02.07.2016 - Bureau de l'UNESCO Beyrouth

Formation de suivi sur l'enregistrement et l’archivage d'urgence

Les participants au court d'un exercice pratique © UNESCO Beyrouth 2016

Avec le conflit actuel en Syrie, des monuments historiques et des sites archéologiques risquent d'être détruits ou perdus à jamais. Pour protéger des monuments précieux, une documentation précise est essentielle pour leur conservation et leur restauration potentielle. Afin de créer des dessins architecturaux et des modèles 3D précis des sites importants, l'UNESCO, en partenariat avec l'ICOMOS (Comité international des monuments et des sites) et CyArk, continue de former des ingénieurs et des architectes syriens, de renforcer leurs capacités et d’inclure autant de sites que possible.

Pendant cinq jours, une formation pratique dans la saisie des données, leur traitement et la création de matériel de conservation a eu lieu au bureau de l'UNESCO à Beyrouth pour 15 participants de la DGAM (Direction générale des Antiquités et des Musées) et des autres institutions officielles. La formation a été réalisée par CyArk, une organisation sans but lucratif dont la mission est d'utiliser les nouvelles technologies pour créer une bibliothèque 3D en ligne gratuite du patrimoine culturel mondial pour la conservation et l'éducation.

« Ce fut une étape importante car les équipes ont maintenant les compétences nécessaires pour prendre des données futures et créer des livrables très pratiques pour la gestion du patrimoine », a déclaré l'entraîneur de l'atelier et un responsable de terrain de CyArk, Ross Davison.

Grâce à des activités sur place et des exercices pratiques, les participants ont été formés à utiliser une variété de techniques, y compris LiDAR terrestre (une technologie d'arpentage qui utilise la lumière laser pour mesurer les distances), photogrammétrie (la science de faire des mesures à partir de photographies), et de la photographie panoramique. Une partie de la formation a eu lieu au Musée Nicolas Ibrahim Sursock à Beyrouth pour fournir aux apprentis une formation pratique dans un environnement architectural.

Ceci est le deuxième atelier sur l'enregistrement et l'archivage d'urgence tenu à Beyrouth cette année. La première formation a eu lieu en janvier avec un groupe de cinq ingénieurs et architectes. Les apprentis ont été fournis avec des outils pour effectuer le premier travail de documentation sur le terrain sur plusieurs sites du patrimoine à la vieille ville de Damas.

La formation de suivi était une occasion importante d'évaluer la qualité des données recueillies et de fournir de l’appui technique additionnel aux équipes. En outre, l’accent s’est déplacé de saisie de données au traitement des données. Alors que la collection de sites sera gérée localement, CyArk continuera à soutenir les équipes en stockant des copies de sauvegarde de toutes les données. Ces services ont été offerts par Iron Mountain, une entreprise de gestion de données et d'archives à Boston, États-Unis.

"Il existe de nombreux sites à Damas et à d'autres parties de la Syrie qui doivent être documentées », a déclaré Muad Ghanem, un expert de la division des sites historiques de DGAM. En utilisant des caméras ordinaires et panoramiques, Ghanem a utilisé les techniques qu'il a apprises dans la première formation pour documenter l'école historique de Biarestan, Hamam al-Nuri et Khan Assaad Basha dans la vieille ville de Damas.

« La formation est essentielle pour aider à l'entretien et à la restauration des sites endommagés," a-t-il dit.

Les apprentis ont également parlé des nombreux défis auxquels ils sont confrontés dans leur travail quotidien.

"On n'a pas eu assez d'équipement de pointe et le savoir-faire pour effectuer du travail de documentation sur le terrain effectif", a déclaré Lamis Bakjaji, un expert de la division des musées de la DGAM. La Syrie est une zone de guerre active et ce travail est dangereux. Bakjaji a également mentionné le manque de financement et l'accès à un bon équipement comme deux autres défis importants auxquels ils sont confrontés.

La formation faisait partie de la « sauvegarde d'urgence du patrimoine culturel syrien », une initiative pionnière financée par l'Union européenne avec le soutien du Gouvernement flamand et de l'Autriche en partenariat avec l'ICCROM et l'ICOMOS. Le projet se concentre sur le renforcement des capacités techniques des experts syriens et des institutions syriennes et le renforcement de la coordination locale, régionale et internationale pour développer des réponses efficaces.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO à Beyrouth
Retour en haut de la page