Les archives de la Compagnie hollandaise des Indes orientales (VOC)

L’intérêt pour les archives de la Compagnie hollandaise des Indes Orientales (ou Verenigde Oostindische Compagnie – VOC) n’a cessé de croître au cours de ces dernières années.

Dans le cadre du Programme “ Mémoire du monde ”, l’UNESCO coopère actuellement avec la VOC, afin que ces archives soient plus largement disponibles. Les efforts portent notamment sur les vestiges matériels de la période où la VOC représentait la plus grande entreprise commerciale opérant alors dans le monde. On s’intéresse aussi de très près à l’historiographie des relations interculturelles. En maints endroits, la présence de la VOC est de plus en plus perçue comme un aspect essentiel de l’histoire nationale. La VOC perd peu à peu de son image d’organisation relevant de la domination précoloniale. Aujourd’hui, on tend à voir l’influence féconde de la compagnie sur le développement de l’identité et sur l’image historique nationales. 

L’UNESCO coopérera dans le cadre de “ Mémoire du monde ” au projet destiné à faciliter l’accès électronique aux archives de la VOC, source inestimable d’informations sur l’histoire de bien des pays et des cultures d’Europe, d’Afrique, d’Asie et d’Australie au XVIIe et au XVIIIe siècles. L’histoire de la Compagnie des Indes orientales n’est pas simplement celle d’un ensemble considérable d’activités hollandaises, symbolisé par de nombreux monuments — entrepôts, salles de réunion ou quais. Les archives de cette Compagnie concernent ses activités en Asie et, de ce fait, jettent aussi une lumière importante sur l’histoire asiatique. Ce projet vise à sauvegarder l’énorme patrimoine matériel que cette compagnie commerciale a laissé derrière elle aux Pays-Bas et en Asie, et de permettre que ce patrimoine mutuel soit accessible, disponible et ultérieurement utilisable.

Retour en haut de la page