L’éducation au service de la réduction des risques de catastrophes : une priorité de plus en plus grande pour l’UNESCO

21-08-2010

Au cours de ces dix dernières années, les catastrophes ont provoqué la mort de près d’un million de personnes ainsi que des pertes financières estimées à plus de 570 milliards de dollars des Etats-Unis. Malheureusement, le risque ou la probabilité de phénomènes dangereux entraînant une catastrophe est en progression. « Contre cela, il n’y a pas grand-chose que nous puissions faire ; en revanche, l’impact de ces catastrophes sur un pays dépend de la résistance de sa société et des réponses apportées pour gérer l’impact.

Ecole utilisée comme abri par les familles déplacées, Liban
©UNESCO/As Safir

Sur ces questions, nous pouvons agir,” déclare Matthew Stephensen de la Section de l’éducation de l’UNESCO dans les situations de post-conflit et de post-catastrophe (PCPD).

Lors d’un séminaire du secteur de l’éducation qui s’est tenu à Paris le 20 juillet 2010, des orateurs ont expliqué comment l’éducation peut contribuer à réduire les risques et à augmenter la capacité des communautés à se préparer aux dangers, aux catastrophes potentielles et à leurs conséquences. Le séminaire  a rassemblé des spécialistes de l’éducation au service de la réduction des risques de catastrophes (DRR) du Siège de l’UNESCO, du Bureau de l’Organisation à Bangkok et de l’UNICEF. La réunion s’est également intéressée au rôle que l’UNESCO est appelée à jouer dans ce domaine d’une importance grandissante.     

L’UNESCO a fait un certain nombre d’interventions réussies dans le domaine de la DRR et répond à un nombre croissant de demandes émanant de bureaux hors Siège et de ministères de l’Éducation invitant l’Organisation à s’impliquer dans l’éducation au service de DRR. Au Myanmar, par exemple, après le cyclone  Nargis, l’UNESCO a créé un Kit de ressources en sept modules sur la DRR qui a fait partie intégrante de ses activités de renforcement des capacités menées auprès du ministère de l’Éducation. Suite au tsunami de l’Océan indien, en 2004, l’UNESCO a conçu “Disaster Master,” un jeu de société centré sur la préparation aux catastrophes destiné aux élèves adolescents.   

Comme l’a démontré le récent tremblement de terre en Haïti, les catastrophes naturelles non seulement perturbent le développement d’un pays mais peuvent aussi l’inverser d’une façon significative. Si les catastrophes peuvent être évitées et leurs impacts minimisés, l’éducation au service de la réduction des risques de catastrophes fait partie intégrante de tout ce qui encourage le développement durable. Elle s’intéresse à tous les aspects du cycle des risques de catastrophes : de la préparation au rétablissement à long terme en passant par les réponses rapides.

L’UNESCO est déterminée à consolider la résistance des communautés et à renforcer grâce à l’éducation la préparation ainsi que la prévention contre les catastrophes.  Elle élabore un document de stratégie visant à s’assurer que l’intensification de ses efforts dans le domaine de la DRR répond efficacement à l’importance grandissante de cette priorité, et qu’elle correspond à sa mission de promotion des opportunités d’apprentissage de qualité pour tous et de soutien du développement des sociétés.

Liens associés

Rapport relatif au Séminaire du secteur de l'éducation sur la DRR, 20 juillet 2010  

L’éducation dans les situations de post-conflit et de post-catastrophe (PCPD)  

Notes et outils d’orientation de l’INEE visant à la construction d’établissements scolaires plus sûrs (en anglais)  

Outils et ressources de l’INEE sur la réduction des risques de catastrophes (en anglais)