Affaire pénale n° 253/1963 (l’État d’Afrique du Sud contre N. Mandela et autres)

Patrimoine documentaire soumis par l’Afrique du Sud et recommandé à l'inscription au Registre Mémoire du monde en 2007.

© National Archives and Records Service of South Africa
Arrest warrant for Nelson Mandela leading to this imprisonment.

C’est lors du procès de Rivonia que l’État sud-africain utilisa pour la première fois les pouvoirs que lui conféraient les lois de 1960, frappant d’interdiction le Congrès national africain (ANC) et le Congrès panafricain (PAC), pour arrêter et poursuivre en justice les dirigeants de la principale organisation interne anti-apartheid engagée dans la lutte pour une Afrique du Sud démocratique. Ce fut l’occasion pour Nelson Mandela de proclamer, depuis le banc des accusés, à l’adresse de l’ensemble de la population, les intentions et objectifs de l’ANC. À l’issue du procès, Nelson Mandela et d’autres dirigeants furent emprisonnés à Robben Island et dans d’autres lieux de détention jusqu’à leur libération en 1990.

Retour en haut de la page