Genre et médias

© UNESCO/SJO/CI - Apprentissage à l'usage des TIC dans la production radio, San José, Costa Rica.

La capacité des femmes à tirer parti des TIC dépend de politiques incitatives, d’un environnement national propice à l’extension des infrastructures de communication jusqu’à leur lieu de vie, ainsi que de l’élévation de leur niveau d’éducation.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) modifient l’économie mondiale et créent de nouveaux réseaux qui traversent les continents et les cultures.

Cependant, on note encore des disparités flagrantes dans l’accès aux TIC et dans leur maîtrise. La majeure partie de la population mondiale ne peut pas profiter des bienfaits du savoir et de la technologie. À moins de réagir face aux transformations induites par l’essor des TIC, les pays en voie de développement souffriront d’un handicap sévère au moment de participer à l’économie mondiale.

Ces différences affectent les nations en voie de développement et les communautés défavorisées, mais il y a aussi des disparités importantes au sein même des sociétés. Le plus souvent, les femmes sont privées non seulement des opportunités sociales et économiques dont bénéficient les hommes, mais aussi des avantages offerts par les TIC. Il existe dans nos sociétés des relations de pouvoir inégales qui contribuent à créer des différences dans l’accès, la participation et le traitement des hommes et des femmes en ce qui concerne les TIC et leur contrôle. Sans une participation des femmes aux décisions prises dans toutes les sphères de la vie et à tous les niveaux de la société, la pauvreté ne sera pas éradiquée et des sociétés véritablement démocratiques ne verront pas le jour. Un accès limité des femmes aux TIC a aussi pour effet de réduire la compétitivité des pays sur le marché mondial. 

De gros efforts seront nécessaires pour tirer parti des chances offertes par le Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) et combler le fossé qui se creuse déjà entre hommes et femmes dans la société émergente de l’information. Dans ce but, l’UNESCO souhaite encourager la participation du plus grand nombre possible de responsables politiques, de membres des communautés professionnelles, de représentants de la société civile, de partenaires bilatéraux et multilatéraux et de représentants du secteur privé. Ensemble, tous entreprendront de :

  • discuter des initiatives en cours sur les TIC et l’égalité des sexes ; 
  • sensibiliser aux barrières liées au sexe dans l’accès aux TIC ; 
  • faire participer les femmes en tant que leaders et décisionnaires ; 
  • faciliter une meilleure compréhension des besoins et des directions à prendre en matière de TIC et d’égalité des sexes ; 
  • fournir une assistance ; 
  • soutenir les solutions et les contenus locaux ; et enfin, 
  • aller plus loin dans les engagements pris lors des conférences et sommets précédents des Nations Unies,  en particulier lors des Conférences mondiales sur les femmes qui se sont tenues à Nairobi et à Pékin, et lors du Séminaire de Kuala Lumpur.
Retour en haut de la page