Hommes d’argent : Travailleurs antillais au Canal de Panama

Patrimoine documentaire soumis par la Barbade, la Jamaïque, le Panama, Sainte-Lucie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis d'Amérique et recommandé à l'inscription au Registre Mémoire du monde en 2011.

© Museo del Canal Interoceanico de Panama Collection
Charles Muller Panama Postcard and Image Collection (Jamaican Labourers in the Culebra Cut, Canal Zone)

Le patrimoine documentaire concernant les Antillais, leur expérience et leur contribution au Canal de Panama illustre l’un des phénomènes de migration volontaire les plus significatifs qui aient eu lieu pendant la période de post-émancipation, après 1838. Ces archives retracent l’histoire des quelque 100 000 individus et plus qui ont rejoint l’isthme de Panama et qui, pour la majorité d’entre eux, ne sont jamais revenus. Le processus de recrutement mis en œuvre par la Commission du Canal de Panama a connu un grand succès et il a été, à terme, directement et indirectement responsable d’un extraordinaire afflux d’émigrés antillais à Panama désireux de travailler à la construction du Canal, ainsi que des efforts déployés par les gouvernements coloniaux pour tenter de maîtriser et d’atténuer ce phénomène qui, compte tenu de son échelle et de son ampleur, risquait d’affaiblir la puissance de l’Empire britannique.

 

Retour en haut de la page