14.07.2017 - UNESCO Office in Dakar

Du Parc W au Complexe W-Arly-Pendjari, du nouveau pour la région (in French)

3 pays pour 1 site du patrimoine mondial : la décision du Comité du patrimoine mondial est tombée ce vendredi 7 juillet à Cracovie en Pologne ! Le Burkina Faso et le Bénin tiennent chacun leur 1er site naturel. Il s’agit du Parc du W. Certains diront peut-être que le Parc du W était déjà inscrit, par le Niger, sur la Liste du patrimoine mondial depuis 1996. Tout cela est vrai.

Mais c’est sans compter sur la détermination, à la fois des Nigériens, Burkinabés et Béninois, d’étendre la zone protégée du Parc du W au Parc national d’Arly au Burkina Faso et au Parc national de la Pendjari et d’en faire un bien transfrontalier dorénavant appelé Complexe W - Arly - Pendjari (complexe WAP). Une initiative de gestion transfrontalière efficace qui a donc porté ses fruits à travers cette consécration.

C’est ce que souligne Hamissou Halilou Malam Garba, chef de la division des aires protégées au ministère nigérien de l'Environnement en partageant « un sentiment de satisfaction et un sentiment d’un travail accompli. Parce qu’il faut le dire, c’est depuis 2010-2011 qu’une commission a été mise en place, une commission de techniciens pour pouvoir vraiment réfléchir sur cette inscription, sur l’élaboration du dossier afin d’aboutir aujourd’hui à ce résultat. »

Les bureaux UNESCO d’Abuja et de Dakar ont particulièrement suivi et appuyé les travaux du Burkina Faso et du Bénin qui ont mené à bien cette inscription. En plus des équipes techniques nationales réunies pour conduire ce dossier de candidature, Youssouph Diedhiou, expert en patrimoine naturel au sein de l’Union International pour la Conservation de la nature (IUCN) a su apporter son expertise technique.

Cette extension transnationale permet le regroupement d’écosystèmes terrestre, semi-aquatique et aquatique des savanes, faisant ainsi de ce bien le plus vaste continuum en Afrique de l’Ouest. La gestion en saura d’autant plus coordonnée et efficace pour une protection renforcée des espèces animales menacées d’extinction dans ce complexe. Il s’agit, entre autres, du guépard, de l’éléphant, du lion, du léopard, de la gazelle à front roux, du damalisque, du lycaon et de l’hippopotame, qui figurent sur la liste rouge de l’UICN.




<- Back to: All news