06.12.2018 - UNESCO Office in Dakar

Inauguration of the Museum of Black Civilizations: an important milestone in the history of Senegal, Africa and its diaspora (in French)

©UNESCO/M. Piccio

L’UNESCO célèbre aujourd’hui à Dakar, aux côtés du Sénégal, de l’Afrique et de sa diaspora, l’inauguration du Musée des Civilisations Noires qui s’intègre dans une nouvelle génération de musées, conçu comme un lieu vivant de rencontres et de transmission d’un patrimoine aussi bien matériel qu’immatériel.

L’Afrique n’a eu de cesse de marquer l’histoire des civilisations. Le continent a contribué à la connaissance, aux savoirs scientifiques, techniques, philosophiques mais encore à l’organisation politique, étatique et économique de sociétés complexes. L’Afrique est une terre d’une intense créativité artistique et dont la richesse culturelle continue à inspirer et à essaimer à travers le monde.

Le nouveau Musée des Civilisations Noires en témoigne. Il s’intègre dans une nouvelle génération de musées dont le continent est en train de se doter, où le dialogue et l’échange entre les civilisations sont à l’honneur pour que le continent et sa diaspora, à travers le travail porté par l’expertise et les professionnels africains, ne cessent d’écrire leur histoire sans la figer dans le temps. Le Musée des Civilisations Noires a aussi été conçu comme un lieu d’éducation, facteur d’intégration et d’éducation sociale, de dialogue des cultures et des civilisations, un lieu de rencontre et d’échange, à l’heure de la mondialisation. C’est aussi un pas important vers la réalisation d’une Afrique pourvue d’une forte identité culturelle, un patrimoine, des valeurs et une éthique communs telle que prônée par l’Agenda 2063 de l’Union africaine à travers sa cinquième aspiration.

Le projet de musée, imaginé par le Président Senghor, dans le sillage du Premier Festival des Arts Nègres de 1966, avait trouvé l’oreille attentive de René Maheu, alors Directeur général de l’UNESCO, lors de sa visite à Dakar en 1974. Le projet fut initialement confié à l’architecte mexicain Pedro Ramirez Vasquez, qui a conçu le Musée national d’Anthropologie de Mexico, pour la conception du bâtiment lui-même et à l’écrivain-ethnologue suisse Jean Gabus pour la partie muséologique. Bien des années plus tard, en 2016 et 2017, l’UNESCO, seule agence du système des Nations Unies dotée d’un mandat spécifique en matière de culture, a été invitée par le Sénégal à participer à la conférence de préfiguration et aux ateliers de conception du Musée. L'adoption en novembre 2015 par la Conférence générale de la Recommandation concernant la protection et la promotion des musées et des collections, leur diversité et leur rôle dans la société avait permis en effet à l’Organisation de franchir une nouvelle étape décisive vers le développement et la mise en œuvre d'une vision novatrice et ouverte des musées au XXIe siècle. L’UNESCO a notamment partagé les documents sur des sites du patrimoine mondial, ainsi que les archives des femmes africaines qui ont apporté une contribution particulière au continent africain et au-delà.

Aujourd’hui l’UNESCO se félicite de l’aboutissement de ce projet panafricain et de la mobilisation internationale qu’il y a eu autour du projet, notamment le soutien apporté par la République Populaire de Chine, et la solidarité de nombreux musées africains, dont les professionnels ont participé à sa conception scientifique et à la constitution de ses collections.

A l’occasion de l’inauguration, M. Ernesto Ottone Ramirez, représentant la Directrice-générale de l’UNESCO et sous-directeur général pour la culture, a remis au Président de la République du Sénégal une copie de pièces d’archives que détient l’UNESCO depuis 1974, sur la coopération qui a présidé à la genèse du Musée des Civilisation Noires : « Elles rappelleront non seulement les liens entre les deux institutions, mais aussi, l’attachement commun à promouvoir le dialogue et la paix. ». Il a également fait part de la disposition de l’UNESCO à continuer à apporter son soutien au développement et à la promotion de la culture en Afrique et en particulier au renforcement de ses capacités.

Liens :

L’Histoire Générale de l’Afrique, lancée par l’UNESCO en 1964.

Femmes dans l’histoire de l’Afrique

Formation des ressources humaines compétentes dans les métiers (conservation, restauration, gestion, administration, etc.) du patrimoine

Découvrir le travail du secteur culture de l’UNESCO en Afrique de l’Ouest




<- Back to: News
Back to top