12.03.2013 -

Visite de la Directrice générale en Égypte sur le thème de l’éducation pour la justice sociale, de la coopération dans le domaine de l’eau et du développement culturel

© UNESCO/Naima Sedrati -UNESCO Director-General, Irina Bokova, with the Prime Minister of Egypt, Dr Hisham Qandeel, March 2013.

© UNESCO/Naima Sedrati -UNESCO Director-General, Irina Bokova, with the Egyptian Minister of Culture, Mr Mohamed Saber Arab, March 2013.

Au cours de sa rencontre avec le Premier ministre égyptien, le docteur Hisham Qandeel, la Directrice générale, Irina Bokova, a souligné l’engagement de l’UNESCO envers l’Égypte et exprimé son soutien au processus actuel de transition vers la démocratie de ce pays. « La coopération entre l’Égypte et l’UNESCO a toujours constitué un élément très important de l’histoire de l’Organisation », a-t-elle rappelé.

Le Premier ministre a salué la volonté de la Directrice générale d’aider l’Égypte dans ce processus.

« L’éducation joue un rôle fondamental dans la justice sociale et la cohésion sociale », a déclaré Hisham Qandeel. « Nous comptons sur le soutien de l’UNESCO pour lui redonner sa fonction originale, à savoir éduquer des citoyens responsables. »

Le Premier ministre a souligné de plus le rôle central de l’eau dans le développement durable et il a appelé l’UNESCO à renforcer les capacités des pays situés dans le bassin du Nil afin de soutenir leur coopération dans le domaine de l’eau, de partager leurs meilleures pratiques relatives à la gestion des ressources souterraines, de développer les capacités institutionnelles des instituts existant déjà dans ces États et d’accroître la coopération régionale grâce à la recherche et à la constitution de réseaux. Il a également exprimé son inquiétude vis-à-vis de la préservation du patrimoine culturel dans les territoires palestiniens occupés et a remercié l’UNESCO pour son soutien continu aux efforts visant à préserver ce patrimoine.

La stratégie décennale de l’Égypte pour réformer l’éducation a également été au cœur de la réunion entre la Directrice générale et le Ministre de l’éducation, M. Ibrahim Ghoneim, qui a rappelé que l’Égypte comptait 18 millions d’élèves, 1,2 million d’enseignants et 700 000 administrateurs. Il a précisé par ailleurs que son ministère visait un taux d’accès de 60 % aux services d’éducation et de protection de la petite enfance d’ici 2015, et il a cité l’équité sociale et la formation des enseignants comme étant des piliers fondamentaux de cette stratégie, qui supposerait également de relever le défi de la scolarisation des enfants des rues. Le ministre a remercié l’UNESCO pour son soutien à cet effort national en déclarant que « investir dans l’éducation reviendrait à soutenir directement l’aspiration du peuple égyptien à la justice sociale ». Ibrahim Ghoneim a aussi passé en revue les progrès accomplis pour intégrer l’éducation des adultes dans la constitution égyptienne révisée afin que l’objectif d’éradiquer l’analphabétisme au cours des dix prochaines années fasse l’objet d’une stratégie dédiée de huit ans.

Le Ministre de l’enseignement supérieur, M. Mostafa Mosaad, a fait part de sa détermination à combattre l’analphabétisme et à impulser une nouvelle dynamique dans l’enseignement supérieur en mobilisant des partenaires et des ressources en faveur de l’innovation et de l’enseignement technique et professionnel afin de lutter contre le chômage. Il a également informé la Directrice générale de son intention de créer une université scientifique et technologique et s’est montré intéressé par un partage des expériences dans ce domaine. Si le ministre a remercié l’UNESCO de soutenir l’Unité de planification stratégique, il a aussi exprimé son inquiétude devant les disparités régionales qui caractérisent l’accès à l’enseignement supérieur, tout en soulignant la nécessité de régler en priorité le problème de la formation des administrateurs universitaires.

Au cours de sa réunion avec le Ministre de la culture égyptien, le docteur Mohamed Saber Arab, la Directrice générale a rappelé « la naissance du concept de patrimoine mondial en Égypte, parfaitement illustré par la valeur universelle exceptionnelle des monuments nubiens. »

Le ministre a mis en avant le riche patrimoine culturel de son pays et son rôle fondamental dans le développement durable de l’Égypte : « La culture et le développement vont de pair », a-t-il fait remarquer. Le ministre Mohamed Saber Arab a également évoqué les défis liés à la sécurité publique sur les sites du patrimoine culturel et a sollicité l’assistance de l’UNESCO pour mettre en place des équipements culturels permettant d’accroître la sécurité et de sensibiliser davantage le public à l’importance du patrimoine culturel pour le peuple égyptien, en particulier les générations futures. Dans ce contexte, il a noté que les jeunes prenaient de plus en plus conscience de la nécessité de lutter contre le trafic d’objets culturels mis au jour lors de fouilles illégales.

Le ministre a également insisté sur la nécessité pour l’Égypte d’être soutenue par l’UNESCO afin de sauvegarder sa vaste collection de manuscrits. Il a fait part à la Directrice générale de son souhait de catalyser les efforts de sauvegarde pour préserver la richesse des expressions culturelles vivantes de son pays, ainsi que du besoin urgent de mettre en place une stratégie globale en faveur du développement durable des expressions culturelles et des industries créatives telles que l’artisanat en Égypte. Il s’est ainsi référé à la riche tradition culturelle du Sinaï, actuellement affectée par des problèmes de sécurité. Le ministre a exprimé sa détermination à appliquer efficacement la Convention de 2005 de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, notamment en renforçant les capacités des professionnels de la culture et en mettant en place des équipements culturels pour favoriser les activités génératrices de revenus, l’emploi des jeunes et le développement culturel du pays.

Le développement des technologies de l’information et de la communication a été identifié comme une priorité par le Ministre des technologies de la communication et de l’information, M. Atef Helmy Naguib, à la fois pour l’apprentissage en ligne et à des fins scientifiques, économiques et de gouvernance. Le ministre a salué le Bureau de l’UNESCO au Caire pour sa participation à la conception d’une stratégie globale en faveur des TIC dans l’éducation et au développement de réseaux scientifiques sur Internet pour la région des États arabes.

 




<- Back to:
Back to top