» Présentation à New York de la liste rouge des antiquités syriennes en péril
26.09.2013 -

Présentation à New York de la liste rouge des antiquités syriennes en péril

© UNESCO -UNESCO Director-General Irina Bokova with the President of the International Council of Museums (ICOM), Dr. Hans-Martin Hinz, Ms Emily Rafferty, President of the Metropolitan Museum of Art, Ms Bonnie Burnham, President of the World Monuments Fund, Mr Thomas Campbell, Director and Chief Executive Officer of the Metropolitan Museum of Art, at the launch of an Emergency Red List of Syrian Cultural Objects at Risk. New York, September 2013.

Mercredi 25 septembre, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, s’est jointe au Président du Conseil international des musées (ICOM), M. Hans-Martin Hinz, et à la Sous-Secrétaire d’État américaine à la population, aux réfugiés et aux migrations, Mme Anne Richard, pour présenter une liste rouge des biens culturels syriens en péril.

La manifestation avait pour cadre le Metropolitan Museum of Art de New York, et le Directeur du musée, M. Thomas Campbell, ainsi que la Présidente du World Monuments Fund, Mme Bonnie Burnham, y ont également pris la parole.

Depuis 2000, l’ICOM, en étroit partenariat avec l’UNESCO, a publié 12 listes rouges de biens culturels en péril partout dans le monde.

Les listes rouges de l’ICOM facilitent le travail de la police, des agents des douanes et de tous les autres professionnels concernés par la protection du patrimoine culturel dans le monde entier en les aidant à identifier les catégories d’objets particulièrement exposés à des achats, des transactions et des exportations illicites. La liste rouge syrienne contient des objets représentatifs des principales périodes de l’histoire du pays : la préhistoire et l’antiquité, la période islamique et le Moyen Âge ainsi que la période ottomane.

En se disant profondément bouleversée et attristée par la perte de si nombreuses vies humaines en Syrie depuis le début du conflit, Irina Bokova a évoqué la destruction tragique et irréversible du patrimoine sans pareil de la Syrie, de la ville d’Alep au site du Crac des Chevaliers inscrit au patrimoine mondial.

« À l’UNESCO, nous pensons qu’il n’y a pas à choisir entre sauver des vies et sauver le patrimoine culturel. La protection du patrimoine est indissociable de la protection des populations, parce que le patrimoine est porteur de l’identité des peuples. Il procure aux gens la force et l’assurance nécessaires pour contempler l’avenir – il est un vecteur de cohésion sociale et de redressement. C’est pourquoi sa protection doit faire partie intégrante de toute action humanitaire », a déclaré Irina Bokova.

Mme Bokova a tout particulièrement remercié le Département d’État américain pour son soutien financier qui a permis d’établir la liste rouge. Elle a également rendu hommage à l’engagement constant de ce pays dans la lutte contre le trafic des biens culturels, notamment dans le cadre de la Convention de 1970 de l’UNESCO concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels, et elle a exprimé l’espoir que les États-Unis continueront de s’engager pleinement auprès de l’UNESCO.

« Le patrimoine irremplaçable de la Syrie ne peut être protégé que par une réponse internationale coordonnée », a souligné la Directrice générale. En rappelant les actions menées par l’UNESCO à cet égard – notamment l’organisation de réunions et de formations techniques ainsi que l’approbation d’un plan d’action visant à prévenir de nouvelles pertes et à réparer les dommages subis par le patrimoine culturel syrien – Irina Bokova a appelé à une coopération active de la part des pays voisins de la Syrie, ainsi que des partenaires de la police et des douanes, pour renforcer la lutte contre le trafic des biens culturels.




<- Back to: All news
Back to top