L'UNESCO et
les Pays les moins avancés


English

Liste  Projets Opérationnels  News  Contact  LDC III  Publications
Accueil

 

Troisième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés - PMA III
Bruxelles (Belgique), du 14 au 20 mai 2001

L'UNESCO a contribué de manière significative à la préparation et à la conduite de la Conférence des Nations Unies sur les les pays les moins avancés - PMA III et a organisé la discussion thématique interactive sur l'«éducation pour tous» qui a eu lieu le 16 mai 2001.

Les objectifs de la Conférence sont les suivants :

  1. Évaluer les résultats du programme d'action pendant les années 90 au niveau du pays ;
  2. Passer en revue la mise en place des mesures internationales de soutien, en particulier dans les domaines de l'aide officiel au développement, de la dette, de l'investissement et du commerce ; et,
  3. Considérer la formulation et l'adoption des politiques et des mesures appropriées au niveau national et international pour le développement soutenable des pays les moins avancés et de leur intégration progressive dans l'économie mondiale.

Suivez ce lien au site Web de l'ONU pour plus d'information. >>>

Cliquez ici pour lire le document de discussion thématique de l'UNESCO sur l'Éducation Pour Tous >>>

Le débat a été ouvert par une déclaration de M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).  Il a mis l’accent sur le nouveau consensus qui s’est dégagé au Forum mondial de Dakar qui s’est tenu en 2000. En effet, dans un contexte de mondialisation où l’économie est fondée sur le savoir, l’éducation a été reconnue comme la clef du développement humain durable.  M. Matsuura a rappelé les recommandations du Forum mondial notamment l’invitation adressée aux États à élaborer ou à renforcer leurs plans d’actions nationaux avant 2002 conformément aux objectifs fixés concernant la scolarisation primaire universelle, l’augmentation des taux d’alphabétisme, l’élimination des disparités entre les sexes dans l’enseignement primaire et secondaire, et la parité dans le domaine de l’éducation d’ici  2015.

Cliquez sur le lien afin de lire le discours de M. Koïchiro Matsuura à l’occasion de la table ronde thématique sur l’éducation et le développement durable dans les PMA.  Bruxelles (Belgique), le 16 mai 2001 Continue >>> 

 

PROGRAMME D’ACTION EN FAVEUR DES PAYS LES MOINS AVANCÉS
POUR LA DÉCENNIE 2001-2010
Adopté par la troisième Conférence des Nations Unies
sur les pays les moins avancés à Bruxelles
le 20 mai 2001

Le présent Programme d’action vise à améliorer sensiblement les conditions de vie des plus de 600 millions de personnes qui vivent dans les 49 pays les moins avancés (PMA) au cours de la décennie. Étant donné l’absence de progrès socioéconomique dans ces pays et l’échec relatif du Programme d’action pour les années 90, il jette les bases d’un partenariat mondial renforcé visant à obtenir plus rapidement une croissance économique soutenue et un développement durable dans ces pays, à mettre un terme à leur marginalisation par l’élimination de la pauvreté, des inégalités et de la misère, et à leur permettre de s’intégrer avec profit dans l’économie mondiale.

Le Programme d’action s’appuie sur les objectifs internationaux de développement, l’action des PMA eux-mêmes et des mesures proportionnées d’appui de la part de leurs partenaires de développement, ainsi que sur les valeurs, les principes et les objectifs de la Déclaration du Millénaire. Ces objectifs politiques, économiques et sociaux et, le cas échéant, d’autres objectifs des Nations Unies sont contenus dans les engagements du Programme d’action.

L’objectif primordial du Programme d’action est d’obtenir des progrès substantiels en vue de réduire de moitié la proportion de personnes vivant dans l’extrême pauvreté et souffrant de la faim d’ici 2015 et de promouvoir le développement durable des PMA. Cela exigera, notamment, des hausses sensibles et régulières du taux de croissance du PIB dans les PMA. À cette fin, les PMA, avec le soutien de leurs partenaires de développement, s’efforceront d’atteindre un taux de croissance du PIB d’au moins 7 % par an et de porter leur ratio investissements-PIB à 25 % par an. À cet égard, la société civile, y compris le secteur privé, est un important participant. >>> Continue

Pour plus d'information sur la Conférence, veuillez consultez le site suivant >>> www.unctad.org/conference/french/main.htm

 

© UNESCO

Cliquez ici pour accéder directement au site web BSP

mise à jour: 05/03/2002  |  maintenu par : BSP/PMR