Liste des intervenants

Charlie Beckett

Directeur, Directeur fondateur de Polis, groupe de réflexion sur les médias de la London School of Economics
Beckett a travaillé à la BBC et Channel 4 News. Dans son premier livre, “Super Media”, il étudiait le journalisme en réseau et ses implications, dans une époque où le numérique s’empare peu à peu des medias traditionnels. Il est aussi l’auteur du récent “WikiLeaks: News In The Networked Era”, dans lequel il revient sur l’histoire détaillée de WikiLeaks et analyse son importance pour les milieu du journalisme et de la politique. Vous pouvez le suivre sur Twitter @charliebeckett ainsi que sur son blog www.charliebeckett.com

Borja Bergareche

Correspondant à Londres pour ABC Madrid
Titulaire d’un diplôme espagnol de Droit et d’une maîtrise en Relations Internationales de la Columbia University (NYC) grâce à l’obtention d’une bourse d’études Fulbright, il a travaillé durant trois ans à Bruxelles pour la Commission Européenne et le Parlement Européen. Borja Bergareche a ensuite été journaliste pour El País (Madrid), El Correo (Bilbao) et La Nación (Buenos Aires). Entre 2009 et 2011, il a mené la transformation numérique du journal ABC et la refonte de son site Web, en tant qu’éditeur numérique. Il est consultant européen pour le Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ), et auteur de "Wikileaks Confidencial", analyse journalistique sur les répercussions de Wikileaks sur le journalisme et la diplomatie.

Guy Berger

Directeur, Division pour la liberté d’expression et le développement des médias à l'UNESCO
Guy Berger a publié près de 50 livres, monographies ou articles sur les enjeux des médias et fait plus de 200 présentations publiques dont 13 discours d’ouverture. Entre 1994 et 2010, il a été directeur de l'École de journalisme et d'études sur les médias de la Rhodes University en Afrique du Sud. Il a également été chroniqueur pour the Mail & Guardian, grand journal indépendant d’Afrique du Sud, a participé à une multitude de publications et a été formateur dans le domaine des médias.

Alison Bethel McKenzie

Directeur exécutif, International Press Institute

Guy Black

Lord Black of Brentwood, Directeur exécutif du Telegraph Media Group
Élève à la Brentwood School puis à l’Université de Cambridge où il a décroché un diplôme en Histoire, Guy Black est devenu directeur du Press Complaints Commission (PCC) aux côtés de Lord Wakeham en 1996, puis, entre 2003 et 2005, directeur exécutif des communications du Parti conservateur britannique dirigé alors par Michael Howard. Depuis 2005, il est directeur exécutif du Telegraph Media Group. Il est par ailleurs président du Press Standards Board of Finance (PressBof), organisme qui finance le PCC, ainsi que président du Commonwealth Press Union Media Trust depuis 2009, association qui œuvre pour la liberté de la presse dans le Commonwealth. En 2010, il est devenu membre de la Chambre des Lords, où il aborde fréquemment les questions de presse et de liberté de la publicité. Il a récemment témoigné dans l’enquête Leveson faisant suite au scandale du piratage téléphonique par News International.

Irina Bokova

Directrice générale de l’UNESCO
Ancienne ambassadeur de Bulgarie en France et auprès de Monaco, elle a été élue en 2009 à la tête de l'UNESCO pour quatre ans. Elle a également été représentante personnelle du Président bulgare à l'Organisation internationale de la francophonie et déléguée permanente auprès de l'UNESCO de 2005 à 2009. Au cours de sa longue et remarquable carrière, elle a notamment représenté la Bulgarie aux Nations Unies. Dans son pays, elle a été Secrétaire d'Etat et Ministre des affaires étrangères. Née en 1952, elle a obtenu sa maîtrise à l’Institut d’Etat des relations internationales de Moscou et a étudié à l'Université du Maryland et à Harvard aux Etats-Unis. Mme Bokova a grandement participé à la transition pour l'intégration européenne. Comme membre fondatrice et présidente de l’European Policy Forum, elle a œuvré en vue de surmonter les divisions en Europe et de promouvoir les valeurs de dialogue, de diversité, de dignité humaine, ainsi que les droits de l’homme.

Heather Brooke

Journaliste indépendante, avocate de la liberté de l’information 
Chroniqueuse politique et reporter spécialisée dans les affaires criminelles aux États-Unis, Heather Brooke est ensuite partie s’installer en Grande-Bretagne. Le scandale soulevé par son enquête sur les notes de frais du Parlement du Royaume-Uni a abouti à l’expulsion de tous les parlementaires impliqués et à la première démission forcée d’un président de la Chambre des Communes en 300 ans. Elle écrit pour les plus grands journaux britanniques et a publié trois livres : “Your Right to Know,” “The Silent State” et “The Revolution Will Be Digitised”, sur la guerre de l’information et WikiLeaks. Elle a remporté de nombreuses distinctions, dont une de l’association américaine Investigative Reporters & Editors et une de l’association britannique Index on Censorship. Elle enseigne également à la City University de Londres en tant que professeur invité.

Agnes Callamard

Directrice exécutive d’Article 19
Agnès Callamard a fondé et dirigé HAP International (Humanitarian Accountability Partnership), premier organe international d’autorégulation des acteurs humanitaires. Elle y a supervisé des mises à l’épreuve de la responsabilisation sur le terrain pour des bénéficiaires en Afghanistan, au Cambodge et en Sierra Leone. Elle a été chef du cabinet du Secrétaire général d’Amnesty International (AI), et en tant que Coordinatrice de la politique de recherche d’AI, elle a dirigé les travaux de l’organisation sur les politiques relatives aux droits humains des femmes. Agnès Callamard a enquêté sur les violations des droits de l'homme dans de nombreux pays en développement, et a travaillé dans le domaine des mouvements de réfugiés avec le Center for Refugee Studies in Toronto. Elle a publié de nombreux travaux sur les droits de l’homme, de la femme, les mouvements de réfugiés et la responsabilité. Elle est titulaire d’un PhD en sciences politiques de la New School for Social Research à New York.

Michael Camilleri

Conseiller juridique du Rapporteur Spécial pour la Liberté d’Expression de la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme
Diplômé de la Faculté de Droit de Harvard, où il a été le co-fondateur de l’organisation des Étudiants de Droit d'Harvard œuvrant pour les Droits de l’Homme, il a ensuite travaillé pour des organisations de la société civile au Guatemala en tant que représentant du Programme des Droits de l’Homme de la Faculté de Droit d'Harvard. Il a écrit et donné des conférences sur les droits de l’homme aux États-Unis et en Amérique latine, et été professeur adjoint à la faculté de droit de l'Université américaine de Washington ainsi qu’à celle de l'université de Baltimore. Il a également été avocat au Centre pour la Justice et le Droit International à Washington D.C., et avocat principal dans de nombreux procès à la Commission Interaméricaine et à la Court Interaméricaine des Droits de l’Homme.

Mikhail Fedotov

Président du Conseil présidentiel de Russie pour le développement de la société civile et les droits de l'homme
Issu d’une famille d’avocats de Moscou, Fedotov possède un doctorat en droit de l’université d'État de Moscou, où il commença à militer pour les droits de l’homme. Correspondant pour différents journaux, il a enseigné à l’Institut de Droit par correspondance de l’Union soviétique. Dans les années 1990, il a été ministre adjoint de la Presse et des Médias de Russie, Directeur général de l’Agence russe de la propriété intellectuelle, et ministre de la Presse et de l’Information de la Fédération de Russie. Il a également été ambassadeur russe à l’UNESCO, vice-président de l’ONG russe Information for Democracy (INDEM), et plus récemment secrétaire de la Russian Union of Journalists.

Ian Fisher

Rédacteur en chef adjoint au New York Times
Ian Fisher a débuté comme employé au New York Times en 1990. Durant dix ans, il a arpenté plus de cinquante pays dont l’Irak, l’Afghanistan et Israël,  en tant que correspondant à l’étranger pour le célèbre journal. Depuis trois ans, comme rédacteur en chef adjoint de la rubrique Etranger, il supervise la publication des documents sur l’Irak et des documents diplomatiques de WikiLeaks. Il s’occupe par ailleurs de la rédaction du site internet du New York Times.

Lance Guma

Producteur et présentateur de SW Radio Africa (Londres)
Lance Guma, titulaire d’un diplôme en Communication de l’université Harare Polytechnic au Zimbabwe ainsi que d’un master en Etude des médias de l’université de Thames Valley (Londres), est l’auteur d’une thèse sur l’importance des « nouveaux médias dans l’ouverture d’un espace démocratique au Zimbabwe ». Exilé au Royaume-Uni depuis 2003, il travaille depuis 2005 à SW Radio Africa, média en exil qui diffuse au Zimbabwe. Il y produit de nombreuses émissions interactives, comme Question Time, auxquelles les auditeurs peuvent participer par e-mail, texto, ou encore par le biais des médias sociaux (Facebook, Twitter).

Pierre Haski

Président et co-fondateur de Rue89
Pierre Haski est né à Tunis et diplômé du Centre de Formation des Journalistes (CFJ) de Paris en 1974. La même année, il entre à l'Agence France-Presse et devient correspondant pour cette dernière en Afrique du Sud entre 1976 et 1980. En 1981 il rejoint le journal Libération, où il est d’abord responsable de la rubrique Afrique, puis chargé de la rubrique diplomatique. En 1993 il devient correspondant de Libération à Jérusalem, puis il revient à Paris en 1995 comme chef du service international et rédacteur en chef adjoint, avant de repartir en 2000 à Pékin comme correspondant. En 2007 et 2008, il est également commentateur à Europe 1. C’est en 2007 qu’il fonde avec d’autres le site d’informations Rue89. Il a écrit plusieurs livres dont “L'Afrique blanche, histoire et enjeux de l'apartheid.” 1987; “Israël,” 1997; “David Gryn (Ben Gourion),” 1998; “Le Journal de Ma Yan,” 2002 (traduit en 20 langues); “Le Sang de la Chine,” 2005; “Cinq ans en Chine,” 2006; “Internet et la Chine,” 2008.

Cherilyn Ireton

Directrice du World Editors Forum
Cherilyn Ireton a plus de vingt ans d’expérience dans les plus grands journaux d’Afrique du Sud, dont le Sunday Times et Business Day, où elle a été journaliste, rédactrice en chef et responsable d’opérations. Elle a été consultante média à Londres pour des organisations internationales et des gouvernements pendant six ans, avant d’intégrer en 2012 le World Editors Forum, branche de l’Association Mondiale des Journaux et des Éditeurs de Médias d'Information.

Rohan Jayasekera

Directeur général adjoint de Index on Censorhsip
Né au Royaume-Uni d’origines britanniques et sri-lankaises, Rohan Jayasekera a été reporter à Fleet Street ainsi que secrétaire de rédaction et rédacteur en chef de l’Institute for War & Peace Reporting. Reporter dans divers endroits, de Bagdad à Kaboul en passant par Sarajevo et Jérusalem, il est spécialiste des questions relatives aux médias dans les périodes post-conflits. Il fait partie de l’organisation Index on Censorship depuis plus de dix ans, et en est le rédacteur en chef adjoint.

Janis Karklins

Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information
Après l’obtention d’un diplôme d’ingénieur de la  Riga Technical University en Lettonie, Janis Karklins a été conseiller dans les ambassades de Lettonie en Finlande et en France puis sous-secrétaire d'État en Lettonie. Il a ensuite été représentant permanent de son pays aux Nations Unies à Genève, où il a aussi été Vice-président puis président du Conseil de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et a été élu à de nombreux postes au sein de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et de la Commission de la science et de la technique au service du développement (ONU). Il a par ailleurs été vice-président du Comité préparatoire de la phase de Genève du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI), et président du Comité préparatoire de la phase de Tunis du même SMSI. Entre 2007 et 2010, il a présidé et représenté la Lettonie au Comité consultatif gouvernemental de l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers). Enfin, avant d’intégrer le secrétariat de l’UNESCO, Janis Karklins était ambassadeur de Lettonie en France et Délégué permanent auprès de l’UNESCO.

Sylvie Kauffmann

Directrice éditoriale et chroniqueuse au Monde
Elle est diplômée de la Faculté de droit de l’Université d’Aix-Marseille, de l’IEP d’Aix-en-Provence, d’espagnol à l’Université de Deusto à Bilbao et du Centre de Formation des Journalistes de Paris. Sylvie Kauffmann a débuté à l'AFP en tant que correspondante à Londres, en Nouvelle-Calédonie, à Varsovie et à Moscou. Elle a ensuite rejoint Le Monde en 1987 comme correspondante à Moscou, puis a couvert l’Europe centrale et orientale de 1988 à 1993 et les États-Unis, à Washington et New York, de 1996 à 2006. De retour à Paris, elle a été successivement directrice éditoriale, responsable des grands reporters, puis directrice adjointe de la rédaction du quotidien. Par la suite, elle est devenue grand reporter en Asie, à Singapour, puis a été rédactrice en chef du Monde entre 2010 et 2011.

Jane E. Kirtley

Directrice du Silha Center pour l’étude de l’éthique et du droit des médias, École de journalisme et de communication de masse, Université du Minnesota, États-Unis
Avant d’entrer à l’Université du Minnesota en 1999, Jane E. Kirtley a été reporter dans d’Indiana et le Tennessee, avocate à New York et Washington D.C., ainsi que Directrice générale du Reporters Committee for Freedom of the Press durant quatorze ans. Elle fait régulièrement des conférences aux États-Unis mais aussi à l’étranger, et a écrit de nombreux articles sur le droit des médias, la liberté d’information et l’éthique. En 2010, le département d'État des États-Unis a publié son livre « Media Law Handbbok », qui est traduit dans de nombreuses langues, dont l’arabe, le chinois et l’azéri.

Frank La Rue

Rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression
Spécialiste des droits de l’homme et des questions de politique sud-américaine, Frank La Rue a plaidé dans des procès à la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme ainsi qu’à la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme, et été professeur d’université en recherche sur les droits de l’homme, en politiques publiques et d’autres sujets liés. Il est devenu Rapporteur spécial en 2008. En 2006, il est devenu Président du Conseil exécutif de l’Institut centre-américain d’études sur la démocratie sociale (DEMOS) au Guatemala, une ONG qui promeut la démocratie et soutient les jeunes, les femmes et les populations indigènes. Il supervise la direction stratégique des programmes de l’organisation. Avant cela, M. La Rue a été Conseiller des droits de l’homme auprès du ministère des Affaires étrangères du Guatemala, Commissaire présidentiel aux droits de l'homme et Directeur général du Centre pour l’action juridique des droits de l’homme (CALDH) à Wachington D.C. et au Guatemala. Professionnel de la radiodiffusion, il contribue au quotidien guatémaltèque Prensa Libre.

Kamel Labidi

Président de l'Instance Nationale Indépendante pour l'Information et la communication (INRIC) de Tunisie
Diplômé de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Tunis et de l'Université Paris II, Kamel Labidi a contribué depuis les années 1970 à divers journaux, dont Le Monde. De 1988 à 1994 il a été correspondant à Tunis pour le quotidien La Croix, puis il est devenu correspondant pour l’agence de presse américaine United Press International (UPI) et chercheur pour Reporters Sans Frontières en Tunisie. Il a également été directeur de la section tunisienne d'Amnesty international, agent local d’Amnesty International en Palestine, et coordinateur du programme d'éducation sur les droits de l'homme au bureau régional d’Amnesty International à Beyrouth. Enfin, il a été conseiller du réseau international pour la liberté d'expression (IFEX) puis représentant de la Commission de Protection des Journalistes dans la région du Moyen Orient et de l'Afrique du Nord (MENA).

David Leigh

Rédacteur en chef du département d’investigation au Guardian (Londres)
Il est l’un des journalistes d’investigation les plus célèbres au Royaume-Uni, et a reçu de nombreuses distinctions, dont celle de Journaliste d’Investigation de l’année deux fois, et le Prix de l’intégrité remis par l’ONG Transparency International, en 2008, pour avoir mis au grand jour la corruption dans la vente d’armes. Il est celui qui a organisé au Guardian la publication des câbles diplomatiques révélés par WikiLeaks, divulgué le versement d’un milliard de dollars au prince saoudien Bandar par l’entreprise britannique d’armement BAE Systems, dévoilé les rétributions secrètes de Mark Thatcher, fils de la Première Ministre, et découvert les enquêtes menées par les services de renseignements britanniques sur les journalistes de la BBC. Il est titulaire de la chaire Anthony Sampson d’enseignement en reportage journalistique à la City University de Londres, et fait partie du conseil d’administration du Centre for Investigative Journalism de l’université. En 1980, il fut le premier boursier Laurence Stern au Washington Post. Il a également été journaliste au Times à Londres, au Scotsman (Édimbourg), et réalisateur de documentaires pour Granada TV et Thames TV. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont “Frontiers of Secrecy: Closed Government in Britain”, “Chernobyl” et “Sleaze: the corruption of Parliament”. Il a récemment dirigé la rédaction du livre “Julian Assange et la face cachée de Wikileaks, la fin du secret” paru en mars 2011.

Justine Limpitlaw

Avocat des médias en Afrique du Sud
Spécialisée dans le droit des médias, de la radiodiffusion, des télécommunications, de l’espace et du satellite, elle possède un diplôme de droit de l’Université de Yale. Elle a donné des conférences sur le droit de la communication dans de nombreuses universités, notamment l’Université du Witwatersrand (Johannesburg), l’Université de Pretoria, ainsi que les universités de Columbia et d’Oxford. Elle a dirigé les cabinets d’avocats de Edward Nathan Friedland Inc. et Mkhabela Huntley Adekeye en Afrique du Sud. Elle est actuellement en train de rédiger la seconde édition du Manuel de Droit des Médias d’Afrique du Sud, dont les chapitres achevés sont déjà disponibles ici.

Jan Malinowski

Chef de la Division Médias et Société de l’Information au Conseil de l’Europe
Avocat qualifié en Espagne et en Angleterre, il a pratiqué durant huit ans à Barcelone et Londres, notamment dans des affaires civiles, familiales, criminelles et commerciales. Il est ensuite entré au Conseil de l’Europe, où il a travaillé pendant onze ans au sein de l’organisme de surveillance contre la torture, chargé de contrôler le traitement des personnes privées de liberté dans les pays membres du Conseil de l’Europe. Depuis 2005, il dirige la Division Médias et Société de l’Information au Conseil de l’Europe et soutient les activités normatives en matière de médias, liberté d’expression et gouvernance de l'Internet à l’échelle du Conseil de l’Europe. Ce travail normatif a abouti à l’adoption par les 47 États-membres du conseil de l’Europe d’un certain nombre de textes normatifs sur les droits de l’homme et les filtres Internet, les fournisseurs d’accès à Internet (FAI), les éditeurs de jeux en ligne, la liberté d’expression sur Internet, la valeur de service public d’Internet, ainsi que la reconnaissance de la responsabilité partagée des États dans le maintien de l’intégrité et du bon fonctionnement d’Internet.

Dunja Mijatovic

Représentante de l'OSCE pour la liberté des médias
Elle a été nommée représentante de l’OSCE sur la liberté des médias en mars 2010. En 1998, en tant que membre du groupe des fondateurs de l’Agence de régulation des télécommunications de la Bosnie-Herzégovine, elle a aidé à créer un cadre légal, réglementaire et directeur pour les médias dans une société complexe issue d’une guerre. Elle a aussi participé à la mise en place du Conseil d’autorégulation de la presse de Bosnie et du premier service gratuit d’assistance téléphonique des médias en Europe du Sud-Est. En 2007, elle a été élue présidente de la Plate-forme européenne des instances de régulation. Elle était la première représentante d’un État non membre de l’UE et la première femme à occuper ce poste. Précédemment, elle avait présidé le Groupe de spécialistes du Conseil de l’Europe sur la liberté d’expression et d’information en temps de crise. Au cours de son mandat, le Comité des ministres du Conseil de l’Europe a adopté la déclaration du Comité des ministres sur la protection et la promotion du journalisme d’investigation et des Principes directeurs sur la protection de la liberté d’expression et d’information en temps de crise. En tant que spécialiste de la législation sur les médias et les communications, elle a travaillé en Arménie, en Autriche, en Iraq, en Jordanie, au Monténégro, en Serbie, en Slovénie, au Maroc et au Royaume-Uni. Elle est diplômée des universités de Sarajevo, Bologne, Sussex et de la London School of Economics.

Riyaad Minty

Chef des médias sociaux d’Al Jazeera
Riyaad Minty assure la présence et la participation d’Al Jazeera sur Facebook, Twitter et d’autres médias sociaux. Il faisait partie de l’équipe d’Al Jazeera English qui a produit le reportage sur les élections présidentielles américaines de 2008 nominé aux Emmy Awards de 2009. Plus récemment, son travail a tourné autour de l’utilisation des médias citoyens dans la couverture des crises, et plus spécialement dans l’opération « Plomb durci » menée par Israël à Gaza en 2008-2009, les élections en Iran en 2009, et les évènements des printemps arabes. Avant d’entrer à Al Jazeera, il a été co-fondateur de Future Technologies, compagnie de production, collecte et distribution de contenu mobile. Sa société a introduit Madame et Ève, la célèbre bande dessinée sud-africaine récompensée, sur les téléphones portables d’Afrique du sud.

Charles Onyango-Obbo

Directeur exécutif des divisions Afrique et Numérique du Nation Media Group (NMG) à Nairobi (Kenya)
Il est diplômé de l’Université Makerere d’Ouganda, titulaire d’un master en journalisme de l’Université américaine du Caire, et a obtenu une bourse de la Nieman Foundation for Journalism à Harvard. Il a contribué à la création du principal journal indépendant ougandais, The Monitor, dont il est devenu rédacteur en chef jusqu’en décembre 2002, lorsque NMG a racheté le journal. Charles Onyango-Obbo s’est alors transféré à Nairobi, où il est chroniqueur spécialisé dans les questions de transition démocratique en Afrique, l’économie politique des nouvelles technologies et les phénomènes sociaux. Il travaille pour divers journaux : The Daily Nation, The East African, The Monitor, (Ouganda) et The Citizen (Tanzanie), fait partie du Conseil d’administration de l’Institute of Economic Affairs du Kenya, et a été nommé au poste de directeur exécutif au NMG en mars 2008. Onyango-Obbo a publié trois livres : “Uganda’s Poorly Kept Secrets”, “Inside the Soul of a Nation and Its People”, et “It Never Happened: The Story of the Last Days of Idi Amin”.

Geoffrey Robertson

QC, Avocat des médias
Né en Australie, titulaire d’une bourse Rhodes, il a plaidé dans de nombreux procès historiques concernant les médias, dans divers tribunaux du Commonwealth et à la Cour européenne des droits de l'homme, notamment dans l’important procès Goodwin vs UK. Il est l’auteur de nombreux livres dont “People Against the Press”, “Freedom, the Individual and the Law” et “Media Law”, coécrit avec Andrew Nicol QC et considéré comme la référence en la matière au Royaume-Uni. Jusqu’en 2007, il a été juge d’appel à la cour spéciale de l'ONU pour le Sierra Leone, où il a rendu les principales décisions sur les droits des journalistes et des observateurs des droits de l'homme dans les tribunaux chargés de juger des crimes de guerre. Il a fondé et dirige le cabinet d’avocats Doughty Street Chambers à Londres et participe aux conseils d’administration de nombreuses ONG. Il a défendu The Guardian, The New York Times et The Wall Street Journal dans des procès, ainsi que Salman Rushdie, Julian Assange et Mike Tyson. En 2011, il a été récompensé du prix d’Outstanding Achievement in International Law décerné par la New York Bar Association, et le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, l’a nommé « éminent juriste » du Conseil de justice interne des Nations Unies.

Paula Schriefer

Vice-présidente des Programmes internationaux de Freedom House
Titulaire d’un diplôme en Russian Area Studies de l’Université de Denver ainsi que d’un master en Russian & East European Studies de l’Université George Washington, Paula Schriefer œuvre depuis vingt ans pour promouvoir la démocratie et les droits de l’homme. Elle a travaillé à la Fondation Nationale pour la Démocratie jusqu’en 1994, année où elle a intégré le National Forum Foundation, qui a fusionné en 1997 avec l’ONG Freedom House. Elle supervise aujourd’hui les programmes internationaux de l’organisation, notamment en matière de liberté d’expression, liberté sur Internet, liberté de religion et d’assistance judiciaire aux Nations Unies. De 2006 à 2011, en tant que Directrice du service de défense des droits, elle était en charge de la visibilité et de la communication de Freedom House, notamment en ce qui concerne la politique étrangère de défense des droits, les relations presse, et la coordination avec les organisations internationales. Elle a aussi été Directrice des programmes de l’ONG, s’occupant de nombreux programmes et de treize bureaux situés à l’étranger chargés de soutenir les médias indépendants, la gouvernance ouverte, le développement de la société civile, la réforme de la justice et les droits de l’homme.

Alison Smale

Rédactrice en chef de l’International Herald Tribune (Paris)
Elle est chargée du bulletin d’information quotidien, planifie la couverture des jours à venir et est impliquée en continu dans la conception de la stratégie mondiale du « New York Times Media Group ». Mme Smale est arrivée à l’IHT après avoir travaillé au New York Times, où depuis mars 2002, elle occupait le poste d’éditeur adjoint aux affaires étrangères. Elle a rejoint le Times en juillet 1998 comme éditeur de la rubrique Affaires étrangères de l’édition du weekend. En tant que responsable du Bureau de Vienne de l’Associated Press pour l’Europe de l’Est, Alison Smale a couvert la chute du communisme dans la région, la montée de Slobodan Milosevic et du nationalisme serbe ainsi que les guerres des Balkans dans les années 1990. Depuis Moscou où elle résidait entre 1983 et 1987, elle a couvert les transitions d’Andropov à Tchernenko puis Gorbatchev à la tête du Parti communiste de l'Union soviétique. Elle a par ailleurs été chargée en grande partie de la couverture par le New York Times de la guerre en Afghanistan et de celle qui a suivi en Irak, cette couverture ayant été primée.

Mark Stephens

CBE, Chef de la section International/Médias du cabinet d’avocats britannique Finers Stephens Innocent
Mark Stephens est un avocat spécialisé dans les études comparatives internationales sur la législation relative aux médias, le droit constitutionnel, les droits de l’homme, la propriété intellectuelle, culturelle et artistique, la vie privée, la protection des données et la liberté d’information. Il a plaidé dans de nombreuses affaires très médiatisées, au Royaume-Uni et à l’étranger, et a été avocat de Julian Assange. Il a été nommé au comité consultatif sur la Liberté d’expression du Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth par le secrétaire d'État des Affaires étrangères du Royaume-Uni, et Champion du Community Legal Service par le Lord Chancelier. Il est aussi radiodiffuseur, écrivain et conférencier. Il est conseiller et représentant des intérêts de nombreux États, tels que la République de Chypre, la Jamaïque, la Libye, Maurice et la Russie. M. Stephens dirige un certain nombre d’institutions dont la Contemporary Art Society, l'université de Londres-Est, le comité de gestion du Programme de droit et politique comparés des médias du Wolfson College de l’Université d’Oxford. Il siège également aux conseils administratifs d’Index on Censorship, de la Bianca Jagger Human Rights Foundation, de la Commonwealth Lawyers Association et au Conseil des droits de l’homme de l'Association internationale du barreau.

Sankarshan Thakur

Rédacteur en chef itinérant du Telegraph (New Delhi)
Sankarshan Thakur a effectué de nombreux reportages sur la politique et les conflits dans sa carrière débutée il y a 28 ans. Une grande partie de ses reportages a tourné autour de l’insurrection de gauche en Inde, du conflit du Cachemire opposant l’Inde et le Pakistan qui a abouti à une troisième guerre à l’été 1999, et des attaques terroristes de 2008 à Bombay. Il a récemment couvert la révolution égyptienne de 2011, et le mouvement anticorruption qui a suivi en Inde, deux évènements qui ont soulevé la controverse sur le rôle des nouveaux médias sociaux.

Richard N. Winfield

Président du World Press Freedom Committee (WPFC)
Nommé président du WPFC en 2006, Winfield est avocat au cabinet Clifford Chance US LLP. Entre 1968 et 2002, il était avocat général de l’ Associated Press. Il enseigne le droit comparé des médias à la Columbia Law School et le droit de l’Internet et des médias à la Fordham Law School. En 2000, il a co-fondé l’International Senior Lawyers Project, au sein duquel il dirige les projets de services judiciaires bénévoles (pro bono) du groupe de travail sur le droit des médias. Il est l’auteur d’un livre à paraitre : “Exporting the Matrix: The Campaign to Reform Media Laws Abroad”.

Cynthia Wong

Directrice du Global Internet Freedom Project au Center for Democracy & Technology (CDT) à Washington DC  
Avocate de formation, Cynthia Wong dirige la plupart des actions du CDT visant à promouvoir la liberté sur Internet dans le monde entier, et plus particulièrement la liberté d’expression. En outre, elle co-préside le Comité de politique et d’apprentissage du Global Network Initiative (GNI), groupe composé de divers acteurs qui a pour objectif de mettre en avant la responsabilité des entreprises dans la défense des droits de l’homme dans les technologies de la communication. Avant d’intégrer le CDT, Cynthia Wong était membre du Robert L. Bernstein International Human Rights pour les droits de l’homme en Chine. Elle a contribué à ses travaux relatifs à l’économie, aux droits de l’homme et à la liberté.

Aidan White

Ancien Secrétaire général de la Fédération internationale des journalistes (FIJ)
Il a dirigé la FIJ durant 24 ans jusqu’en 2011, et a été à l’origine de l’Ethical Journalism Initiative de la Fédération. Il a rejoint en 2011 le Global Editors Network récemment créé. Il est actuellement à la tête de la Coalition for Ethical Journalism fondée en novembre 2011 à Hong Kong, qui réunit des journalistes et dirigeants de médias du monde entier dans le but de construire une culture du professionnalisme et de la responsabilité professionnelle dans tous les organismes de presse. Aidan White est par ailleurs rédacteur pour  le Media Diversity Institute de Londres. En novembre 2011, il a dirigé une mission internationale pour la liberté de la presse en Hongrie.

Doudou Ye

Avocat et auteur, Caixin Media Co., Pékin
Doudou Ye est devenue journaliste en 2004, après avoir été assistante juridique dans un cabinet d’avocats. Elle a travaillé au Caijing Magazine jusqu’en 2009, lorsqu’un différend opposa la fondatrice du magazine, Hu Shuli, à sa maison d’édition, au sujet de la politique économique et éditoriale. Hu Shuli décida alors de quitter Caijing Magazine pour créer le Caixin Media Group ; 80% des employés du Caijing Magazine ont décidé de la suivre, et Doudou Ye en faisait partie. La nouvelle société publie deux magazines et des livres, s’occupe d’un site Internet et produit des émissions de télévision. Dans le contexte chinois, Caixin Media s’est fait remarquer pour sa liberté de ton à laquelle l’entreprise a su parvenir en mettant l’accent sur les aspects économiques des informations. En effet, les restrictions imposées à la presse d’information générale en Chine ont permis aux médias économiques de se développer avec une certaine indépendance. Doudou Ye s’est spécialisée dans le journalisme traitant des affaires juridiques et politiques pour les différentes branches du groupe. Elle a écrit sur des sujets délicats, notamment une série d’articles sur le scandale du lait frelaté qui a touché le pays en 2008 et de nombreux reportages sur l’indépendance judiciaire. La réglementation étant relativement plus permissive sur Internet que pour les médias traditionnels, cela permet au Caixin Media Group de publier certains articles sur son site avant que les autorités considèrent que leurs sujets dépassent les limites.

Henrikas Yushkiavitshus

Vice-président de l'Académie de Radio et de Télévision eurasienne
Après des études d’ingénieur en radiodiffusion, Henrikas Yushkiavitshus a travaillé pendant plus de cinquante ans dans la communication. Il a dirigé le département de technologie de Lituanie entre 1958 et 1966, puis l’Organisation internationale de radiodiffusion et de télévision (OIRT) entre 1966 et 1971 à Prague. De 1971 à 1990 il a été Vice-président de Gostelradio, le Comité de l’URSS pour la Télévision et la Radio qui a mis en œuvre la glasnost, possédant à ce titre le rang de ministre. Il est devenu Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la communication et l'information en 1990, puis représentant du Directeur général de l'UNESCO depuis 2001.

Jérémie Zimmermann

Co-fondateur de La Quadrature du Net
Jérémie Zimmermann est porte-parole de l’organisation de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet créée en 2008. Elle promeut une adaptation de la législation française et européenne qui soit fidèle aux valeurs qui ont présidé au développement d'Internet, notamment la libre circulation de la connaissance. La Quadrature du Net promeut une adaptation de la législation française et européenne qui soit fidèle aux valeurs qui ont présidé au développement d'Internet, notamment la libre circulation de l’information et du savoir. À ce titre, l’organisation intervient dans des débats concernant la liberté d'expression, le droit d'auteur, la régulation du secteur des télécommunications ou encore le respect de la vie privée sur le Web.

Retour en haut de la page