L'UNESCO au Forum social mondial 2002

Après les manifestations de Seattle, Prague, Nice, Gênes, et surtout suite au rassemblement du premier Forum Social Mondial (janvier 2001), de nombreuses personnes sont attendues à Porto Alegre du 31 janvier au 5 février 2002 pour le second Forum Social Mondial (FSM II). A Porto Alegre, il ne s'agira pas de manifester en marchant dans les rues, mais de discuter les alternatives possibles pour un monde plus juste et socialement durable.

Au cours de cette mobilisation studieuse et engagée, les débats s’articuleront autour de quatre axes thématiques : production de richesses, accès aux richesses, affirmation de la société civile et des espaces publics, et pouvoir politique et éthique. Le but du FSM II est de réfléchir à la meilleure façon de promouvoir des valeurs de justice, de solidarité et de participation démocratique et, à partir de leur analyse et du diagnostic développé, commencer à formuler des propositions et des stratégies autres à l'orientation « néolibérale » de la mondialisation et à la pensée unique qui lui est associée. Si le processus de mondialisation est porteur d'intégration, il génère aussi des formes d'exclusion, favorisant d'un côté de nouvelles occasions d’enrichissement pour certains secteurs et groupes significatifs de la société, et marginalisant de l'autre de nombreux acteurs politiques et sociaux.

L'UNESCO, en tant que laboratoire d’idées et organisation chargée de la coopération intellectuelle et scientifique internationale, est appelée à prendre une part active dans le mouvement global en faveur du développement social en contribuant à l’avancement du savoir et l’élaboration de principes et de politiques. C'est pourquoi cette année encore, l’UNESCO renouvelle sa participation au FSM.

En coopération avec ses partenaires de la société civile, l’UNESCO propose trois ateliers qui porteront sur des enjeux contemporains liés aux domaines de compétences de l'organisation – éeducation, sciences, culture et communication – tout en essayant d’établir des liens entre savoir scientifique et action publique. Elle sera également présente sur un stand dans l’enceinte du FSM II , lieu d'information sur les activités de l'organisation ainsi que espace informel d'échange et de réflexion.

Le temps est venu de se demander : Quelles sont les alternatives possibles face à une mondialisation exclusivement marchande et non solidaire? Est-ce possible de mettre en œuvre les processus de mondialisation pour la justice sociale ?

La participation de l’UNESCO au Forum social mondial est importante. L’une et l’autre partagent la conviction de devoir renforcer la construction collective et alternative pour un nouvel ordre social. Forte d’actions stratégiques réalistes, cette vision commune peut faire de la mondialisation et du respect des droits humains deux processus convergents. Lors du premier Forum Social Mondial, l’UNESCO avait promu un débat autour de la gouvernance démocratique, comme thème stratégique de discussion politique et prospective.

Au centre de ce débat, les apports des participants africains, asiatiques, européens et latino-américains, porteront sur :

    • le rôle de l’Etat et des mouvements sociaux dans le renforcement de la capacité des démocraties à contrer et à gérer la mondialisation au profit de leurs citoyens ;
    • les instances de régulation internationale existantes et à mettre en place ;
    • les moyens d'instaurer une gouvernance du système mondial fondée sur des principes démocratiques ;
    • les rôles pour les Nations Unies et pour les acteurs non-étatiques, notamment les ONG, dans cette gouvernance démocratique mondiale.

Sur la base des débats, les différentes publications ont fait ressortir le besoin d’approfondir les analyses autour de la démocratie en tant que système complexe de gestion des conflits, qui privilégie le politique sur l'économique. D’où la question générative : comment considérer la démocratie face à la crise de la représentation politique, à l’émergence de nouvelles formes de citoyenneté ?

La « gouvernance démocratique », comme thème stratégique, orientera cette année le débat autour de questions plus focalisées, situées historiquement dans un lieu, un temps et une problématique particulière. Le programme que l’UNESCO propose pour le FSM II comporte trois thèmes qui seront développés à l’occasion de trois séminaires :

Les séminaires visent à promouvoir un débat ouvert notamment sur les axes du FSM II, notamment :

    • accès aux biens et durabilité;
    • dynamiques, mouvements sociaux et gouvernance;
    • principes, valeurs et identités culturelles.

  © 2002 - UNESCO   
Image: © UNESCO, G. Solinís