13.02.2019 - Africa Department

Présentation de la 1e édition de la Biennale de Luanda au 32e Sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine

Le 8 février 2019, l’UNESCO, le gouvernement de l’Angola et la Commission de l’Union africaine ont tenu, à Addis Abeba, une réunion d'information sur la Biennale de Luanda - Forum panafricain pour une culture de la paix, à l’attention des Etats Membres africains, en marge de la 34ème session du Conseil exécutif de l'Union africaine.

L'Angola était représentée par la Ministre de la Culture, Mme Carolina Cerqueira et du Représentant du Ministre pour les Relations extérieures, M. Tete Antonio, lui-même Secrétaire d’Etat pour les Relations extérieures ; l'Union africaine par la Commissaire aux Affaires sociales, Mme Amira El Fadil; l’UNESCO par  la Directrice du Bureau de liaison de l'UNESCO auprès de la Commission de l'Union africaine et de la Commission économique pour l’Afrique, Mme Ana Elisa Santana Afonso et le Coordinateur de l’équipe internationale de la Biennale, Représentant de l’UNESCO au Gabon et Chef du Bureau de Libreville, M. Vincenzo Fazzino.

La réunion d’information a visé, d’une part, à informer les États membres de l’Union africaine de la tenue la Biennale de Luanda, faisant suite à la décision 558/XXIV adoptée par la 24e session de l'Assemblée de l'Union africaine, demandant à la Commission de l'Union africaine « de prendre toutes les mesures appropriées en consultation avec l'UNESCO et le Gouvernement de la République de l'Angola pour l'organisation du Forum panafricain pour la Culture de la paix en Afrique, Biennale de Luanda » et, d’autre part, à leur permettre d’apporter leur soutien à sa mise en œuvre.

La première édition de la Biennale de Luanda, dont l’objectif principal sera d’institutionnaliser et de pérenniser le Mouvement panafricain en faveur d’une culture de la paix, par la mise en place d’un multi-partenariat associant tous les acteurs clés, aura donc lieu du 18 au 22 septembre 2019 en Angola. Elle s’articulera autour de quatre axes présentés par quatre pôles : Réflexion ou forum intellectuel orienté vers l’avenir de l’Afrique, Festival des cultures où des pays africains et de la diaspora pourront faire valoir leur diversité culturelle et leur capacité de résilience aux conflits et aux violences, Evènements culturels et sportifs de niveau international et Mobilisation de partenaires pour soutenir des projets à travers tout le continent africain.

« Il y a 30 ans naissait le concept de culture de la paix à Yamoussoukro, lors d'une conférence organisée par l'UNESCO, sous le slogan "La paix dans l'esprit des hommes", un concept qui dure jusqu'à aujourd'hui, dont l'Angola a l'honneur de se souvenir 30 ans plus tard et de garder cet esprit en vie », a déclaré le Secrétaire d’Etat pour les Relations extérieures de l’Angola pendant la cérémonie d’ouverture de la réunion d’information.

Selon la Directrice du Bureau de liaison de l'UNESCO, cet événement continental, qui s’inscrit dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 des Nations Unies, notamment les Objectifs du développement durable 16 et 17, et des Aspirations de l’Agenda 2063, l’Aspiration 4 de l’Union africaine et de ses initiatives, « Agenda pour la Paix » et « Faire taire les armes à l’horizon 2020 », aura pour vocation de promouvoir une culture de la paix et de la non-violence en Afrique.

Pour sa part, la Commissaire aux Affaires sociales de l'Union africaine a souligné le rôle joué par l’Angola, l’UNESCO et la Commission de l'Union africaine, lors de l’organisation conjointe en mars 2013, à Luanda (Angola), du Forum panafricain « Sources et ressources pour une culture de la paix », qui a permis de lancer un Mouvement continental et durable en faveur de la culture de la paix en Afrique.

Pour conclure la réunion d’information, la Ministre de la Culture de l’Angola a déclaré « J'aimerais donc inviter toutes les personnes présentes, les Africains et les autres continents, à venir à Luanda pour la Biennale de la paix et partager avec nous l'hospitalité traditionnelle des Angolais et à mieux comprendre notre vaste diversité culturelle, notre histoire et les étapes du développement solide de notre pays ».

Pour assurer le succès de la Biennale, un Comité d’organisation, composé de deux équipes, nationale au niveau de l’Angola et internationale avec l’UNESCO et la Commission de l'Union africaine, a été établi.




<- retour vers Qui sommes-nous?
Retour en haut de la page