Intervenants

Ioana Avadani

Ioana Avadani dirige le Centre pour le journalisme indépendant (CIJ) de Bucarest, en Roumanie. Forte de plus de 17 ans d’expérience dans le domaine des médias (comme rédactrice d’agences de presse, rédactrice d’actualités télévisées et concepteur de médias), elle a assuré, à la tête du CIJ, la coordination de programmes portant sur la formation au journalisme professionnel, le soutien ciblé au fonctionnement des médias, la promotion de la transparence et de la responsabilité à l’égard du public, de la liberté de la presse et de la protection des journalistes, de même que sur la conception de programmes de formation et la consolidation des associations de journalistes. Elle a joué un rôle déterminant dans l’adoption de la loi sur l’accès à l’information, de la « Sunshine law » (loi de transparence), d’amendements à la loi sur la radiotélévision, de la loi sur les services publics de radiotélévision et de la législation en matière de marchés publics. Elle a été un acteur central du processus d’autorégulation des médias en Roumanie. Elle a cumulé deux mandats successifs à la présidence du Réseau de l’Europe du Sud-Est pour la professionnalisation des médias (2004-2006) et servi de point de contact pour le Groupe national de travail roumain créé au titre de la Task Force sur les médias du Pacte de stabilité. Elle a été membre du Collège du Premier Ministre pour la consultation avec des ONG, ainsi que de Team Europe, groupe d’experts indépendants créé par la Commission européenne. Auteur de plusieurs publications sur l’évolution des médias en Roumanie et en Europe du Sud-Est, Mme Avadani a participé en qualité de conférencière à de nombreux événements nationaux et internationaux.

Agnès Callamard

Agnès Callamard est directrice exécutive d’ARTICLE 19. Sous sa direction, ARTICLE 19 a renforcé son leadership sur les questions de politique publique et grandi, avec l’ouverture de cinq bureaux régionaux à travers le monde. Agnès a fondé et dirigé HAP (Humanitarian Accountability Partnership), premier organe international d’autorégulation des acteurs humanitaires. À HAP, elle a supervisé des mises à l’épreuve de la responsabilisation sur le terrain pour des bénéficiaires en Afghanistan, au Cambodge et en Sierra Leone. Mme Callamard a été chef du cabinet du Secrétaire général d’Amnesty International (AI). Elle a joué un rôle clé dans l’établissement d’un système efficace de gestion des cadres supérieurs et a aussi dirigé les travaux d’AI sur les politiques relatives aux droits humains des femmes. Agnès a enquêté sur les violations des droits de l'homme à travers le monde et beaucoup travaillé dans le domaine des mouvements de réfugiés et de personnes déplacées. Elle a publié de nombreux travaux et est titulaire d’un PhD en sciences politiques de la New School à New York.

Yavuz Baydar

Avec 32 années d’expérience dans le journalisme, Yavuz Baydar joue un rôle actif dans la presse écrite et audiovisuelle. Chroniqueur au quotidien Today’s Zaman, il traite de questions de politique intérieure et extérieure de la Turquie et de thèmes relatifs à la presse. M. Baydar est également chargé des relations avec les lecteurs au quotidien Sabah, et il présente l’émission hebdomadaire sur des sujets d’actualité Acik Gorus (Open View) sur TV24. Il a été producteur et présentateur du journal sur la station suédoise de radiotélévision (SR), à Stockholm (Suède) et correspondant en Scandinavie et dans les pays baltes pour le quotidien turc Cumhuriyet (1980 -1992). Après trois ans comme producteur et éditorialiste pour Show TV à Paris, puis pour BBC World Service à Londres, il est retourné en Turquie en 1994. Il a alors travaillé comme rédacteur au service étranger du quotidien Yeni Yüzyıl, et comme rédacteur de la tribune libre et médiateur pour le quotidien Milliyet. Yavuz Baydar a été président de l’Organisation internationale des médiateurs de presse (ONO) entre 2003 et 2004. Il est également membre du Forum mondial des rédacteurs en chef (WEF) et du réseau de journalistes appelé Committee of Concerned Journalists (CCJ).

Jeffrey Dvorkin

Jeffrey Dvorkin est directeur exécutif de l’Organisation des médiateurs de presse (ONO), organisation internationale qui compte plus de 70 membres dans 26 pays. Originaire du Canada, il a débuté comme reporter à la Société canadienne de radiotélévision (CBC) à Montréal. Sa carrière l’a conduit au bureau de la CBC à Ottawa, puis au réseau d’information à Toronto. M. Dvorkin a été nommé directeur de la rédaction et journaliste-rédacteur en chef de CBC Radio. Il a ensuite rejoint Washington, D.C., où il a occupé le poste de vice-président des nouvelles et de l’information de la radio américaine NPR (National Public Radio). Chargé de créer le premier bureau de médiation de la NPR en 2000, il est, à ce titre, devenu le premier « ombudsman de presse » d’un service de radiotélévision aux États-Unis. Nommé premier directeur exécutif de l’ONO en 2009, M. Dvorkin supervise la progression spectaculaire des adhérents à l’ONO. Il enseigne également l’étude des médias à l’Université de Toronto et participe régulièrement à des programmes de formation au journalisme à l’étranger.

Will Gore

Will Gore est entré au service de la Press Complaints Commission du Royaume-Uni en 2000, pour y être chargé d’enquêter sur les plaintes. Il a été nommé directeur adjoint de la Commission en 2004, et en septembre 2008 il a été promu au poste de directeur des affaires publiques, chargé de l’élaboration et de la mise en œuvre de la stratégie des affaires publiques et des relations publiques de la PCC. Il supervise les activités internationales de la Commission et représente celle-ci à l’extérieur. De plus, il continue à s’occuper des plaintes, traitant certaines des affaires les plus médiatisées dont est saisie la Commission. Will a joué le rôle de conseiller des conseils de la presse d’Ukraine, de Bulgarie, de Sri Lanka, du Pérou et de Bosnie-Herzégovine, entre autres. Il est coauteur du Media Self-Regulation Guidebook de l’OSCE. Avant d’entrer à la PCC, Will a fait des études d’histoire moderne à l’Université d’Oxford.

William Horsley

William Horsley est représentant spécial pour la liberté de la presse et président de la section britannique de l’Association des journalistes européens (AEJ), réseau professionnel de journalistes et d’éditorialistes présent dans plus de 20 pays. Il représente l’AEJ, laquelle dispose du statut d’observateur au comité directeur sur les médias et les nouveaux services de communication du Conseil de l’Europe. Après avoir été pendant 25 ans comme correspondant étranger pour la BBC et présentateur de programmes télévisés et radiodiffusés, il est aujourd’hui journaliste indépendant et rédacteur d’articles sur les questions internationales à Londres. Il est membre du comité de la communication et de l’information de la Commission nationale du Royaume-Uni pour l’UNESCO et directeur international du Centre pour la liberté des médias (CFOM) à l’Université de Sheffield.

Yasemin İnceoğlu

Professeur à la Faculté de communication de l’Université de Galatasaray, le docteur Yasemin İnceoğlu est membre du Centre international d’échange et d’information sur l’enfant et la violence à l’écran de l’UNESCO et du American Biography Institute. Elle a été expert invité à la Columbia University (1994) et au séminaire de Salzburg (2003) et est l’un des membres fondateurs de la plate-forme de veille médiatique (Media Watch Platform) en Turquie (2008). Le docteur İnceoğlu a participé au 2e Forum de l’Alliance des civilisations à Istanbul (2009) et à une rencontre internationale sur l’éducation aux médias organisée par l’UNESCO à Paris (2007). Elle a récemment pris part à un projet parrainé par la Open Society Foundation, Global Dialogue et le Consulat général des Pays-Bas à Istanbul, en qualité de membre du conseil des autorités de surveillance de l’association pour le changement social, portant sur les « Crimes inspirés par la haine dans la presse nationale turque ». Le docteur Yasemin İnceoğlu a publié plusieurs ouvrages : The Persuasion Process in Communications: With Some Examples of the Political Campaigns (1997) ; Media and Society, Women in the Media and Women Journalists (2002) ; International Media (2004) ; A Guide to Media and Children (2008) ; Text Analysis (2009) ; Women and their Body in the Spiral of Femininity, Sexuality and Violence (2010).

Jānis Kārkliņš

Avant d’assumer les fonctions de sous-directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information, M. Kārkliņš a été ambassadeur de Lettonie en France, à Andorre, à Monaco et auprès de l’UNESCO. Il a également été représentant permanent de la Lettonie auprès des Nations Unies à Genève.Pendant son séjour à Genève, il a assumé les fonctions de premier vice-président, puis de président du Conseil de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Il a été nommé à plusieurs postes auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et de la Commission de la science et de la technique au service du développement des Nations Unies. Il a présidé le Groupe d’experts gouvernementaux sur les armes à sous-munitions dans le cadre de la Convention sur les armes inhumaines. Il a également été vice-président du Comité de préparation de la phase de Genève du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) et président du Comité de préparation de la phase de Tunis.
M. Kārkliņš a représenté la Lettonie auprès du Comité consultatif gouvernemental de l’ICANN, Comité qu’il a présidé de 2007 à juin 2010. Avant d’être en poste à Genève, il a été sous-secrétaire d’Etat dans son pays. Il a également assumé les fonctions de conseiller auprès de l’ambassade de Lettonie en France et en Finlande. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Université technique de Riga, il a suivi un programme de formation pour les diplomates d’Europe orientale à l’Institut Hoover de l’Université Stanford, aux Etats-Unis.

Jan Kleijssen

Jan Kleijssen est né en 1958 à Almelo (Pays-Bas). Il a fait des études de droit international à l’Université d’État d’Utrecht (LLM en 1981) et étudié les affaires internationales à la Norman Patterson School of International Affairs de l’Université Carleton, à Ottawa (MA 1982). Il a été recruté par le Conseil de l’Europe en 1983 en qualité de juriste auprès de la Commission européenne des droits de l'homme. Après avoir rempli les fonctions de directeur du cabinet privé du Secrétaire général et de conseiller spécial du président de l’Assemblée parlementaire, il occupe aujourd’hui le poste de directeur des activités normatives à la Direction générale des droits de l'homme et des affaires juridiques du Conseil de l’Europe. Il est l’auteur de plusieurs publications dans le domaine des droits de l'homme et des relations internationales.

Daphne Koene

Daphne Koene est secrétaire du Conseil néerlandais de la presse (Raad voor de Journalistiek) depuis 2001. Après avoir fait des études de droit à l’Université d’Amsterdam – avec, comme domaines de spécialité, le droit de la propriété industrielle, le droit des médias et le droit de l’information – elle a travaillé comme avocate au service Droit de la propriété industrielle du cabinet juridique Ekelmans Den Hollander à Amsterdam. En 1996, elle a poursuivi sa carrière au sein de l’Association néerlandaise des journalistes (Nederlandse Vereniging van Journalisten), se spécialisant dans le droit du travail, le droit social et la législation en matière de droits d’auteur. Elle est également secrétaire assistante à temps partiel du Conseil de presse depuis 1999. Elle est intervenue comme orateur dans diverses conférences nationales et internationales. Elle a, par ailleurs, mené des recherches comparatives sur plusieurs pays européens – Pays-Bas, Belgique, Royaume-Uni, Allemagne, Danemark et Suède – et est l’auteur du rapport des Conseils de presse en Europe occidentale.

Remzi Lani

Remzi Lani est directeur exécutif de l’Institut albanais des médias. Entre 1983 et 1992, il a été rédacteur en chef du Zeri i Rinise, l’un des premiers journaux libéraux en Albanie. Il a été correspondant pour le journal espagnol El Mundo (1991-1993) et pour le journal Zeri, à Pristina (1993-1995). Il a occupé le poste de rédacteur du Réseau d’information alternative à Tirana (1995-2002), et de corédacteur de l’édition albanaise de la revue Foreign Policy. Il a été le premier président du Réseau Sud-Est des centres des médias, qui fédère 15 instituts et centres des médias des pays d’Europe du Sud-Est. Remzi Lani est actuellement membre du conseil consultatif du Fonds pour la démocratie dans les Balkans (Balkan Trust for Democracy). Il est également membre du Comité directeur du Forum mondial pour le développement des médias (FMDM), et du conseil de l’Association mondiale des journaux (AMJ).

Jacob Mollerup

Jacob Mollerup, 57 ans, travaille comme journaliste et rédacteur depuis 1980. Il a occupé différents postes, dont celui de directeur de la rédaction et rédacteur des actualités du journal Politiken (1988-1995), de rédacteur en chef du journal Information (1996-2001), et principal reporter et rédacteur de la revue Berlingske Nyhedsmagasin (2001-2004). En 2004, il est devenu le premier chargé des relations avec les auditeurs et les téléspectateurs à la radio danoise Danish Broadcasting Corporation (DR). Station nationale de radiotélévision de service public, DR regroupe plusieurs chaînes nationales de radio et de télévision, ainsi que des services Internet. Jacob Mollerup a par ailleurs été nommé président de l’Association danoise pour le journalisme d’investigation en 2005. Il est, depuis mai 2010, président de l’Organisation des médiateurs de presse (ONO).

Dunja Mijatovic

Dunja Mijatovic, de Bosnie-Herzégovine, a été nommée représentante de l’OSCE sur la liberté des médias le 11 mars 2010. Elle est spécialiste du droit et de la réglementation des médias. En 1998, en tant que membre du groupe des fondateurs de l’Agence de régulation des télécommunications de la Bosnie-Herzégovine, elle a aidé à créer un cadre légal, réglementaire et directeur pour les médias dans une société complexe issue d’une guerre. Elle a aussi participé à la mise en place d’un Conseil d’autorégulation de la presse et du premier service gratuit d’assistance téléphonique des médias en Europe du Sud-Est. En 2007, elle a été élue présidente de la Plate-forme européenne des instances de régulation. Elle était la première représentante d’un État non membre de l’UE et la première femme à occuper ce poste. Précédemment, elle avait présidé le Groupe de spécialistes du Conseil de l’Europe sur la liberté d’expression et d’information en temps de crise. Au cours de son mandat, le Comité des ministres du Conseil de l’Europe a adopté la déclaration du Comité des ministres sur la protection et la promotion du journalisme d’investigation et des Principes directeurs sur la protection de la liberté d’expression et d’information en temps de crise. En tant que spécialiste de la législation sur les médias et les communications, elle a travaillé en Arménie, en Autriche, en Iraq, en Jordanie, au Monténégro, en Serbie, en Slovénie, au Maroc et au Royaume-Uni.

Sándor Orbán

Sándor Orbán est directeur du Réseau d’Europe du Sud-Est pour la professionnalisation des médias. Il est chargé de la planification et du plaidoyer stratégiques, de la recherche, de la formation et des programmes d’échanges professionnels. Plus récemment, il a supervisé des projets ciblés sur l’éthique rédactionnelle, l’autorégulation des médias, l’accès à l’information et la liberté d’expression en Europe du Sud-Est. Orbán a aussi représenté la Hongrie au jury du concours de journalisme de l’UE : « Pour la diversité, contre les discriminations ». En 2006, il a dirigé des programmes de recherche et de formation au Centre d’études des médias et de la communication de l’Université d’Europe centrale, à Budapest. Il avait précédemment occupé le poste de directeur du Centre pour le journalisme indépendant et organisé des programmes de formation aux médias, d’échanges et de recherche en Hongrie. Il a aussi travaillé dans des médias hongrois en tant que rédacteur pour les informations internationales et reporter couvrant les événements politiques, sociaux et culturels en Europe et en Amérique du Nord. Orbán a bénéficié de plusieurs bourses d’études en journalisme international, dont le programme Hubert H. Humphrey à Washington, D.C., et d’un voyage d’étude organisé par le World Press Institute en 1993. Il a terminé avec succès un programme diplômant d’un an au Centre de Bologne de la School of Advanced International Studies/Université Johns Hopkins et reçu son master en relations internationales et journalisme de l’Institut d’État pour les relations internationales à Moscou.

Helge Rønning

Helge Rønning est professeur en médias à l’Université d’Oslo, Norvège. Il a été membre de la Commission du Gouvernement norvégien pour la liberté d’expression (1996-1997) et du Conseil de la radiotélévision de service public (1996-2004), de même que président de l’Association des écrivains norvégiens de non-fiction (NFFO) et du Conseil de Kopinor, organisme norvégien des droits reprographiques. Il a fait de la recherche aux États-Unis, au Nigéria, au Zimbabwe et au Mozambique, et il est l’auteur de plusieurs livres et articles sur les médias et la communication, le développement et la démocratie, la liberté d’expression, la culture et les sujets littéraires. Parmi ses récentes publications : « Régulation de la radiotélévision c. liberté d’expression et indépendance rédactionnelle. Une relation contradictoire ? » (2007) ; « Systèmes de contrôle et de régulation. Questions de droit d’auteur, fractures numériques et droits des citoyens » (2008) ; Tv-nyhetenes verden (avec Ragnar Waldahl et Michael Bruun Andersen) (2009). Changes and Challenges in African Media, I : The Power of Communication. Changes and Challenges in African Media (avec Kristin Skare Orgeret) (2009); Freedom of Speech Abridged ? Cultural, Legal and Philosophical Challenges (avec Anine Kierulf) (2009) ; et « Instruments de démocratie ou de surveillance ? Réflexions sur la primauté du droit sur l’Internet » (2010).

Biljana Tatomir

Biljana Tatomir a 20 années d’expérience dans le développement des médias de son pays natal, la Croatie, et depuis 1997 au niveau international en tant que directrice adjointe du programme sur les médias des Open Society Foundations. Elle supervise le volet Politique et plaidoyer ainsi que le volet Développement des médias du programme. Ses domaines d’expertise comprennent un large éventail de questions touchant le développement des médias dans les pays sortant d’un conflit, les démocraties émergentes et les sociétés fermées dans diverses régions du monde. Elle est titulaire d’un MA en sciences politiques de l’Université de Zagreb, Croatie, et a suivi une série de cours sur la politique du Moyen-Orient à l’Université américaine du Caire.

Barbara Thomass

Barbara Thomass est professeur d’Etudes Comparées des Systèmes Internationaux de Médias à l'Institut d'Etudes des Médias de l’Université de Bochum en Allemagne. Ses principaux domaines d'intérêt sont les systèmes de médias en Europe orientale et occidentale, les politiques de diffusion ainsi que l'éthique des médias et du journalisme. Elle est membre du comité consultatif de la ZDF, radiodiffuseur de service public national allemand. Elle est maître de conférences et chercheuse en sciences de la communication pour les universités de Hambourg, Goettingen, Lunebourg et de Brême ainsi qu’à Vienne et Paris. Depuis plusieurs années, elle travaille avec différentes organisations internationales sur des formations aux normes et à l’éthique du journalisme dans différentes régions de l'Europe de l’Est et du Sud-Est, en Afrique de l'Ouest et dans le Sud-Est asiatique. Avant sa carrière académique, elle était journaliste.

Gordana Vilović

Gordana Vilović est docteur en sciences politiques et professeur associée à la Faculté des sciences politiques – Département du journalisme de l’Université de Zagreb. Elle est l’auteur et le coauteur d’un certain nombre d’ouvrages sur l’éthique des médias, la formation des journalistes et le traitement journalistique de la diversité ainsi que de nombreux essais spécialisés et scientifiques sur les médias. Elle a participé à différentes formes d’éducation professionnelle et de formation des journalistes en Croatie et dans d’autres pays d’Europe du Sud-Est. De 2003 à 2008, elle a travaillé au Centre international pour l’éducation des journalistes de Zagreb et a été professeur adjointe au centre des médias et de la culture de la société (Département du journalisme) de l’Université de Dubrovnik.

Ognian Zlatev

Ognian Zlatev est titulaire d’une maîtrise de philologie classique de l’Université de Sofia et spécialiste des médias et du développement des ONG, des relations des médias, de la formation au journalisme, des relations publiques internationales, de la communication politique et des campagnes électorales. Il est directeur général du Centre de développement des médias (Bulgarie) et membre du conseil de gestion de la Télévision nationale bulgare. Il est fondateur et membre du conseil du Réseau de l’Europe du Sud-Est pour la professionnalisation des médias, qu’il a présidé de 2002 à 2004. Il a travaillé comme consultant pour la communication extérieure et les contacts avec le public auprès de la Banque mondiale et comme expert des médias sur l’autorégulation pour l’OSCE et l’UNESCO. Il est membre du conseil d’administration du Conseil national bulgare pour l’éthique journalistique et siège au Comité directeur du Forum mondial pour le développement des médias. Il est membre des comités de sélection des prix Robert Schuman, et docteur Erhard Busek du SEEMO. Il a donné des conférences à l’Institut diplomatique du Ministère bulgare des affaires étrangères, à l’Institut albanais des médias et à l’Institut Media Plan (Sarajevo). Il a occupé les postes de directeur des centres d’information de l’OSI à Sofia, de directeur du Centre de la BBC et de responsable des échanges du British Council en Bulgarie, et il est l’auteur de plus de 15 publications sur les questions touchant les médias.

Ljiljana Zurovac

Ljiljana Zurovac est directrice exécutive du Conseil de Presse de Bosnie-Herzégovine depuis Septembre 2005. En tant qu’experte en autorégulation et éthique des médias, elle fut responsable de sa création alors que le premier organe d’autorégulation du sud-est de l’Europe était sur le point de faillir à sa tâche début 2005. Dans le cadre du Conseil de Presse, elle mit en place des programmes éducatifs sur l'éthique des medias et la liberté de la presse pour des publics variés. Avant cela, elle a travaillé pendant six ans comme directrice des programmes à l’Institut du journalisme « Media Plan». Entre 1980 et 2008, elle se consacra au journalisme de radio et télévision et fut rédactrice et animatrice de programmes en direct à PBS et Radio FERN. Elle se spécialisa dans l’animation de débats sur les compétences de résolution de conflits. Elle est maître de conférences en relations publiques, éthique des médias et autorégulation, et participe activement à diverses manifestations internationales européennes. Elle a été membre du conseil du Réseau du Sud-Est Européen pour la Professionnalisation des Médias, et est membre du conseil d'administration de la Société Civile de Bosnie-Herzégovine. Elle a une maitrise en dramaturgie et littérature comparée de l'Académie pour l'Art.

Retour en haut de la page