21.02.2013 -

Violence contre les femmes en Afrique de l'Ouest : Dernier atelier en Gambie

Le troisième et dernier atelier du projet couvrant trois pays en Afrique de l’Ouest (Gambie, Guinée-Bissau, Sénégal) est organisé à Banjul, Gambie, du 20 au 21 février 2013. L’atelier validera les résultats de différentes études de cas sur le mouvement social des femmes et les violences basées sur le genre effectuées sous la supervision du Bureau régional de l’UNESCO à Dakar.

Avec comme objectif final d’aboutir à la mise en œuvre d’un plan d’action permettant de transformer le quotidien des femmes victimes de violences, cet atelier de deux jours, organisé en coopération avec la Commission nationale gambienne pour l’UNESCO, réunira plus d’une trentaine de participants, principalement issus des sphères gouvernementale, universitaire et de la société civile.

Il permettra de finaliser les résultats des deux études de cas lancées, en 2011, dans le cadre d’un projet conjoint de l’UNESCO, de l’ONU-Femmes et du CODESRIA et effectuées, en collaboration avec les organisations de la société civile, selon la méthode d’analyse AFOM qui permet de repérer les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces d’une catégorie de population dans un domaine donné : en l’occurrence, le mouvement social des femmes et les violences basées sur le genre.

Accélerer le changement

“Se basant sur des résultats de ces études conduites en Gambie, des recommandations politiques, susceptibles d’être rapidement mises en œuvre sur le terrain, seront formulées sous la forme d’un « document politique » qui sera officiellement transmis aux autorités nationales à l’issue de l’atelier,” indique Marèma Touré-Thiam, Responsable de la Section des Sciences sociales et humaines à l’UNESCO-Dakar.

Les actions qui seront proposées, ajoute Touré-Thiam, devront contribuer à l’éradication des violences basées sur le genre en renforçant les compétences et capacités au niveau national.

L’idée est d’accélérer, d’encadrer et d’orienter les transformations sociales dans l’optique d’asseoir une véritable équité entre les hommes et les femmes dans ce pays, tout en favorisant le leadership féminin dans les domaines socio-économique, politique et culturel.

Des études similaires au Sénégal et en Guinée-Bissau

L’UNESCO-Dakar a mené des études similaires au Sénégal et Guinea-Bissau qui ont été validées. Les trois études constituent un échantillon représentatif des mécanismes communs et des spécificités en matière de mouvement social des femmes et de violences basées sur le genre en Afrique de l’Ouest.

Les validations des études au Sénégal et en Guinea-Bissau étaient effectuées lors d’ateliers tenus du 2 au 3 octobre 2012 à Dakar, et du 27 au 28 novembre 2012 à Bissau.




<- Back to: Dynamic Content Single View
Back to top