22.09.2013 -

Accroître l’engagement du monde de l’entreprise dans l'éducation : un investissement gagnant-gagnant

Lors du Sommet des dirigeants signataires du Pacte mondial des Nations Unies, le 20 septembre, la Directrice générale a présenté un Cadre pour l’engagement du secteur des affaires dans l'éducation qui vient de paraître.

Mis au point par l'UNESCO, l’UNICEF, l’Envoyé spécial des Nations Unies pour l'éducation mondiale et le Pacte mondial des Nations Unies, « The Smartest Investment: A Framework for Business Engagement in Education » fait valoir que l'éducation n’est pas seulement bonne pour la société mais également pour le monde économique. Le cadre indique les moyens de réaliser des profits dans le monde de l’entreprise tout en faisant progresser la réalisation des objectifs du développement.

« L’investissement dans l'éducation est gagnant-gagnant et profite à la fois à l’apprentissage et au monde de l’entreprise » a déclaré Mme Bokova. « Le secteur privé n’est pas simplement un donateur, c’est un partenaire, et même un partenaire clé susceptible de jouer un rôle important en anticipant les compétences nécessaires pour insuffler la croissance aux économies d’aujourd’hui » a affirmé Mme Bokova. Elle a souligné la nécessité de changer « l’optique de l'éducation », en mettant l’accent sur une perspective holistique, la dimension qualité, différents moyens d’apprentissage et l’amélioration des liens entre l’école et le lieu de travail. « L'éducation est un droit humain fondamental et un fondement du bien public. Il n’y a pas de meilleur investissement à long terme pour les sociétés ou pour le monde de l’entreprise ».

Le cadre définit un processus d’engagement en trois temps : aider les entreprises à faire valoir en interne pourquoi elles devraient s’impliquer dans l'éducation ; choisir des activités appropriées ; et agir de manière responsable.

La Directrice générale a également présidé une discussion sur le rôle de l’entreprise pour soutenir le passage de l’école à la vie active lors du Forum du secteur privé sur l’Afrique organisé dans le cadre du Pacte mondial des Nations Unies. Les participants, parmi lesquels John Fallon, Directeur général de Pearson et Janine Whitbread, Directrice générale de Save the Children International, ont souligné la nécessité de considérer les entreprises comme des partenaires à part entière de la réforme de l'éducation et pas uniquement comme des donateurs. « Les partenariats publics-privés devraient tout couvrir, depuis les normes, les qualifications et les programmes d'enseignement, jusqu’aux conseils sur la formulation des politiques et la promotion de l’innovation », a déclaré la Directrice générale. Mme Bokova a également insisté sur l’importance de travailler en étroite coopération avec les gouvernements. « L’adhésion des gouvernements est nécessaire, ils doivent voir que la contribution du secteur privé est conforme à leurs priorités. C’est la clé d’un partenariat réussi ».

Le cadre favorise l’Initiative mondiale pour l'éducation avant tout du Secrétaire général de l’ONU dont l’objectif est de permettre à chaque enfant d’avoir accès à l’école, d’améliorer la qualité de l'éducation et de promouvoir la citoyenneté mondiale.




<- Back to:
Back to top