16.03.2017 - UNESCO Office in Dakar

Améliorer le dialogue social sur l’Éducation au Sénégal (in French)

©UNESCO

Le 28 février et le 1er mars 2017 s’est tenu à Dakar, Sénégal, un atelier de réflexion et de discussion pour ébaucher un avant-projet de cadre directeur pour le renforcement des capacités des enseignants, pour le dialogue social et l’analyse des politiques éducatives.

Cet atelier fait suite au lancement, en janvier 2017 avec l’appui de l’UNESCO, du Groupe Local des Partenaires d’Education (GLPE). Etaient présents des représentants du Bureau International du Travail, de l’Internationale de l’Éducation, de la Commission nationale de l’UNESCO, du ministère de l’Éducation Nationale, de la COSYDEP, des syndicats d’enseignants et d’inspecteurs, d’associations de parents d’élèves, ainsi que du Bureau de l’UNESCO à Dakar.

Le dialogue social est une composante essentielle de la protection et de la promotion des droits des enseignants, ainsi que du succès des politiques éducatives. Il existe, au Sénégal, une forte dynamique syndicale, couplée à une revendication profonde des enseignants (syndiqués et non syndiqués) qui visent à améliorer la mise en œuvre des conventions existantes et à renforcer leur statut professionnel. Pour faciliter le dialogue, le gouvernement du Sénégal a créé le Comité National du Dialogue Social en 2010, avec pour objectif de faire office d’interface, pour les syndicats comme pour le gouvernement, et de favoriser la coopération dans une démarche générale de prévention des crises qui perturbent les enseignements/apprentissages. Dans la même lignée le gouvernement a créé, en janvier 2017, le Groupe Local des Partenaires d’Education (GLPE)  avec l’appui de l’UNESCO, afin d’élargir le dialogue sectoriel aux représentants de la société civile, notamment les parents d’élèves, les syndicats d’enseignants, les autorités locales ou encore les parlementaires.

Malgré ces instances de dialogues et autres, le climat social dans le secteur de l’éducation se caractérise toujours par des tensions récurrentes et multiples. L’analyse des raisons à ces tensions révèle une faiblesse des capacités de dialogue et un manque de compréhension des enjeux et des modalités d’action qui compromettent le bon fonctionnement du système éducatif du pays comme la condition des enseignants. Dans un tel contexte, le Sénégal voit la réalisation de ses objectifs de politique éducative ralentie du fait de grèves répétées des syndicats des enseignants, suscitant parfois une incompréhension entre la société civile et l’État.

L’atelier soutenu par l’UNESCO les 28 février et 1er mars visait à préciser les contours d’un plan d’orientation pour « améliorer le soutien et la participation des enseignants aux groupes locaux d’éducation ». Au cours de ces travaux, les échanges entre les représentants de l’État, des représentants des organisations syndicales des enseignants et de la société civile et de la société civile ont permis de réaliser l’inventaire des formations existantes pour les enseignants, en matière de dialogue social et de politiques éducatives, et d’identifier des pistes de remédiation. L’avant-projet de cadre directeur pour le renforcement des capacités des enseignants, ébauché à l’issue de l’atelier, ambitionne de servir de guide, pour tous les acteurs de l’éducation concernés par l’établissement et la diffusion de stratégies nationales, ou de programmes de formations spécifiques, visant à renforcer la capacité des enseignants à participer au dialogue social ainsi qu’au processus de formulation des politiques et plans relatifs à l’éducation.

A la fin de l’atelier, tous les participants ont réaffirmé leur volonté de construire un dialogue social fécond dans une compréhension mutuelle entre l’État et la société civile, et ont salué les efforts de l’UNESCO et son engagement dans la défense d’un enseignement accessible, équitable et de qualité.

Le déroulement de cet atelier a été possible grâce à un financement conjoint de l’UNESCO et du Partenariat Mondial pour l’Éducation et de l’Équipe spéciale internationale pour les enseignants

Pour plus d’information sur cette activité veuillez consulter: Mme Valérie Djioze-Gallet, responsable de questions d’Enseignement-Apprentissage au bureau de l’UNESCO à Dakar (v.djioze(at)unesco.org




<- Back to: News
Back to top