31.03.2014 - Africa Department

Vers la création d’un réseau de femmes pour une culture de la paix en Afrique

« Bâtir une Afrique intégrée, prospère et en paix, dirigée par ses citoyens et constituant une force dynamique sur la scène mondiale ». Cette vision, portée par l’Union Africaine, est au centre de la stratégie opérationnelle de l’UNESCO pour la Priorité Afrique. L’UNESCO a pu réaffirmer ce message dernièrement à l’occasion du premier Forum Crans Montana pour les femmes africaines qui s’est tenu à Bruxelles du 19 au 22 mars 2014, et dont Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, co-préside le Comité d’honneur avec le Directeur général de l’ISESCO.

Crans Montana 2014

Le Forum a bénéficié de la participation de S.E. Mme Ajaratou Isatou Njie Saidy, Vice-Présidente de la Gambie, S.E. Mme Antoinette Sassou-Nguesso, Première dame de la République du Congo, S.E. Mme Judith O. Amaechi, Première dame du « River State » de la République fédérale du Nigeria, M. Abdelaziz O. Altwaijri, Directeur général de l’ISESCO, plusieurs Ministres et des femmes membres des Gouvernements d’une dizaine de pays africains, des parlementaires, des chefs d’entreprises, des représentantes d’agences des Nations Unies, de la Banque mondiale, des professionnelles des médias et des représentantes de différentes organisations de la société civile de l’Afrique et de la Diaspora.

La session de clôture de ce Forum, présidée par Mme Lalla Aïcha Ben Barka, Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’Afrique, a été l’occasion de présenter les objectifs et les actions d’un nouveau réseau dédié aux « Femmes pour une culture de la paix en Afrique». Son ambition est de  rassembler des organisations africaines et non-africaines engagées dans la promotion du rôle central des femmes africaines dans la prévention et la résolution des conflits. Le Réseau permettra en particulier  de :

  • valoriser les compétences et les complémentarités de chaque organisation, par la création d’une communauté de pratiques mettant à leur disposition des ressources pour le partage de bonnes pratiques et l’auto-apprentissage par les TIC,
  • développer des activités conjointes dans les domaines de l’égalité des genres, du leadership féminin, de la médiation, de la résolution et la prévention des conflits, de la lutte contre la violence à l’égard des femmes, et de leur autonomisation à travers l’éducation, les sciences, la culture et la communication,
  • établir une équipe de conseil et de tutorat basée sur l’expertise déjà disponible au sein du réseau, afin de soutenir et accompagner des projets novateurs.

 

Organisée en partenariat avec des organisations disposant d’une expertise dans le domaine de la culture de la paix et de l’égalité des genre en Afrique, la session a permis de présenter leur expérience autour de trois thématiques essentielles : le rôle des femmes dans l’éducation et les relations intergénérationnelles, leur autonomisation par la formation à l’entreprenariat, et la promotion du leadership féminin, notamment dans les médias ainsi que l’anticipation et la résolution des conflits.

Crans Montana 2014

Ces « Organisations championnes » -  le Forum des Educatrices Africaines (FAWE), la Fondation pour le développement de la Communauté (FDC), l’ONG Femmes, Africa, Solidarité (FAS), la Fondation Femmes pour l’Afrique (Women for Africa), l’Association pour le développement de l’emploi, de la formation et de l’insertion (ADEFI), la Fondation Congo Assistance - ont également présenté leur vision de ce que pourrait apporter un tel réseau et souligné le besoin de lancer rapidement des actions exemplaires, prioritairement dans des pays affectés par des conflits.  

Les propositions avancées comprennent notamment :

  • la valorisation de la tradition africaine de l’Ubuntu transmise au sein de la famille ;
  • l’utilisation du théâtre dans l’enseignement comme moyen d’expression et de dialogue ;
  • la collecte de données statistiques fiables et l’établissement d’un ensemble d’indicateurs pour mesurer le rôle des femmes dans la prévention et résolution des conflits ;
  • le besoin de créer des systèmes d’alerte précoce et des cellules de veille et d’analyse (situation room) ;
  • la mise en place d’une stratégie de communication pour donner une visibilité accrue aux actions et permettre l’échange d’expérience entre les organisations ;
  • le soutien aux femmes entrepreneures,  leur intégration à des chaines de valeurs  et l’accès au crédit dans ses différentes modalités ;
  • la présentation d’une autre image des femmes africaines dans les médias par la formation des journalistes et la mise en place d’un observatoire « Femmes et Medias » ;
  • le recours au volontariat international et national pour animer et développer le réseau.

La Première dame de la République du Congo, et celle  du « River State » de la République fédérale du Nigeria ont soutenu cette initiative notamment à partir d’actions prioritaires.  La première de ces actions concernera le soutien aux femmes en République Centrafricaine et aux réfugiés centrafricains en République du Congo en tirant parti de l’expertise complémentaire de FAS, FDC et ADEFI ainsi que de la Chambre de Commerce Europe-Afrique. Après cette phase pilote, le lancement officiel du Réseau est prévu en Afrique en 2015.

 

Pendant cette session, une centaine d’organisations africaines, non-africaines et de la Diaspora ont manifesté leur intérêt à adhérer au Réseau. Si vous êtes intéressé à le joindre, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : africa4peace(at)unesco.org.




<- retour vers Qui sommes nous?
Retour en haut de la page