A propos du Forum mondial

Du 2 au 4 décembre 2013, des centaines de dirigeants, de directeurs d’organisations des médias, d’acteurs de la société civile, de représentants des gouvernements, d’agences onusiennes, d’entreprises, et de défenseurs des droits de l'homme vont se réunir à l'Imperial Queens Park hotel de Bangkok, en Thaïlande pour analyser les avancées effectuées dans le domaine des inégalités de genre dans les médias. Il s’agira aussi de formuler des solutions collectives et créatives pour réduire les disparités entre les sexes. La Commission nationale du Royaume de Thaïlande et l’Université de Thammasat accueilleront le Forum mondial genre et média.

Les objectifs du Forum

L'un des principaux objectifs de ce forum sera de mettre en place une Alliance mondiale genre et médias (GAMG). Le but de cette alliance est d’amener les médias et tous les autres groupes d'intervenants à s'unir pour un changement réel et durable.

Pendant ce Forum mondial sur le genre et les médias à Bangkok en décembre prochain, l'UNESCO et ses partenaires vont mettre l'accent sur la nécessité de réduire les inégalités entre les sexes dans les médias. Cet événement, qui se tiendra du 2 au 4 décembre, constituera un important suivi dans un des domaines de préoccupation critique de la Déclaration de Beijing et de la plate-forme d'action « Femmes et diagnostic médias », et de ses objectifs stratégiques.

Les principes d'égalité des sexes et d'autonomisation des femmes pourront être la priorité du développement dans une ou deux décennies à venir. Selon les indications des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d'après 2015, ce sujet aura une place capitale. Selon le rapport de la consultation thématique, "La lutte contre les inégalités : le programme de développement pour l’après 2015", "les actes de discrimination fondés sur le sexe et privant les femmes et les filles de leurs droits fondamentaux, restent de nos jours la cause la plus répandue des inégalités dans le monde."

Dans le domaine des médias et du genre, les statistiques indiquent des tendances inquiétantes concernant la représentation des femmes dans le contenu des médias, le personnel et la direction.

C’est en s’appuyant sur ces statistiques que l'UNESCO et ses partenaires ont organisé ce forum mondial. Dans le cadre d'efforts plus larges il s’agit de continuer à autonomiser les femmes et à encourager la réduction des inégalités entre les sexes, compte tenu du potentiel de ces deux éléments pour faire progresser le développement économique et social. L'urgence de cette manifestation se reflète non seulement dans le temps, mais aussi au sein des problématiques qui seront examinées par une multitude d’intervenants internationaux, réunis dans le but de former une véritable coalition incitant à agir pour réduire les inégalités entre les sexes dans les médias.

Participation au Forum : sur place et à distance

Des milliers d'intervenants exprimeront leurs voix en participant à cette manifestation mondiale directement sur place ou à distance. Ils prêteront leurs voix, leur capacité intellectuelle et leur ingénuité à la créativité collective, afin de développer un véritable réseau reliant l’ensemble des efforts visant à apporter des réponses aux questions suivantes :

  • Les politiques et les stratégies d’égalité des genres dans les médias (en particulier les OSP, les médias contrôlés par le gouvernement, le secteur privé, et les radios communautaires - y compris ceux en ligne)
  • L'intégration du genre dans l'enseignement du journalisme
  • La sécurité des femmes journalistes dans les médias en ligne et hors ligne
  • Les médias, la maîtrise de l’information et le genre
  • Les rapports sur les questions touchant les femmes, notamment les violences sexuelles, la situation des femmes dans les contextes de conflit et post-conflit
  • Les médias ; les cadres juridiques et réglementaires ; les politiques / stratégies sexo-spécifiques nationales
  • Faciliter le dialogue des citoyens sur l'égalité des sexes au sein des médias
  • La liberté d'expresion et les tendances régionales et mondiales : les dimensions sexo-spécifiques.
Retour en haut de la page