre occasion je vous avais parlé de l’introduction de la culture de la paix dans les programmes éducatifs, pour des considérations pédagogiques, éthiques et aussi juridiques. Je crois que nous autres adultes ne sommes pas parvenus à appréhender cette notion de culture de la paix.”

35 session de la Conférence générale

S.E. M. Saad Bin Ibrahim Al Mahmood, Ministre de l’Education

“J’adresse (…) mes félicitations à Madame Irina Bokova pour son investiture à la direction générale de l’Organisation et je rends hommage à Monsieur Koïchiro Matsuura pour tout le travail accompli (…).”
“L’Etat de Qatar et S.A. Sheikha Mozah Bint Nasser Al Missned (…) n’ont cessé de soutenir la cause de l’enseignement et l’esprit de coopération dans le monde, construisant des partenariats avec l’UNESCO dans ce domaine. Ainsi, l’Etat du Qatar a signé nombre de conventions avec des pays membres de l’Organisation, notamment celle relative à la réhabilitation des institutions éducatives d’Irak et de Gaza, conclue en juillet 2009. (…)
“La sage direction de l’Etat du Qatar, en la personne de S.A. Cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani, (…) est consciente de l’importance de l’éducation, qu’elle tient pour un droit absolu et un pilier du développement durable. A preuve, la perspective “Qatar 2030” qui considère le développement humain comme la voie royale permettant de former une génération apte à construire sa patrie. Ainsi, le système éducatif du Qatar a bénéficié de nombreuses améliorations et d’actions dans les secteurs public et privé, comme l’ouverture de nombreuses écoles indépendantes sous l’égide du Conseil supérieur de l’enseignement, l’expansion de la “Cité éducative“ par la multiplication de centres de formation et de centres de recherche, notamment l’Oasis des sciences et de la technologie.”
“Nous rendons hommage à l’UNESCO pour l’importance qu’elle accorde à la protection et à la préservation des patrimoines culturels et naturels, montrant que l’un comme l’autre sont essentiels au développement durable, notamment dans les pays en proie aux crises, aux guerres et aux catastrophes naturelles. L’Etat du Qatar, soucieux de protéger le patrimoine, a crée le Musée des arts islamiques et s’apprête à célébrer le choix de la ville de Doha comme capitale de la culture arabe en 2010.”

34 session de la Conférence générale

H.E. Ms Shaikha Ahmed al-Mahmoud, Minister of Education

Qatar stresses that numerous efforts on the national level were taken in the areas of human development, cultural projects and meeting goals of Education For All programme.
Education for All is an essential programme for UNESCO. The Organisation should endorse international leadership on education as a specialised agency of the United Nations. Education is a right for all and a pre-requisite to achieve democracy.
UNESCO should continue and reinforce financial assistance to underdeveloped countries that have succeeded in achieving some of the Millennium Development goals. It will create positive competition among States.
Qatar encourages all activities aimed at achieving gender equalities in education. Qatar has taken action in developing school curriculum and the government has scored good results in education projects.
Qatar also supports UNESCO’s involvement in Jerusalem. Illegal excavations in the old city of Jerusalem should be stopped in order to protect its cultural heritage.
Freedom of speech is still a priority even for Western countries. Qatar pledges to promote and develop freedom of expression and knowledge exchange. Moreover, Qatar urges UNESCO to continue conveying messages of intercultural dialogue and activities towards peace.