» Yeosu : Agir dans l’union pour des océans sains
12.08.2012 -

Yeosu : Agir dans l’union pour des océans sains

© UNESCO/Cynthia Guttman – Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, avec M. Willy Telavi, Premier Ministre de Tuvalu Prime, lors d’une rencontre avec les médias, à la fin du Forum sur la Déclaration de Yeosu, le 12 août 2012.

Lors du Forum sur la Déclaration de Yeosu, le 12 août 2012, Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO, a appelé à mieux prendre conscience de la nécessité, au lieu d’exploiter les océans, de se mettre à les gérer de manière viable ; elle a appelé aussi à développer les moyens et à accroître les connaissances scientifiques pour ce faire. Elle s’est félicitée du lancement du Pacte sur les océans par Ban Ki-moon, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, y voyant un document historique pour une gestion plus viable des océans par tous les partenaires en cause.

La « Croissance verte grâce à la mer » résume bien l’esprit de la Déclaration de Yeosu, adoptée à la fin d’une exposition de 93 jours sur « La mer et les côtes vivantes », qui a offert un voyage aventureux, novateur et dynamique au sein des richesses de l’océan, attirant plus de 8 millions de visiteurs dans la ville côtière méridionale de Yeosu.

« Nous devons tous nous faire les défenseurs de l’océan, c’est le message que nous adressons aujourd’hui au monde », a dit M. Ban lors du Forum, qui a eu lieu juste après le lancement du Pacte sur les océans. « Ce n’est aujourd’hui que le début d’une initiative en faveur d’océans sains, mais c’est aussi un appel énergique à l’action et un itinéraire pour l’avenir. »

Le Pacte sur les océans est l’expression d’une conception stratégique grâce à laquelle l’Organisation des Nations Unies pourra s’acquitter avec plus de cohérence et d’efficacité de son mandat concernant les océans. L’objectif en est triple : protéger les êtres humains et améliorer la santé des océans ; protéger, rétablir et entretenir l’environnement marin, et en reconstituer pleinement le potentiel pour la production alimentaire et les moyens d’existence ; étoffer les connaissances sur la mer et améliorer la manière dont elle est gérée. Mme Bokova a dit que l’UNESCO, qui a concouru à la rédaction du Pacte, était particulièrement touchée par ce dernier objectif. Elle a souligné que la viabilité des océans serait une dimension essentielle de l’agenda pour le développement après 2015.  Ban Ki-moon a fait l’éloge de l’UNESCO et du Programme des Nations Unies pour l’environnement, dont la longueur de vues et les initiatives ont contribué à la mise au point du Pacte.

Prenant la parole au Forum, M. Kim Hwang-Sik, Premier Ministre de la République de Corée, a déclaré que les modes de consommation actuels mettaient en danger la survie de la planète, et a fait valoir la nécessité d’une utilisation prudente des océans, faisant appel à des technologies écologiques et à d’autres mesures.

M. Willy Telavi, Premier Ministre de Tuvalu – petit État insulaire en développement que sa situation rend extrêmement vulnérable au changement climatique, et qui est tributaire des ressources biologiques marines, sa principale source de recettes et de nourriture – a appelé à conclure « un partenariat altruiste fondé sur une coopération authentique et des activités faisant appel à la fois aux savoirs scientifiques et aux savoirs locaux ». Tous les partenaires ont eu des paroles élogieuses pour la Déclaration de Yeosu, où s’exprimaient une conception et une stratégie communes de gouvernance et de mise en valeur durable des océans. « L’esprit et les idées de Yeosu resteront vivants grâce à la Déclaration », a dit le Premier Ministre, M. Kim Hwang-sik, à la cérémonie de clôture de l’Exposition.




<- Back to: All news
Back to top