23.04.2015 - UNESCO Office in Dakar

L’ile de Gorée se dote de son premier plan de gestion

Ile Goree: une vue de l'île de Gorée en arrivant de Dakar ©S.M. Kandji

L’historique île de Gorée ouvre aujourd’hui un nouveau chapitre dans la conservation et valorisation du site avec le lancement de son tout nouveau projet de plan de gestion.

Presque 37 ans après son inscription sur la Liste du patrimoine mondial, la signification symbolique et la valeur universelle exceptionnelle de Gorée n'ont nullement diminué, et le rôle de ce lieu ainsi que l'importance du travail de mémoire que Gorée incarne, restent toujours d'actualité. C’est un lieu de mémoire et un symbole à la fois de l’esclavage et de la réconciliation.

« Mais cette île n'est pas un musée isolé et protégé des impacts négatifs. Elle est aussi un cadre de vie dynamique qui ne fait pas que prendre soin de son passé, mais qui doit aussi gérer son présent et préparer son avenir » souligne Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice de l’UNESCO/Dakar. L'UNESCO, rappelle-t-elle en outre, est activement mobilisée pour accompagner le Sénégal et la commune de Gorée sur ce chemin.

La cérémonie de lancement du nouveau plan de gestion a lieu sur l’île, située à 20 minutes de Dakar en chaloupe. Elle est présidée par SE M. Mbagnick Ndiaye, Ministre de la Culture et de la Communication et Mme Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice du bureau de l’UNESCO à Dakar avec la présence du Directeur du patrimoine culturel du Sénégal, M. Abdoul Aziz Guissé, le Directeur du Musée des civilisations Noires, Hamady Bocoum et d’autres invités.

Un grand défi à relever

Cette initiative d'élaborer un plan de gestion, rendue possible grâce à un appui financier du Fonds du patrimoine mondial suite à une demande d'assistance internationale présentée par Sénégal, est particulièrement à saluer car elle est là pour préparer l'avenir de Gorée.

Cependant, les défis à relever sont de taille. Un travail laborieux devra donc être fourni pour la préservation de l’île de Gorée qui est de plus en plus exposée à des menaces sociodémographique mais aussi climatiques telle que l’érosion maritime qui n’interpellent pas seulement les professionnels du patrimoine, mais tous les habitants de Gorée.

C'est dans ce contexte que le développement d'un plan de gestion éveille l’attention sur la responsabilité de tous les acteurs, tout comme sur les défis de la conservation des maisons et des bâtiments historiques de Gorée pour faire en sorte que la mémoire du site, son intégrité ainsi que son habitat et ses atouts économiques puissent être préservés et transmis aux générations futures. C’est pourquoi, la tâche qui est devant le Sénégal est aussi une grande opportunité pour se doter d'un cadre d'action et de gestion clair capable de porter une vision commune à tous les acteurs, tel que le souligne la Directrice de l’UNESCO à DAKAR.

1er site africain sur la liste du patrimoine mondial

Lorsqu'en 1978 le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO donnait naissance à la Liste du patrimoine mondial, l'île de Gorée fut l’un des 12 premiers sites inscrits sur cette Liste, et l’un des trois premiers sites africains à côté des Églises creusées dans le roc de Lalibela et du Parc national du Simien, tous les deux en Ethiopie.

Reconnue pour sa valeur universelle exceptionnelle, Gorée rappelle le devoir de l’humanité toute entière de défendre le principe du respect et de la coexistence pour une paix durable afin que l’histoire ne se répète pas.

Gorée est également un lieu de vie et un symbole de l’avenir. Sur une superficie de 28ha, située à 3,5 km au large de Dakar, elle se démarque de par son architecture colorée et abrite une population de 1500 habitants pour qui le tourisme et ses dérivés constituent aujourd’hui les principales ressources.




<- retour vers Qui sommes-nous?
Retour en haut de la page