Colección de Lenguas Indigenas

Patrimoine documentaire soumis par le Mexique et recommandé pour l'inscription dans le Registre Mémoire du monde en 2007.

Le patrimoine proposé ici est un ensemble de 166 ouvrages contenant 128 titres, se trouvant à la Biblioteca Pública del Estado de Jalisco « Juan José Arreola » (Bibliothèque publique de l’État de Jalisco) à Guadalajara, Jalisco (Mexique). Ces ouvrages sont rédigés dans des langues indigènes ou contiennent des études de ces langues et ont été élaborés à des fins d’évangélisation durant l’ère coloniale et au XIXe siècle. La Colección de Lenguas Indígenas (comme nous l’appellerons) doit son existence à une série de circonstances historiques survenues principalement dans la région connue aujourd’hui comme le Mexique. Ces tomes contiennent des informations inestimables couvrant quatre siècles d’acculturation religieuse et témoignent de l’évolution des langues qui étaient parlées dans une région des Amériques qui s’étendait au-delà des frontières actuelles de la République du Mexique. De plus, ils illustrent le développement de l’historiographie linguistique et de la linguistique historique.

L’existence même de livres écrits dans des langues amérindiennes remontant aux débuts de l’ère coloniale au Mexique est une situation dont l’importance ne saurait être surestimée. Dans leur développement culturel, les premières langues américaines ont cultivé des traditions orales qui étaient souvent complétées par une écriture pictographique. Avec les premiers contacts européens, ces traditions commencèrent à être transcrites à l’aide de l’alphabet latin, adapté de façon à pouvoir représenter les langues vernaculaires méso-américaines. Cela a permis d’enregistrer le discours des groupes autochtones et de le reproduire à distance, avec tous ses éléments grammaticaux et la plupart de ses éléments phonétiques. C’est précisément cette caractéristique qui met en lumière la nature unique de ces matériels, car on sait que très rares sont les situations de contact entre l’Occident et les cultures des autres latitudes à l’ère coloniale qui ont abouti à des enregistrements des langues locales. De plus, même là où cela a été le cas, ces matériels n’ont fait l’objet d’études spécialisées que bien plus tard, comme en Amérique du Nord, en Australie et en Afrique coloniales. Dans la plupart de ces contextes, en fait, il a fallu attendre l’émergence de l’ethnologie et de la linguistique modernes au XIXe siècle pour percevoir un intérêt pour les analyses systématiques des langues des peuples autochtones.

Ainsi, la précocité et le caractère systématique du contenu de ces ouvrages confèrent à cette collection une double valeur historico-culturelle. En premier lieu, elle présente un grand intérêt du point de vue bibliographique en raison des détails du papier, de la composition et de la typographie utilisés dans ces premières impressions et parce que la publication de textes dans les langues indigènes devint un genre particulièrement populaire pour les premières presses à imprimer en Amérique du Nord. En second lieu, la collection a une énorme valeur linguistique puisqu’elle conserve à la fois des transcriptions authentiques des langues indigènes, dont beaucoup ont depuis disparu à jamais, et les outils conceptuels utilisés pour les étudier. En ce qui concerne les langues qui sont toujours parlées aujourd’hui, quoique par un nombre toujours plus réduit de locuteurs, ces premières Gramáticas révèlent les formes qu’elles revêtaient au moment du contact avec les Espagnols, telles qu’enregistrées par les missionnaires. Étant donné que les langues – comprises comme des êtres « vivants », dynamiques – changent avec le temps, ces Artes, Vocabularios et Catecismos préservent un moment spécifique de l’histoire de chacune de ces langues. Un exemple particulièrement pertinent en est donné par le Náhuatl, langue la plus répandue dans la Mésoamérique préhispanique. Dans ce cas précis, la variante enregistrée par ces premiers moines-auteurs est aujourd’hui considérée comme l’ancêtre « classique » de ses expressions contemporaines.

  • Année de soumission: 2007
  • Année d’inscription : 2007
  • Pays: Mexique
Retour en haut de la page