Équité, accès et qualité


©UNESCO

L’équité ne fait pas seulement référence à l’ouverture de l’enseignement supérieur en termes d’accès – l’aspect le plus classique – mais aussi en termes de réussite. Des taux d’accès en hausse ne sont pas significatifs s’ils s’accompagnent de taux d’abandon et d’échec élevés. Les établissements d’enseignement supérieur ont donc la responsabilité très importante de mener les étudiants inscrits jusqu’au diplôme.

Cette tâche nécessite des processus d’enseignement/d’apprentissage plus efficaces et orientés vers l’intérêt social – ce qui exige souvent un changement profond des programmes et des méthodes – et des mécanismes appropriés d’assurance de la qualité. Les systèmes d’assurance de la qualité devraient encourager l’amélioration de processus d’apprentissage adaptés aux diverses catégories d’apprenants. Ils devraient comprendre non seulement les programmes classiques d’enseignement supérieur, mais également l’éducation permanente, privée et sans frontières.

Les ateliers de la CMES 2009 aborderont la diversité des besoins de la société et des réponses éducatives. Les thèmes seront entre autres :

-  le rôle et l’essor de l’enseignement supérieur privé et les liens entre la prestation différenciée des services d’enseignement supérieur et des taux d’accès/de réussite plus élevés ;

-  les incidences des nouveaux modèles de l’apprentissage centré sur l’étudiant et de l’apprentissage tout au long de la vie en termes de stratégies d’accès et d’apprentissage ;

-  les incidences des nouveaux et plus en plus divers modes de prestation basés sur les TIC (notamment l’apprentissage en ligne, les ressources éducatives libres et les technologies mobiles) ;

- la nécessité d’investir dans le changement en suivant les directions énoncées ci-dessus plutôt que de maintenir simplement le statu quo au niveau des systèmes éducatifs.

Cette ligne thématique s’intéressera également à la nécessité de faciliter la mise en place de cadres réglementaires pour l’enseignement supérieur, alliés à l’autonomie et à la responsabilité. De tels cadres doivent être en phase avec le système global d’éducation/formation et de recherche/innovation, y compris avec les aspects liés à la planification, à la mise en œuvre et aux bénéfices du changement.