Sénégal

Membre de l'UNESCO: 10/11/1960

Chef d'Etat et/ou Gouvernement

Président de la République: Son Exc. M. Macky Sall
Premier ministre: Son Exc. Mme Aminata TOURE

Délégation permanente accréditée auprès de l'UNESCO

S. Exc. Madame Mame Fatim GUEYE
Ambassadeur, Delegué permanent (12/02/2013)


Délégation permanente du Sénégal auprès de l'UNESCO
Maison de l'UNESCO Bureau MS2.46 1, rue Miollis 75732 PARIS CEDEX 15
Téléphone
01.45.68.33.92
Mél
dl.senegal(a)unesco-delegations.org

Commission nationale pour l'UNESCO

Président: M Serigne Mbaye THIAM*

Secrétaire général: M. Aliou LY

Commission nationale du Sénégal pour l'UNESCO
Immeuble Freyssline et Fils (4e étage) 34, avenue du Président Lamine Gueye prolongée DAKAR Sénégal
Téléphone
(221) 33 822 57 30 (secrétariat); (221) 33 823 83 54 (Sec. gén.)
Télécopie
(221) 33 821 17 70 (Sec. gén.)
Mél
comnatunesco(a)orange.sn; comnat(a)unesco.sn
Site internet
http://www.unesco.sn

Plus d'informations Commission nationale pour l'UNESCO

Représentation au Conseil exécutif

La réforme de 1991 a amendé l'article V de l'Acte constitutif concernant la qualité des membres du Conseil exécutif. Depuis la 27e session de la Conférence générale (1993), le Conseil est composé d'États membres et non plus de personnes (26 C/Rés., 19.3).
Titre Nom Années Sessions
MemberMr Amadou-Mahtar M'Bow1966-197075-84
MemberMr Blaise Senghor1970-197484-95
MemberMr Iba Der Thiam1978-1983106-117
MemberMr Iba Der Thiam1985-1989123-132
Representative1995-1999148-157
Representative2001-2005163-172
Representative2007-2011178-187

Participation dans les organes subsidiaires

Organes élus par la Conférence générale


Conseil du Bureau international d'éducation de l’UNESCO
Membre (Expiration du mandat : 38th General Conference)
Comité du Siège
Membre (Expiration du mandat : 39th General Conference)
Conseil intergouvernemental du programme Information pour tous
Membre (Expiration du mandat : 39th General Conference)

Autres organes intergouvernementaux de l’UNESCO


Comité intergouvernemental du Patrimoine mondial
Vice-Président
Membre (Expiration du mandat : 38th General Conference)
Commission océanographique intergouvernementale
Membre

Conseils des instituts et centres de l'UNESCO


Le Conseil d'administration de l'Institut international de l’UNESCO pour le renforcement des capacités en Afrique
Membre : Mrs Codou DIAW (Expiration du mandat : September 2012)

Interventions des Chefs des Délégations à la Conférence générale lors du débat de politique générale

36 session de la Conférence générale

S.E. M. Kalidou Diallo, Ministre de l’Enseignement préscolaire, de l’élémentaire, du moyen secondaire et des langues nationales

Discours prononcé durant le débat de politique générale de la 36e session de la Conférence générale et affiché tel que reçu (français seulement)

35 session de la Conférence générale

S.E. Maître Abdoulaye Wade, Président de la République

(Discours prononcé lors de la cérémonie d’hommage à M. Koïchiro Matsuura)
“C'est toujours avec une émotion toute particulière que je me rends à l'UNESCO, cette maison de la paix entre les peuples, ce symbole de notre aspiration commune à construire un monde de paix. L’UNESCO qui exprime notre volonté partagée de relever, ensemble et solidairement, les défis présents et futurs.”
“J’ai connu une émotion toute particulière. C'est que ma présence ici, au-delà des convenances diplomatiques, relève aussi d'un devoir de fidélité qui me lie à l'UNESCO.”
“Fidélité, d'abord, à l'article 1er de l'acte constitutif de l'UNESCO qui dispose: « l'Organisation se propose de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité resserrant, par l'éducation, la science et la culture, la collaboration entre nations… ». Fidélité ensuite à une distinction dont je m'honore : le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la Paix, qui m'a été décerné, ici même, il y a trois ans.”
“Vous avez initié et conduit des réformes hardies et difficiles, mais fort avisées; des réformes pour une UNESCO rénovée, plus rationnelle dans ses choix administratifs et budgétaires, plus orientée vers les projets de pays et mieux adaptée aux réalités du 21e siècle.”
“Ces mesures courageuses ont eu comme effet positif le rétablissement de l'universalité de l'Organisation. Je me réjouis des efforts déployés ces dernières années pour renforcer le mécanisme de sauvegarde du patrimoine culturel mondial avec l'adoption de trois instruments majeurs, notamment : la Déclaration universelle sur la diversité culturelle de 2001 ; la Convention sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 ; et la Convention pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de 2005.”
“Je sais avec quel engagement, Monsieur le Directeur général, vous vous êtes investi pour le rapprochement des cultures et des civilisations par le dialogue, l'éducation et l'accès aux technologies de l’information et de la communication.”
“En tant que dirigeant d'un pays qui consacre 40 % de son budget à l'éducation, je reste un partisan convaincu de l'investissement dans les ressources humaines et les technologies de l’information et de la communication.”
“La solidarité intellectuelle et morale entre les peuples, qu'invoque l'acte constitutif étant la raison d'être principale de l'UNESCO, exige de chacun de nous, leader politique ou simple citoyen, une vigilance renouvelée. Une humanité paisible au 21e siècle sera celle où tous les peuples et toutes les civilisations jouiront d'une égale dignité d'existence et d'expression.”
“J'ai tenu à soutenir le projet de rénovation de l'enseignement de l'histoire dans les pays africains, projet que vous venez de lancer dans le prolongement de l'œuvre précieuse déjà réalisée de l'UNESCO et portant sur l'Histoire générale de l'Afrique. Et c'est justement pour contribuer au combat contre les préjugés et le négationnisme que le Sénégal, en accord avec tous les pays africains, abritera, du 1er au 15 décembre 2010, le troisième Festival mondial des arts nègres. Ce rendez-vous artistique et intellectuel sera l'occasion pour l'Afrique et sa diaspora de célébrer les valeurs de culture et de civilisation du monde noir et de mettre en lumière l'apport de l'Afrique aux progrès de l'Humanité.”

35 session de la Conférence générale

S.E. M. Kalidou Diallo, Ministre de l’Enseignement préscolaire, de l’élémentaire, du moyen secondaire et des langues nationales

“(…) Notre Organisation vit, avec la présente Conférence générale des moments intenses d’émotion. Nous faisons, en effet, nos adieux au Directeur général sortant M. Koïchiro Matsuura. L’histoire lui réservera la juste place qui lui revient dans les progrès accomplis par l’UNESCO.”
“(…) L’UNESCO a réalisé des avancées extrêmement significatives en matière d’Education, l’un des ses piliers fondamentaux. Rien que pour le présent exercice biennal, les bilans présentés et les perspectives ouvertes par:
• la 48ème Conférence internationale de l'éducation intitulée « L'éducation pour l'inclusion, la voie de l'avenir », tenue en novembre 2008 à Genève (Suisse) ;
• la Conférence mondiale sur l'éducation pour le développement durable : « S'engager dans la seconde moitié de la Décennie, mars- avril 2009 », à Bonn (Allemagne) ;
• la Conférence mondiale sur : « La nouvelle dynamique de l'enseignement supérieur et de la recherche au service du progrès sociétal et du développement » en juillet 2009, à Paris (France) ;
sont significatifs à cet égard.”
“(…) J’y ajoute la priorité donnée à la formation des enseignants en Afrique subsaharienne» (TTISSA) et les programmes d’éducation et de protection de la petite enfance.”
“(…) La sixième Conférence internationale sur l'éducation des adultes – CONFINTEA VI, « Vivre et apprendre pour un futur viable : l'importance de l'éducation des adultes », qui aura lieu en décembre 2009 à Belém (Brésil) sera un moment de mutualisation des efforts, au niveau planétaire, pour parachever notre engagement en faveur de l’Education.”
“(…) Dans le domaine des sciences exactes et naturelles, les Etats-Parties ont pris conscience, grâce notamment à l’UNESCO, de l’ampleur du défi environnemental auquel notre planète est confrontée.”
“(…) Le secteur des sciences sociales et humaines s’est, quant à lui, distingué par l’impulsion donnée à la recherche concernant l’approche holistique des missions de l’UNESCO. Les instruments que constituent, à cet égard, la COMEST et le programme MOST ont permis l’élaboration de stratégies et d’initiatives pour une articulation efficiente entre la recherche et les politiques de développement et d’éthique.”
“(…) L’UNESCO a également su redonner à la culture sa place naturelle de moyen et finalité du développement.”
“(…) Les programmes en faveur de la liberté d’expression, de sauvegarde du patrimoine documentaire de l’humanité que porte le programme Mémoire du monde ont également été renforcés.”

34 session de la Conférence générale

S.E. M. Mame Biram Diouf, Ministre de la Culture et du Patrimoine historique classé

« Aujourd'hui, au moment où s’ouvre cette session, la communauté internationale s'inquiète à juste titre de l'avenir de notre planète dont le changement climatique est désormais un phénomène incontestable. L’histoire est là qui interpelle la conscience de l’humanité et le rôle de l'UNESCO est encore immense pour servir d'enceinte aux débats mondiaux et coordonner les initiatives en faveur de notre développement durable. […] Il y a un lien direct entre la diversité des expressions et les réponses à trouver face à la préservation de notre planète puisqu'en dernière instance, il s’agit, ici et là, d’agir sur les mentalités et les comportements individuels. »
« [Je voudrais] saluer l'immense travail réalisé par notre Organisation qui dispose désormais de trois conventions majeures et qui, dans ce domaine, peut permettre de mettre la culture au centre de nos préoccupations. »
« Monsieur le Directeur général, que dire encore de vous qui n’ait été dit par l’Afrique ? Vous qui êtes cet autre ami de l’Afrique dont l’attachement pour la cause africaine est devenu irréversible. Il nous plaît donc de saluer non seulement votre attachement mais surtout la politique de réforme et de modernisation que vous n’avez jamais cessé d’apporter à notre Organisation. Aujourd'hui, l'UNESCO peut aborder dans de bonnes conditions la phase de réforme du système de l’ONU tendant à agir sur le terrain comme une seule entité, « one » ou « un ». Le Sénégal comprend bien cette volonté de rationalisation des interventions multiples et multiformes de l’ONU mais voudrait aussi réaffirmer la spécificité de notre Organisation : l'UNESCO est la conscience de l’humanité. Il est donc souhaitable que le Conseil exécutif consacre, dès ses premières délibérations, une séance spéciale de réflexion sur cette reforme et sur son application par rapport à sa politique de décentralisation. »
« Mon pays apprécie et soutient le contenu du programme du budget proposé pour 2008-2009 et nous nous réjouissons aujourd’hui de la sortie du cycle de croissance nominale zéro avec un budget de 631 millions de dollars. […] Le Sénégal est heureux de constater que beaucoup d’objectifs primordiaux de la Stratégie à moyen terme de l'UNESCO ainsi que les objectifs du 34 C/5 recoupent les préoccupations du gouvernement de la République. »
« Le Sénégal se réjouit de l'approche développée dans le programme sur l'impact et l'effet de la mondialisation sur les activités culturelles. Le Sénégal voudrait aussi saluer les dispositions prises pour renforcer le dialogue inter religieux et interculturel et annoncer par la même occasion son engagement à réaliser le Sommet islamo-chrétien qui constituera un jalon important dans la recherche de la paix mondiale. Un autre événement, c’est l’organisation prochaine en décembre 2009 du Festival mondial des arts nègres, l’occasion rêvée pour l’Afrique et pour la diaspora de donner encore un signal fort sur son message d’amitié. »
« Pour conclure, je voudrais rendre un hommage et souligner le rôle important de l’UNESCO dans la recherche de la paix mondiale. »

Célébrations d'anniversaires

  • 100e anniversaire de la naissance d'Alioune Diop, intellectuel sénégalais (1910-1980) (2010)

  • Alioune Diop (1910-1980) est un intellectuel sénégalais qui a joué un rôle de premier plan dans l'émancipation des cultures africaines. En 1947 il fonde la revue « Présence africaine » puis la Société africaine de culture, devenue aujourd’hui la « Communauté africaine des cultures » (CAC).
    En 1956, il organise à la Sorbonne, à Paris, le Congrès des écrivains et artistes noirs réunissant des intellectuels et artistes de nombreux pays, et dont la célébration du 50e anniversaire a été réalisée à la Sorbonne et à l’UNESCO, en 2006. En 1966, Alioune Diop organise à Dakar avec Léopold Sédar Senghor le premier Festival mondial des arts nègres. Dans un Sénégal désormais indépendant cet événement unique sera aussi l'occasion de la première commémoration du souvenir de l'esclavage dans le monde et le lieu des premières questions sur la réparation.
    En tant qu'éditeur Alioune Diop a animé un forum et crée un mouvement intellectuel de revendications culturelles connu sous le nom de la négritude. Il a joué un rôle de premier plan, aux côtés d’autres intellectuels, pour la reconnaissance et le rayonnement de la pensée, des cultures et des arts d’Afrique et de la diaspora.
    Cet anniversaire donnera l’occasion à la communauté artistique et culturelle, y compris au monde de l’édition en Afrique et Africophile, de revisiter l’œuvre de cette illustre personnalité de la société civile africaine. La communauté internationale sera encouragée à soutenir les célébrations d’Alioune Diop, dans le cadre du suivi du Festival mondial des arts nègres (FESMAN) et du Festival culturel panafricain, événements marquants pour replacer la culture au cœur du développement.

    100e anniversaire de la naissance de Léopold Sédar SENGHOR, homme politique et écrivain (1906-2001) (2006)

    La proposition du Sénégal d'associer l'UNESCO à la célébration du centenaire de la naissance de Léopold Sédar Senghor se situe dans le sillage de l’Année internationale de commémoration de la lutte contre l'esclavage et de son abolition, dont l'UNESCO a été le chef de file. Senghor fut attaché à la mise en valeur et à la reconnaissance du patrimoine africain et, avec Aimé Césaire, au concept de la "négritude". Son oeuvre, de portée universelle, trait d'union entre l'Afrique et l'Europe, participe au rapprochement des peuples, au dialogue des cultures et à la compréhension mutuelle entre les peuples, et fait l'objet de manifestations nationales déjà planifiées. L'UNESCO a déjà été associée à de nombreux événements pour célébrer le grand écrivain, poète, académicien et homme d’État que fut Senghor, par exemple au Siège de l’Organisation en 2002, en coopération avec l’Organisation internationale de la Francophonie.