UNESCO Social and Human Sciences
 
You are in the MOST Phase I website (1994-2003).
The MOST Phase II website is available at: www.unesco.org/shs/most.
 


 
UNESCO-MOST Programme
Commission nationale suisse pour l’UNESCO
Comité MOST

Projet villes, environnement et rapports sociaux entre hommes et femmes

Présentations des résultats des recherches
et du dernier séminaire général

São Paolo, 17-25 septembre 1999

  1. Rappel des étapes du projet
  2. Objectifs du séminaire de São Paolo
  3. Description rapide du séminaire
  4. Evaluation globale du séminaire: contributions positives
  5. Difficultés rencontrées et insuffisances dans le fonctionnement du projet
  6. Construction du réseau des équipes de chercheurs
  7. Apports conceptuels du séminaire de São Paolo
  8. Méthodologie de recherche-action
  9. Analyse comparative

    Annexes

    1. Participants
    2. Programme
    3. Présentation des progrès de chaque équipe
    4. Structure des futurs rapports d'équipe et du document final
    5. Calendrier des étapes futures


1. Rappel des étapes du projet

Le projet MOST-UNESCO "Villes, environnement et rapports sociaux entre hommes et femmes" a été approuvé par l'UNESCO en Juin 1996. Il a démarré en juillet 1997 dès l’obtention des fonds de recherche. La première étape du projet a consisté en la préparation des conditions pour réaliser les divers projets de recherche (formulation des projets, constitution des équipes, acquisition de l’équipement informatique, préparation du travail de terrain). Cette étape s’est conclue par un séminaire général tenu en République Dominicaine en septembre 1997.

La période qui a suivi le séminaire de Santo Domingo a été utilisée par les équipes pour réaliser les enquêtes de terrain prévues. Cette étape de travail a débouché sur l’élaboration de rapports d’enquête préliminaires comprenant des recueils de données brutes. Cette étape s'est conclue par un séminaire général tenu à Dakar en septembre 1998.

La troisième étape a consisté à travailler sur les résultats des enquêtes ou à les compléter, organiser cette information, analyser les résultats, élaborer les conclusions et préparer les contributions à la réflexion sur le croisement des thèmes villes-environnement et genre. Cette étape a également été employée par certains pour approfondir la réflexion sur la recherche-action et préparer le retrait de l'équipe du terrain ou la poursuite de son action.

L’équipe de coordination a pour sa part subi un grand choc, avec la disparition d'Yvonne Preiswerk, en avril 1999. Tant par ses contributions au niveau scientifique qu'organisationnel ou par ses apports amicaux et chaleureux, sa présence est irremplaçable.

Le travail de l'équipe de coordination a néanmoins continué: appui au renforcement des équipes, suivi de l'avancement des recherches et de l'élaboration des résultats, contributions pour d'éventuelles réorientations des rapports de recherche. En dehors du suivi régulier par courrier électronique, le soutien s'est concrétisé par la tenue d'un séminaire régional, en Europe de l'Est, où un membre de l'équipe de coordination était présent, et par le renforcement des équipes en Afrique, avec le soutien du bureau régional de l'UNESCO.

Le dernier séminaire général a été planifié pour septembre 1999 et s'est tenu à São Paolo, terrain d'une des équipes du réseau.
 

2. Objectifs du séminaire de São Paolo

Le séminaire de São Paolo avait plusieurs objectifs généraux:

  • mettre en commun les conclusions de chaque équipe et leurs contributions à la réflexion sur les thèmes croisés "ville-environnement et genre"
  • esquisser les analyses comparatives et synthèses théoriques
  • analyser ensemble la démarche scientifique et l'approche de recherche-action employées
  • réfléchir au futur du réseau des institutions de recherche construit depuis trois ans
  • réfléchir à la mise en oeuvre éventuelle d'interventions
Les objectifs particuliers étaient
  • discuter avec les équipes en difficultés des moyens à mettre en oeuvre pour les résoudre
  • définir ensemble la structure du travail final à produire pour la fin de ce projet.


3. Description rapide du séminaire

Le séminaire a eu lieu au Brésil, pays d'une des équipes de recherche participant au réseau, du 17 au 25 septembre 1999. Le programme du séminaire (inclu en annexe) comprenait la présentation des conclusions de chaque travail de recherche; des séances de discussion de groupe pour approfondir certains concepts (recherche-action) et mettre en commun les analyses, afin d'avancer dans l'élaboration d'une approche comparative; des visites sur le terrain de l’équipe brésilienne, la favela Gamboa dans la ville de Santo André, proche de São Paolo, ainsi qu'une autre favela où des initiatives intéressantes ont été développées; une visite aux responsables de la municipalité de Santo André.

Les visites de terrain ont été extrèmement intéressantes pour l'ensemble des membres participant au réseau, étant donné le développement avancé d'une prise de conscience des problèmes liés aux relations de genre inégales dans ce contexte, le niveau d'organisation des habitants des quartiers, et l'engagement en faveur de ces populations de la municipalité au pouvoir. Ces expériences donnaient un éclairage nouveau à la réflexion menée par les autres équipes.

L'élaboration des conclusions permet de formuler de nouvelles hypothèses ou pistes de recherches aux différentes équipes, et confirme la richesse du travail en réseau. A nouveau nous avons constaté que l’effort de comparativité entre les différentes recherches contraint chaque équipe à analyser ses propres conclusions avec un regard différent et ouvre de nouvelles perspectives aux réflexions théoriques communes.

Les échanges durant ce séminaire ont été très riches et ont montré la somme importante d'information et de réflexion produite durant ces recherches, le renforcement des capacités de recherche sur ce thème de la plupart des équipes, l'importance du réseau et de la mise en commun des concepts sur lesquels sont bâtis cette recherche, et la diversité des expériences tout-à-fait passionnantes, novatrices, mais très dures des populations concernées par ces terrains de recherche.

Chacune des équipes de recherche était représentée par au moins une personne (le responsable ou un chercheur) au séminaire, auquel participaient également le responsable au niveau de l'UNESCO à Paris de ce projet, et les membres du groupe de coordination. Pour le Brésil, équipe d'accueil, un des responsables de l'ONG POLIS suivant le projet a également participé une journée.

Le groupe s’est réuni dans un hôtel regroupant toutes les équipes sur place. En dehors des réunions de travail formelles, des réunions par sous-groupes ont été organisées pour soutenir les équipes ayant besoin de réorientations dans la recherche ou pour préciser le travail à conclure. L'équipe de coordination a également travaillé avec chacune des équipes pour le règlement des questions administratives (questions institutionnelles et rapports financiers). Les moments informels ont été mis à profit pour approfondir des thèmes particuliers des recherches et développer des échanges inter-personnels professionnels, signes de la construction du réseau.
 

4. Evaluation globale du séminaire: contributions positives

La même conclusion positive qu'au séminaire de Dakar peut être faite: le fait de se rencontrer et d’avoir des échanges basés sur des terrains différents mais articulés autour de la même problématique permet d’approfondir les liens entre les équipes de chercheurs et stimule les réflexions scientifiques. La problématique d’ensemble s'est affinée dans ce processus de recherche collective où les hypothèses de départ sont infirmées ou confirmées pour aboutir à une redéfinition; des analyses comparatives et des réflexions communes commencent à se dégager et de nouvelles hypothèses peuvent être élaborées.

Les suggestions et réorientations à introduire dans le travail d’analyse prennent une autre valeur dans ce contexte collectif, dans les discussions de groupe et durant les entretiens personnels avec l’équipe de coordination ou avec d'autres membres du réseau.

L’équipe de coordination est d’avis que ce troisième séminaire, tout comme le premier et le deuxième, est à nouveau un moment privilégié et indispensable à une recherche comparative de ce type. Il offre la possibilité à chaque équipe d'approfondir sa propre réflexion, facilite le recentrage des projets sur une méthodologie commune, permet de nouer le fil conducteur et d'aborder l'analyse théorique comparative recherchée. Il est également irremplaçable pour renforcer les compétences des équipes sur cette problématique. Enfin, l'élaboration d'un plan de travail pour la mise en commun d'un ensemble cohérent ne saurait se passer de ce moment de discussion collective.

Au niveau des équipes, il faut souligner le travail remarquable réalisé par plusieurs d'entre elles: l'équipe argentine, dominicaine et burkinabé notamment ont abouti à des contributions tout-à-fait passionnantes, et ont constitué des équipes solides de chercheurs aux compétences renforcées. L'équipe roumaine, dans un contexte difficile, a également développé ses compétences sur cette thématique, notamment grâce à cette mise en réseau.

Au niveau des apports scientifiques, nous en énumérerons certains au point 7 mais de manière brève car ils seront bien entendu d'abord développés dans le rapport final. Ces apports se situent tant au niveau conceptuel qu'au niveau des recommandations et devraient constituer une source d'inspiration pour extrapoler les résultats à des réalités plus larges.
 

5. Difficultés rencontrées et insuffisances dans le fonctionnement du projet

Au niveau de l'organisation du séminaire: afin d'éviter les insuffisances rencontrées au séminaire de Dakar, plus de moments de rencontre et de sociabilité ont été aménagés, car ils sont fondamentaux pour renforcer le fonctionnement et l'homogénéité du réseau. Cependant, le temps a semblé à nouveau trop court pour couvrir l'ensemble des questions à discuter ou avoir plus d'échanges personnels.

Au niveau des équipes: L'avancement des équipes est inégal, en raison comme nous l'avons mentionné de diverses difficultés.

L'équipe sénégalaise a subi d'importants problèmes institutionnels, le responsable de l'équipe ayant abandonné l'institution responsable de la recherche (ENDA) et le projet sans prévenir ni le groupe de coordination ni son équipe de chercheurs et sans assurer la continuité de ce projet. A la suite de cela, le chercheur principal a dû quitter également cette institution, son second a abandonné pour des raisons personnelles, et les autres chercheurs n'ont plus d'encadrement pour développer la recherche. Depuis plusieurs mois, le travail stagne, même si des rapports partiels d'enquête ont été préparés. Pour résoudre le problème, François Hainard profitera d'un déplacement prévu au Sénégal pour rencontrer les différents responsables et les chercheurs et réorganiser l'équipe.

L'équipe bulgare a subi les effets indirects de la guerre du Kosovo, qui a entraîné de grandes difficultés économiques et eu des conséquences sur le déroulement du travail. Cette étape difficile est maintenant dépassée mais a entraîné du retard. D'autre part, des déficiences continuent d'être constatées dans l'approche menée dans cette recherche.

L'équipe brésilienne a eu des conflits avec son institution d'accueil, le NEMGE de l'Université de São Paolo, et a dû se retirer de cette institution. Elle a eu du mal à se réorganiser et cela a pris du temps pour trouver une nouvelle institution de soutien, maintenant POLIS. Ces remous ont eu une influence très négative sur le déroulement du travail. D'autre part, il a été constaté que l'organisation du travail, le développement de l'enquête, les rapports avec les acteurs et l'analyse des données étaient insuffisants. Diverses discussions ont permis de faire des propositions concrètes pour la suite du travail. L'équipe argentine, qui a pratiquement finalisé la recherche, va renforcer l'équipe brésilienne, étant donné ses compétences et sa proximité de São Paolo.
 

6. Construction du réseau des équipes de chercheurs

Nous avons déjà évoqué la richesse du processus de construction de ce réseau lors du compte-rendu du séminaire de Dakar. On peut estimer qu'il est maintenant en place, avec des relations de confiance et d'estime scientifique entre les chercheurs qui le composent. La constitution d'un réseau exige une capacité d'écoute de l'autre, et de remise en question de soi, qui ne peut se faire sans cette relation de confiance entre les membres, qui met du temps à s'établir.

Au fur et à mesure que les équipes approfondissent et échangent des réflexions sur une problématique et une démarche communes et progressent dans cet effort de comparativité, le réseau se consolide. Le processus prend du temps, commence à porter ses fruits, et il serait dommage d'abandonner cet investissement. Des recommandations de poursuite du fonctionnement du réseau seront faites dans l'ouvrage final.
 

7. Apports conceptuels du séminaire de São Paolo

La problématique des différents projets de recherche s'articule autour du concept de l’empowerment. Nous l'avons abordé de manière chaque fois plus approfondie et fine lors des différentes rencontres. Ce sera un des apports de cette recherche en réseau que d'affiner la définition de ce concept, basé sur les réalités étudiées et les changements analysés, confronté à l'analyse collective dans le cadre du réseau.

Un autre axe de réflexion important est lié à la question du rapport entre accroissement des inégalités de genre et dégradation de l'environnement urbain, et, à l'inverse, réduction des inégalités de genre et amélioration de l'environnement urbain. L'analyse des expériences de "féminisation" des projets urbains locaux, de participation au pouvoir de responsables femmes et de leur influence sur l'introduction d'une perspective de genre dans les plans directeurs urbains; enfin, les réflexions sur le passage de l'étape de revendication, à celle de changement social, font partie des contributions que ce projet pense apporter.

L'importance de l'imaginaire dans l'analyse du changement social est également un apport important. Les différentes recherches ont mis en avant le décalage entre la réalité des transformations des relations de genre, au niveau domestique comme au niveau des organisations de quartier, et l'imaginaire auquel ces relations se réfèrent. Les changements dans les relations de genre peuvent être beaucoup plus importants dans la réalité que dans l'imaginaire. L'empowerment est souvent un processus qui reste extérieur, il n'est pas toujours incorporé, intégré subjectivement. Il manque une prise de conscience de ce processus, celui-ci n'est pas toujours approprié.

Parmi les traits communs qui se dégagent à partir de l'analyse comparative apparaissent notamment ceux de l'isolement (matérialisé dans l'espace -utilisé comme analyseur- et induisant le sentiment d'exclusion; importance de la rue comme moyen d'intégration dans la ville et de rehausse de l'estime de soi), l'importance stratégique des titres de propriété de la maison (avoir un "chez-soi" –l'espace sécurisant et stable-) et la part du rêve (partir ailleurs, construire la "famille idéale" imaginaire).
 

8. Méthodologie de recherche-action

Un exposé et des débats ont permis de reprendre la discussion sur cette méthodologie, approche pour laquelle ce projet a opté. La question qui se pose est de savoir si la même approche peut être appliquée dans toutes les réalités. Certains terrains ont une histoire d'interventions "top-down", d'autres ont une longue expérience de démarches communautaires et de dynamiques participatives de type "bottom-up". Il n'est pas dit que cette dernière démarche soit applicable à toutes les réalités. Certains terrains n'ont pas utilisé cette démarche de recherche-action, non seulement par la spécificité du terrain mais par celle des chercheurs.

La question de la réappropriation des connaissances (et non seulement de la restitution) s'est posée à différentes équipes et au réseau, ainsi que celle de l'utilisation des informations comme outil de transformation, par les populations concernées et par les décideurs impliqués.

Durant les discussions sont apparues des questions sur: le passage de la compréhension des problèmes aux choix à opérer; l'interaction entre connaissance et action, l'objectivité et la subjectivité, le monde observé et l'observateur; le rôle du chercheur - dans la mesure où la théorie et la pratique sont indissociables.

Les conditions de transformations passent par la prise de conscience des contradictions et manipulations dans lesquels chacun est pris, la capacité de construire ensemble des projets, la capacité d'expression (du terrain) et d'interprétation (du chercheur).
 

9. Analyse comparative

L'objectif de trouver des principes généralisables et d'aboutir à l'élaboration de modèles transférables se bute à différents écueils. Pour les éviter, cette recherche a opté pour l'élaboration initiale d'un corpus d'hypothèses et d'objectifs, reformulés pendant la recherche avec l'appui des raisonnements théoriques apportés dans le réseau, pour reformuler la méthodologie et les concepts.

La recherche s'est penchée sur l'analyse des processus, et non des faits, ce qui a permis d'aborder la diversité des rapports sociaux entre hommes et femms et de redéfinir notamment les notions comme celle d'empowerment, centrale à cette recherche.

Sur les conclusions de l'analyse comparative et les recommandations, il faudra se référer à l'ouvrage final.
 

ANNEXES

    1. Participants
    2. Programme
    3. Présentation des progrès de chaque équipe
    4. Structure des futurs rapports d'équipe et du document final
    5. Calendrier des étapes futures


ANNEXE 1: Liste des participants au séminaire de São Paolo et adresses

Sénégal: M. Ousseymou Fall
Programme Prospective Urbaine, ENDA, B.P. 3370, Dakar
tel: 221 - 822 46 28
fax: 221- 822 26 95
e-mail: ppu@ enda.sn

Burkina Faso: Mme Kadidia Tall
03 BP 7170, Ouagadougou 03
tel: 226 -36 21 58
fax: 226-36 30 32
e-mail: kadital@fasonet.bf

Argentine: M. Alvaro San Sebastian
M. Norberto Inda
Gral. Enrique Martinez 542, 1426 Buenos Aires
tel et fax: 54-1-553 12 37
e-mail: asanse@fadu.uba.ar

Brésil: Mme Sonia Alves Calio
Mme Marina Vaz
M. Hamilton (POLIS)
adresse (home): rua Dr. Cicero de Alencar 96 , 05580 080 São Paolo SP
tel (home): 55-11-210 90 67
fax: 55 11 818 43 08

République Dominicaine: Mme Isabel Rauber
adresse (home): calle 15 n° 6809 entre 68 y 70,
Playa, Ciudad de la Habana, Cuba
tel: 537 - 23 57 29
fax: 537 - 24 51 98
tel à Santo Domingo: 1809 - 685 43 88
e-mail: rauber@ip.etecsa.cu

Bulgarie: Mme Iskra Dandolova
Institut de Sociologie, Académie Bulgare des Sciences, P.O.Box 29, Sofia 1504
tel: 359 - 2 - 43 87 55
fax: 359 - 2 - 80 37 91
e-mail: dandolo-far@bgace5.uacg.acad.bg

Roumanie: Mme Cosima Rughinis
Université de Budapest, ICCV, Boulevard 13 Septembrie n. 13, Bucarest, sector 5
tel/fax: 40-1-411 48 05
tel (home): 40 - 1 - 630 13 51
e-mail: cosima@iccv.ro

UNESCO-Paris :
M. German Solinis
UNESCO / MOST
fax: 33 - 1 - 45 68 57 28
e-mail: g.solinis@unesco.org

Coordination suisse:
M. François Hainard
Mme Christine Verschuur
Université de Neuchâtel
Pierre-à-Mazel 7
2000 Neuchâtel, SUISSE
tél : (41) 32 718 14 25
fax: (41) 32 718 12 31
e-mail: francois.hainard@seco.unine.ch
 

ANNEXE 2: Programme de travail du séminaire de São Paolo: 18 à 25 septembre 1999

Vendredi 17 septembre: arrivée des participants
17 h aéroport, transport à l'hôtel

Samedi 18 septembre: Santo André

matin: visite rapide de la ville de Santo André, où se situe le terrain de recherche de l'équipe brésilienne du réseau

14 h: rencontre avec l'association MDDF (Movimento de Defesa dos Favelados), mouvement de base partenaire de l'équipe de recherche, du quartier Gamboa

17 h: rencontre avec l'Association des Habitants de la Gamboa, autre partenaire de la recherche

Dimanche 19 septembre:
matin:
- présentation du programme de travail de la semaine
- point de la situation de chaque équipe par le groupe de coordination du réseau
- problématique commune: empowerment, développement urbain et environnement; comparaison entre les sept terrains

après-midi:
- présentation par chaque équipe du travail réalisé durant l'année
(1/4 h par équipe de présentation, 1/4 d'heure de discussion) et formulation de la problématique principale de chaque recherche

- rencontres individuelles entre la coordination et équipes (questions comptables et administratives)

Lundi 20 septembre:

Chaque équipe apporte les éléments de sa recherche: analyse des résultats, contributions à la réflexion sur le thème (croisement ville-environnement et genre), conclusions.

matin:
- Brésil ("empowerment des femmes dans les mouvements de base de la favela Gamboa à Santo André")

- Burkina ("gestion des déchets urbains par un groupement animé par des femmes du quartier")

après-midi:
- Sénégal ("transformation des rôles des femmes dans les associations et groupements économiques du quartier Santhiaba à Pikine, Dakar")

- Bulgarie ("réseaux d'entraide et de solidarité à Iambol, ville en processus de désurbanisation, et transformations des rapports sociaux entre hommes et femmes")

Mardi 21 septembre:

matin :
- Roumanie ("lutte contre la pauvreté, environnement et participation des habitants dans un squatt de Bucarest")

- Argentine ("environnement, organisations de base et empowerment des femmes dans un quartier marginal de Campana")

après-midi :
- République Dominicaine ("pauvreté, environnement et relations de genre dans un bidonville de Santo Domingo"

- rencontres individuelles entre coordination et équipes (questions comptables et administratives)

Mercredi 22 septembre:

matin:
- discussion de groupe: analyse comparative: quels apports la recherche en réseau fournit-elle pour la réflexion sur ce thème croisé ? points forts et faibles

- les rapports entre recherche et action, et la recherche comparative;

après-midi
- discussion de groupe sur les pistes de recommandations
(contenu et forme, acteurs et stratégie);

- futur: la nouvelle stratégie du programme MOST après l'an 2000; - mise en oeuvre potentielle de projets dans le cadre d'une coopération avec la Suisse.

Jeudi 23 septembre: Santo André

- rencontres avec les responsables d'un projet de développement intégré ville-environnement
- rencontres avec les responsables de la municipalité et d'éventuels autres acteurs locaux
- tour de la ville de São Paolo

Vendredi 24 septembre

matin: - conclusions provisoires sur les contributions théoriques
après-midi: - conclusions provisoires sur les recommandations
soir: - São Paolo: soirée de clôture

Samedi 25 septembre

matin: - programme de travail jusqu'à la fin de l'année 1999: dernières contributions pour l'élaboration de l'ouvrage collectif final.

après-midi: libre

départ des participants


To MOST Clearing House Homepage