Oti-Keran/Oti-Mandouri

The Biosphere Reserve complex, including Keran National Park and the ‘Reserve de Faune l’Oti-Mandouri’, covers 179,000 ha, with 16,710 inhabitants in the northern part of the country.

Declaration date: 2011
Surface Area: 179,000 ha
Administrative division: Direction de la Faune et de la Chasse (Ministère de l'Environnement et des Ressources Forestières)

Zone(s) centrale(s) : 41914 ha
Zones tampon (s)/ Zone(s) de transition : (7) 49700 ha
Zonage existant différent : Oui
Variation en altitude (mètre au-dessus du niveau de la mer) : (11.2) : 109 à 140 m

Ecological Characteristics

(Description only available in French)

Le Complexe OKM offre une topographie variée à dominance de bassins fluviaux et de vastes plaines à l’origine des différents écosystèmes rencontrés dans la zone. Les principales formations végétales comprennent des savanes arborées de type soudano-guinéenne. Cette végétation favorise le complexe de disposer d’une faune variée riche essentiellement en espèces de savanes.

Suite à l’hostilité des populations locales contre toute idée d’aménagement de la faune, tous les symboles de conservation locales ont été remises en cause conduisant à l’envahissement du complexe. La diversité biologique a connu une érosion sans précédent.

Aucun plan de gestion n’a été établi pour orienter la gestion des aires constitutives du complexe. Cependant, la politique actuelle conduite par le Gouvernement à travers le MERF sur l’ensemble des aires protégées prioritaires en cours de requalification devra déboucher sur des plans directeurs d’aménagement et de gestion.

Le complexe connaît une forte pression anthropique dont l’origine remonte à un passé récent. Les populations installées dans les limites périmétriques du complexe pratiquent l’agriculture, l’élevage, la chasse et aussi effectuent la carbonisation, une activité qui dégrade fortement les formations végétales de la zone.

Mais suite à de nombreuses campagnes de sensibilisation des populations locales et de séances de travail régulières avec les autorités administratives et traditionnelles organisées dans le cadre du programme de réhabilitation des aires protégées, l’on note une prise de conscience des populations riveraines ; ce qui a conduit au déplacement volontaire de certains villages qui se sont réinstallés hors des limites du complexe. Les observations directes sur le terrain et les rapports de nombreuses missions effectuées dans le complexe par les forestiers, entre autres, le rapport d’avant-projet d’aménagement du parc national d’Oti-Kéran, recensement aérien des populations d’éléphants dans le parc W et le complexe OKM, etc. témoignent de la reconstitution du couvert végétal et du retour progressif des animaux.

> Back to Biosphere Reserves in Togo

                                                                                         Last updated: October 2011

Back to top