15.03.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne les meurtres en Somalie du directeur de radio Abukar Hassan Mohamoud et du journaliste Ali Ahmed Abdi

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd'hui les deux meurtres distincts du directeur de la radio somalienne, Abukar Hassan Mohamoud, à Mogadiscio et du jeune journaliste somalien, Ali Ahmed Abdi. Irina Bokova a exprimé sa profonde préoccupation face à la violence ciblant les travailleurs des médias dans le pays et a demandé que ces crimes ne restent plus impunis.

«Je condamne les meurtres d’Abukar Hassan Mohamoud et d’Ali Ahmed Abdi », a déclaré la Directrice générale. «Je suis profondément préoccupée de voir que tant de journalistes et travailleurs des médias somaliens meurent en exerçant leur droit à la liberté d'expression et leur obligation professionnelle d'informer le public. Laisser de tels meurtres impunis ne fait qu'encourager leurs auteurs d’user continuellement de la violence pour réprimer le débat », a conclu Irina Bokova.

Abukar Hassan Mohamoud, 43 ans, également connu sous le nom de Kadaf, a été abattu par deux hommes armés à son domicile le 28 février à Mogadiscio. En tant que directeur de la Radio Somaliweyn, il avait commencé à travailler quelques jours plus tôt seulement à la relance des émissions de la station de radio, qui avait été attaquée et pillée par un groupe armé en 2010. Depuis cette date, la radio n’émettait plus que sur Internet. 


           Ali Ahmed Abdi, journaliste pour Radio Galkayo, a été abattu le 4 mars par des hommes armés non identifiés à Galkayo, dans le centre-nord du pays. Il avait environ 25 ans et travaillait également pour des médias en ligne.

Seize journalistes et travailleurs des médias somaliens, dont Abukar Hassan Mohamoud et Ali Ahmed Abdi, ont été recensés par l’UNESCO depuis 2008 sur la page du Mémorial UNESCO des journalistes assassinés. 

En 2011, l'UNESCO a fourni des équipements et assuré des formations en Somalie à plus de 40 professionnels des médias sur les questions de sécurité, sur le journalisme dans les zones de conflits et la couverture des questions humanitaires. Cette assistance était destinée à renforcer la qualité et le flux de l'information humanitaire dans le pays et dans les camps de réfugiés situés dans les pays voisins. En 2010, l'UNESCO en collaboration avec le Centre de formation professionnelle de journalistes radio (RNTC) basé aux Pays-Bas, a délivré une formation à 20 journalistes de radios communautaires, les aidant ainsi à améliorer leur capacité à travailler en zone de conflit.

****

Contact média : Sylvie Coudray, +33 (0)1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 




<- retour vers Qui sommes nous?
Retour en haut de la page