Autres

Conférence régionale préparatoire à CONFINTEA VI pour l'Europe, Amérique du Nord et Israël

"L’éducation des adultes, facteur d’équité et d’inclusion dans un contexte de mobilité et de concurrence"


3 - 5 decembre 2008 à Budapest (Hongrie)

La Conférence paneuropéenne préparatoire à CONFINTEA VI s’est déroulée à Budapest (Hongrie) du 3 au 5 décembre 2008. La Conférence, organisée par le biais de l’Institut hongrois pour l’art et la culture (MMIKL) en coopération avec le Ministère de l’éducation et de la culture, a réuni 220 participants de 34 pays, dont sept ministres, vice-ministres et secrétaires d’État chargés de l’éducation. Cet événement a été l’occasion de réfléchir à la situation actuelle de l’éducation des adultes et de l’apprentissage tout au long de la vie en Europe, en Amérique du Nord et en Israël.

En plus de sensibiliser, de créer des partenariats et de présenter les pratiques efficaces dans le domaine de l’éducation et de la formation des adultes, la Conférence a examiné le projet de synthèse des rapports nationaux de la région portant sur les principaux thèmes et enjeux de l’éducation et de la formation des adultes et a formulé des recommandations pour renouveler la stratégie.

Suggestions

M. István Hiller, Ministre hongrois de l’éducation et de la culture et Président de la Conférence, a ouvert la manifestation. D’autres allocutions de bienvenue ont été prononcées par M. Zarko Obradovic, Ministre serbe de l’éducation, M. Troy Justesen, Ministre adjoint de la Formation professionnelle et de l’éducation des adultes aux Etats-Unis, et Mme Ana Luiza Machado, Sous-Directeur général adjoint pour l’éducation de l’UNESCO.

Le discours principal a été prononcé par Mme Rita Süssmuth, Présidente de la Confédération allemande pour l'éducation des adultes. Elle a rappelé avec force l’importance croissante de l’éducation et de la formation des adultes dans la situation actuelle de crise et a souligné le rôle décisif que pouvaient jouer l’éducation et la formation des adultes dans l’autonomisation des sociétés, le renforcement des capacités des secteurs les plus vulnérables et la construction de la cohésion sociale.

Mme Helen Keogh, du service chargé de l’élaboration du curriculum en Irlande, a ensuite présenté le rapport de synthèse régional. L’auteur a exposé un examen analytique et bien documenté de l’évolution globale à l’aide de preuves manifestes et d’informations déterminantes. Le rapport contient une typologie des situations, des politiques et des implications profondes. Les questions de la participation, de la gouvernance et de la qualité ont été soulignées et l’évolution des politiques planifiée. L’importance de la force décisive et motrice d’un organisme supranational tel que l’UE a également été mise en avant.

Discussions

Dans la région, la majeure partie de l’éducation des adultes est actuellement à vocation professionnelle et liée au marché du travail qui souffre particulièrement de la crise financière. Par ailleurs, l’éducation des adultes en général perd des sources de financement. 

Il a été souligné qu’il ne fallait pas oublier les membres les plus vulnérables de la société – non seulement les migrants mais aussi tous ceux qui n’ont pas du tout accès à l’éducation des adultes. Une hausse de la demande générale pour l’acquisition de nouvelles compétences a également été notée. Près du tiers des emplois de la région ne nécessitent plus seulement d’avoir fait des études secondaires mais aussi des études postsecondaires. Un autre tiers exige des compétences plus pointues encore et le dernier tiers se compose des futurs emplois pour lesquels on ne sait pas encore quelles compétences seront nécessaires. Une autre particularité est l’afflux d’immigrants qui apportent une diversité sociale et culturelle et remettent en cause la conception traditionnelle de l’apprentissage. Pour cette raison, l’inclusion sociale est aussi importante que la formation professionnelle, et les recommandations de la Conférence internationale de l’éducation de Genève – dont le thème était l’éducation pour l’inclusion – ont été intégrées à la conférence. L’alphabétisation et les apprentissages de base concernent toute la région et là encore un changement conceptuel semble nécessaire. Plusieurs pays continuent de prétendre ne pas avoir de problème concernant l’alphabétisation mais la nouvelle conception de l’alphabétisation insiste davantage sur son importance en tant que compétence essentielle.

Résultats

Le document final de la Conférence comprend des recommandations sur les cadres d’action et les différentes formes de gouvernance et de financement qui encouragent un accès équitable à l’éducation des adultes. Le document souligne l’importance de la lecture, de l’écriture, du calcul et des compétences essentielles et inclut des recommandations selon lesquelles l’UNESCO doit fixer un ensemble d’indicateurs permettant de mesurer l’évolution de la participation et des progrès et encourager la reconnaissance des résultats de l’apprentissage dans un cadre non formel.

Les recommandations détaillées sont les suivantes :

  • Les cadres d’action doivent couvrir les systèmes formels et non formels d’éducation et de formation des adultes et prendre en considération les avantages de l’apprentissage des adultes du point de vue personnel, social, de la santé, économique, culturel et intergénérationnel. Ils doivent comprendre des programmes fondés sur les besoins des apprenants et qui rendus plus accessibles grâce à un contenu et un support appropriés. Il faut renforcer les liens et la coordination avec l’éducation et la protection de la petite enfance (EPPE) dans les cadres et les stratégies d’apprentissage tout au long de la vie.
  • Les questions de gouvernance doivent être traitées en vue de créer des cadres, des structures et des partenariats locaux, régionaux et nationaux qui incluent les autorités publiques, les partenaires sociaux et la société civile.
  • Le financement de l’éducation et de la formation des adultes doit pouvoir compter sur une aide publique solide – des ressources publiques avec des contributions au niveau national, régional et local – ainsi que sur une participation multipartenaires du secteur privé et des particuliers. Il faut mettre en place de nouveaux mécanismes de financement afin d’encourager la participation individuelle et collective et l’investissement des entreprises.
  • Les pays doivent promouvoir un accès équitable à l’éducation et à la formation des adultes et reconnaître les résultats de l’apprentissage quels que soient le lieu, l’époque et la manière dont ils ont été obtenus. Les pays doivent également admettre l’importance vitale des compétences dans le domaine social, de l’alphabétisation, de la langue, du calcul, des TIC et de l’enseignement technique et professionnel car elles entrent dans le cadre des stratégies d’apprentissage tout au long de la vie.
  • Il faut développer les politiques, les structures et les mesures destinées à garantir la qualité de l’apprentissage.
  • Compte tenu de la diversité des structures et des capacités de l’éducation et de la formation des adultes dans la région, l’UNESCO doit mettre au point des indicateurs de participation et de progression afin de mesurer et d’évaluer les changements au fil du temps et de partager les bonnes pratiques avec les autres pays.
  • L’éducation et la formation des adultes constituent un domaine de recherche légitime et essentiel et il est recommandé d’investir davantage dans la recherche, l’évaluation et la documentation afin de promouvoir des décisions politiques basées sur de meilleures informations et d’améliorer la qualité.
  • Les représentants des ONG, des OSC, des employeurs, des syndicats, des prestataires privés et des apprenants adultes doivent être inclus dans les délégations nationales qui iront à CONFINTEA VI.