Archives Radziwill et bibliothèque de Nesvizh (Nieśwież)

Patrimoine documentaire soumis par le Bélarus en coopération avec la Finlande, Lituanie, Pologne, Fédération Russe et l'Ukraine et recommandé à l'inscription au Registre Mémoire du monde en 2009.

©Central Academic Library National Academy of Sciences of Belarus
Ex-libris of the Niasvizh library

Les archives Radziwill et la bibliothèque de Nesvizh (Nieśwież) ont été constituées entre le XVe et le XXe siècle par les membres de la famille Radziwill, l'une des familles aristocratiques les plus éminentes et puissantes du Grand-Duché de Lituanie et de l'Union polono-lituanienne (Rzeczpospolita - République). Dans la République telle qu'elle a existé à partir de l'Union polono-lituanienne, établie au milieu du XVIe siècle (et même avant), jusqu'à la troisième partition (1795), l'une des idées-forces était la foi en la liberté des individus et des citoyens. C'était une démocratie de la noblesse, les nobles représentant alors près de 10 % de la population. Tandis que les États d'Europe occidentale voyaient le pouvoir se renforcer (monarchisme, absolutisme), les citoyens nobles de l'Union polono-lituanienne étaient fiers de leurs institutions consultatives d'administration autonome (sejmik - assemblée locale, et sejm - parlement bicaméral), de leur droit d'opposition, du contrat social conclu entre les dirigeants élus et la société et des garanties dont bénéficiaient les différentes religions et les différents groupes ethniques.

Retour en haut de la page