Previous Page  21 / 21
Information
Show Menu
Previous Page 21 / 21
Page Background

21

Cours de l’UNESCO pour les enseignants du secondaire sur l’ECCDD

Les élèves influent sur le déplacement

de leur école vers un lieu plus sûr

Ayant appris, suite à une évaluation des risques,

que leur école était exposée à un risque élevé de

glissements de terrain, des organisations d’enfants

des Philippines ont lancé une campagne pour

éduquer leurs pairs aux processus physiques de ce

phénomène et de nombreux élèves ont également

écrit au Responsable de la Division scolaire pour

exprimer leur désir de déplacer l’école. Le directeur

de l’école a décidé d’organiser un référendum dans

la communauté portant sur la nécessité de déplacer

l’école et malgré l’opposition initiale des parents alors

que les élèves y étaient favorables, les enfants ont

réussi par leurs efforts à influencer le vote si bien que

l’école a été déplacée dans un lieu plus sûr.

Le récit complet est sur :

http://www.plan-uk.org/ what-we-do/disasters/increasing-resilience/25540/

© Plan International

programme d’enseignement des sciences, une fois

tous les dix ans dans de nombreux pays

4

. L’éducation

au changement climatique, cependant, ne se limite

pas à la science du climat. Elle est transversale et

recouvre des disciplines différentes.

En matière d’atténuation et d’adaptation au

changement climatique, il faudra bien plus que

la connaissance des sciences naturelles. Là où

les impacts du changement climatique ne sont

pas immédiats ou extrêmes, l’atténuation et la

solidarité – le fait d’agir ensemble pour atténuer le

changement climatique pour nous-mêmes et le reste

du monde, constituent un objectif éducatif approprié.

L’atténuation du changement climatique exige que

chacun revoie ses schémas de consommation et

son utilisation des combustibles. Cela nécessitera

des campagnes de sensibilisation du public à

grande échelle (c’est-à-dire par l’éducation non

formelle) impliquant que tous, quel que soit leur

âge, changent de comportement. Cependant,

l’ECC devra aussi inclure une formation pour la

4 « Rethinking Climate-Change Education : Everyone wants

it, but what is it? The Green Teacher, 89, R. McKeown and C.

Hopkins, Summer 2010.

population active et pour les scolaires (c’est-à-dire

une éducation formelle) et une éducation informelle

(ex. par les médias).

Dans les régions du monde où l’on assiste déjà à

une élévation du niveau des mers, où la sécheresse

consume les terres, où les inondations envahissent

les maisons et les champs, une éducation à

l’adaptation est indispensable. Les compétences

nécessaires pour permettre aux populations de

s’adapter au changement climatique comprendront

la capacité à prendre des décisions pour promouvoir

un changement positif sur un fond d’incertitude

et d’instabilité. Il n’empêche que les débats pour

identifier les autres compétences à intégrer à

l’ECC sont complexes : les informations et les

connaissances ont leur importance, au même titre

que les compétences, les valeurs et les principes.

Les apprenants comme agents du

changement

Les enfants, les jeunes et d’autres apprenants

devraient être encouragés et soutenus pour diffuser

des connaissances sur le changement climatique

et la réduction des risques de catastrophes. Alors

que les élèves sont souvent les plus vulnérables

face aux catastrophes, ils peuvent aussi jouer un

rôle clé dans le renforcement de la résilience de la

communauté, en formant un pont entre les familles

et les communautés. Si les compétences en DRR sont

transférées aux enfants et aux jeunes, on augmente

la probabilité de transmettre aux générations futures

des connaissances essentielles sur les moyens de

réduire les risques. Les écoles et les clubs de jeunes et

d’enfants peuvent aussi jouer un rôle important dans

la prévention des catastrophes, en faisant participer

les enfants à des activités de sensibilisation (théâtre

de rue, théâtre, concerts et jeux, etc.). L’affichage

de rue peut aussi constituer un outil utile pour

sensibiliser aux problèmes de réduction des risques

de catastrophes. Les enfants et les jeunes peuvent

aussi être directement impliqués dans d’autres

initiatives liées au changement climatique et à la

réduction des risques de catastrophes, comme la

plantation d’arbres, la collecte de l’eau et l’irrigation

goutte-à-goutte (voir « Les élèves influent… » ci-

contre). La diffusion de messages sur la DRR dans

le cadre d’émissions radiophoniques pour et par les

enfants et les jeunes est aussi un moyen de toucher

une communauté plus large, surtout dans les zones

rurales éloignées.

O Retour au Guide de l’animateur : Séquence Désespoir et autonomisation O Retour au Guide de l’animateur : Séquence Désespoir et autonomisation