31.05.2016 - Africa Department

L’UNESCO met en lumière le continent africain à travers la projection de deux documentaires

Le 26 mai 2016, l’UNESCO a ouvert ses portes au grand public pour la projection de deux documentaires de réalisateurs africains.

Les projections de « Korafola, la joueuse de Kora » et de « Vivante » ont rencontré le succès escompté d’une part grâce à la profondeur des sujets abordés mais aussi un auditoire venu en nombre.

Le premier documentaire de 52 minutes, datant de 2011 et réalisé par le malien Mamadou Kotiki Cissé, retrace l’histoire de la jeune Madina dans lequel est fait le portrait d’une jeune musicienne ayant perdu la vue en 2002. Madina est la seule malienne à jouer de la kora, instrument de musique traditionnellement réservé aux hommes issus de la caste des griots, dépositaires de la mémoire collective et de la tradition orale. Passionnée par cet instrument, Madina décide de braver la tradition et de chanter notamment les droits des femmes.

Ne faisant pas partie de cette caste, elle ne célèbre pas les manifestations sociales comme le font ces derniers, jusqu'au jour où sa cousine la convainc d'animer la partie musicale du baptême d'une amie.

Courageuse et talentueuse, cette femme malienne démontre que malgré l’adversité du fait de sa cécité et du poids de la tradition qui veut que seul les hommes puissent jouer de la Kora, il est possible de réaliser ses rêves et de faire changer les mentalités.

 

Pour finir, le documentaire « Vivante » du marocain Yassir Khalil, d’une durée de 15 minutes, présente Amine, un jeune architecte plein de promesses et de créativités.

Engagé dans un appel d’offres, son cabinet d’architecture doit présenter des plans d’un grand projet de villas de haut standing en plein milieu de la forêt de Bouskoura, à quelques kilomètres du grand Casablanca. Amine décide de présenter une esquisse à son patron qui valide l’idée, mais un rêve l’enjoint de ne pas couper les arbres de cette forêt.

Ce documentaire nous rappelle l’importance du respect de l’environnement pour permettre d’amenuiser les conséquences désastreuses liées aux changements climatiques.

 




<- retour vers Qui sommes-nous?
Retour en haut de la page