22.03.2013 - UNESCO Office in Dakar

Des experts mondiaux appellent à l’apprentissage tout au long de la vie en tant que pierre angulaire du développement

Plus de 100 représentants des pays, des Agences des Nations Unies, des bailleurs de fonds, des organisations de la société civile et d’universitaires ont convenu de placer l’apprentissage tout au long de la vie au coeur de l’agenda de développement post-2015. Les participants ont également tracé les voies permettant d’assurer le droit à l’éducation à tous les enfants, jeunes et adultes – spécialement les plus défavorisés.

Durant les deux dernières décennies, l’accès à l’éducation s’est amélioré permettant à 50 millions d’enfants supplémentaires d’aller à l’école. Toutefois 61 millions d’enfants en âge de fréquenter le primaire en restent en dehors et plusieurs d’entre eux vivent dans des communautés défavorisées et zones pauvres.

La rencontre abritée par le Gouvernement du Sénégal avec le soutien des gouvernements du Canada, de l’Allemagne et de la Fondation Hewlett a été co-organisée par l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) et le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF). Cette conférence s’inscrit dans le cadre du "dialogue" organisé au niveau mondial, à l’approche de l’échéance 2015 pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement, pour discuter sur l’agenda de développement.

"L’Education n’est pas seulement un droit humain, il est aussi un élément qui facilite la jouissance d’autres droits. Nous savons que l’éducation est cruciale dans la réduction des taux de mortalité et de morbidité, l’éradication de la pauvreté et de la faim; le renforcement de la résilience face aux aléas naturels et l’arrêt des abus, violences et conflits » a souligné le Directeur Général Adjoint pour l’éducation de l’UNESCO, Qian Tang. "Une forte appropriation (leadership) nationale est vitale. L’Education doit refléter et respecter la diversité culturelle et être pertinente au regard des défis nationaux de développement.

A Dakar, les Délégués ont unanimement reconnu que l’Education Pour Tous demeure un “programme inachevé” et ont recommandé un engagement renouvelé de la Communauté internationale en sa faveur, en mettant davantage l’accent sur l’équité et la qualité dans l’élaboration de l’agenda post-2015.

“Les inégalités limitent l’éducation et les opportunités d’apprentissage pour la majorité des enfants défavorisés et exclus. Les filles, les enfants handicapés, les enfants vivant en zones de conflit, les enfants nomades et les enfants forcés à travailler pour aider leurs familles à joindre les deux bouts, sont parmi les groupes les plus vulnérables” a pour sa part, indiqué Geeta Rao Gupta, Directrice Exécutive Adjointe de l’UNICEF. “Nous devons placer l’équité et l’inclusion en avant et au centre de nos plans post-2015 ».

L’événement international à Dakar fait suite aux discussions organisées sur la plateforme web des Nations Unies sur “le Monde que nous voulons” et aux consultations régionales sur l’éducation ayant impliqué environ 15,000 personnes d’un peu partout dans le monde et qui ont porté sur des thèmes tels que l’accès équitable à l’éducation, la qualité des apprentissages, la citoyenneté mondiale, les emplois et les compétences, la gouvernance et le financement de l’éducation.




<- retour vers Qui sommes nous?
Retour en haut de la page