01.05.2013 - UNESCO Office in Dakar

Katalin Bogyay, Présidente de la Conférence générale de l'UNESCO parmi les amoureux du jazz au Sénégal

©UNESCO/Ismael TineMme Katalin Bogyay et M. Doudou Ndiaye Rose, "le maître des tambours sénégalais" lors du dîner de gala

Entourée des amoureux du jazz, Mme Katalin Bogyay, Présidente de la Conférence générale de l'UNESCO a pris part à un diner de gala organisé le 29 avril 2013, à Dakar, Sénégal.

Sur invitation du Ministre de la Culture du Sénégal, M. Abdoul Aziz Mbaye, plusieurs ministres, mécènes, patrons dans le domaine de la musique et des amoureux du jazz étaient rassemblés afin de mobiliser des fonds au profit de l’Association Teranga Jazz Festival, qui ambitionne d'organiser une célébration annuelle de la journée internationale du jazz.

 " Le jazz est une expérience libératrice. Il n'est pas étonnant que, perçue comme une passerelle vers la liberté personnelle, le jazz fut considéré comme une menace sérieuse par les régimes totalitaires" a déclaré Mme Bogyay lors de son discours à cette occasion.

"Je me souviens qu’à la période des dictatures communistes en Europe de l'Est, dans de nombreux pays, le jazz était tout simplement interdit ou fortement restreint, car il était considéré comme dangereux. Il a été jugé dangereux du fait qu’il soit une ouverture au libre cours des émotions aussi bien des artistes-interprètes que des auditeurs" a-t-elle poursuivi.

Mme Bogyay a exprimé son admiration pour d'éminents musiciens qui ont animé le diner de gala. Il s'agit de M. Doudou Ndiaye Rose, "Maître des Tambours sénégalais", et M. Vieux Mac Faye et Samba Diabaré Samb. Ces deux derniers ont été distingués par l'UNESCO comme “Trésors humains vivants".

Elle a aussi rendu hommage à M. Adama Faye, aujourd'hui décédé et considéré comme le père de la musique sénégalaise moderne.

Le jazz rassemble les gens

Katalin Bogyay a expliqué l'importance du 30 avril, proclamée Journée internationale du jazz, par la Conférence générale de l'UNESCO sous sa présidence en 2011.

“Pour moi le jazz la synthèse de différentes cultures et traditions qui s'exprime dans un langage commun, le langage de l'humanité. Plus que jamais, nous avons besoin de son pouvoir pour rassembler les peuples. Il est grand temps d’utiliser cet instrument de paix qu’est le jazz pour créer des liens entre les peuples et les sociétés et rester soudés" a également souligné Mme Bogyay.

"Je suis très honorée d’être parmi vous au Sénégal, pour cette magnifique célébration. La Nouvelle Orléans est considérée comme la ville du Jazz par excellence, mais vous en conviendrez avec moi, les racines de cette musique sont en Afrique".

"Et n'oublions pas que 2013 marque par ailleurs le début de la décennie internationale des personnes d’ascendance africaine, sur le thème Reconnaissance, justice et développement pour les personnes d'ascendance africaine ». "Ainsi, c'est l’Afrique toute entière qui est à l’honneur avec les célébrations que nous lançons ce soir dans la capitale Sénégalaise" a-t-elle conclu.




<- retour vers Qui sommes nous?
Retour en haut de la page