17.07.2013 -

L’UNESCO maintient sa mobilisation pour le Mali

©UNESCO -- Matériel d’information UNESCO

Le conflit au Mali constitue une dangereuse menace pour le précieux patrimoine culturel du pays, notamment pour la collection unique de manuscrits islamiques de Tombouctou. Les mosquées et les mausolées anciens sont également concernés, beaucoup ayant déjà subi de graves dommages. L'UNESCO a travaillé avec soin pour protéger les sites du patrimoine culturel du Mali et pour sensibiliser à l'importance de la sauvegarde des sites pour les générations futures.

  • Début 2013, la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova s'est rendue au Mali où elle a appelé à la restauration complète de tous les sites du patrimoine endommagés. Un kit d'information sur le sujet illustre l'ampleur du défi que l'UNESCO s’est dite prête à relever
  • En février 2013, le gouvernement malien et l'UNESCO ont établi un plan d'action, suite à la Réunion internationale d'experts pour la sauvegarde du patrimoine culturel du Mali. Des mesures ont été définies, sur la base des conclusions du rapport final (en anglais) résumant toutes les informations connues sur l'état des sites du patrimoine.
  • L'UNESCO a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement malien pour créer un «Passeport du patrimoine», retraçant l’inestimable patrimoine culturel du pays. Ce document a été distribué dans tout le pays afin d’aider les forces armées et le personnel des ONG à localiser et protéger les sites.
  • En juin 2013, la mission de l'UNESCO a évalué les dommages infligés aux sites du patrimoine de Bamako et Tombouctou: sur 15 sanctuaires détruits, 9 figuraient sur la Liste du patrimoine mondial. 4200 manuscrits qui étaient conservés à l'Institut des Hautes Etudes et de Recherches Islamiques Ahmed Baba ont été brûlés, tandis que presque 300 000 recueils risquent de faire l’objet de trafic illicite s'ils ne parviennent pas à être protégés. Regarder les images de cette mission sur cette vidéo.

L'UNESCO s’engage indéfectiblement à protéger la culture en situation de conflit. Un certain nombre de sites du patrimoine mondial ont été délibérément endommagés pendant le conflit, pour alimenter la haine et empêcher toute réconciliation. Notre travail de réhabilitation de sites implique beaucoup plus que des réparations matérielles - il s'agit de valeurs, d’identités et d’appartenance sociale. Protéger la culture c’est protéger les peuples en respectant leur mode de vie et en leur fournissant les ressources essentielles pour se reconstruire après la guerre. L'UNESCO mobilise des fonds pour restaurer réconciliation et paix au Mali.




<- retour vers Qui sommes nous?
Retour en haut de la page